Nouveaux records pour le commerce extérieur allemand... pendant ce temps, en France, on parle de foot... et de DSK...

 

Voici ce que je lis dans La Tribune de ce jour, 9 mai 2011:

 

"L'économie allemande a dégagé un excédent commercial de 15,2 milliards d'euros en mars, soit plus que les 11,8 milliards d'euros attendus par les économistes, en raison d'un niveau record des importations comme des exportations.

 

En février, l'excédent commercial avait atteint 11,2 milliards d'euros.

 

Selon les chiffres publiés lundi par l'Office fédéral de la statistique (Destatis), les exportations ont progressé de 7,3% en mars, à 98,3 milliards d'euros (+15,8% sur un an), alors que les importations sont en hausse de 3,1%, à 79,4 milliards d'euros.

 

Sur une base non ajustée, les exportations ont bondi de 15,8% en mars et les importations de 16,9%."

 

Les importations ont augmenté de 16,9% - les politiques français ne peuvent plus crier que le pays devrait consommer davantage... leur théorie si souvent entendue ne tient donc plus.

 

Le tout avec la même monnaie.

 

Les salaires augmentent de nouveau en Allemagne sur une base plus saine qu'autrefois.

 

Et le SMIC n'y existe pas, système qui tire les salaires vers le bas, le minimum.

 

Les salaires y sont négociés entre les représentants des entreprises et des salariés et l'Etat ne vient pas fausser le tout.

 

Après dix ans de "vaches maigres", les revalorisations salariales bien supérieures à l'inflation se multiplient outre-Rhin

écrivait La Tribune dès fin février.

 

Les chiffres de la France ne sont pas encore connus...

 

"Les chiffres du premier trimestre seront dévoilés vendredi par l'Institut national de la statistique qui prévoit, dans sa dernière note publiée début avril, une croissance de 0,6% au premier trimestre puis de 0,4% au deuxième. " écrit Le Monde de ce 9 mai 2011...

 

A suivre donc...

 

Enfin, je ne peux résister au plaisir de vous envoyer cette photo que l'on ne verra jamais en France sur les grands médias, tant les médias sont aux ordres. C'était lors de la rencontre Sarkozy-Berlusconi.

 

Les machos de la semaine... © Stern Les machos de la semaine... © Stern

En voici la légende que j'ai copiée entre les deux hommes:

 

"Le lierre sur les murs de la vénérable Villa Madama de Rome scintille au soleil. Le Chef de l'Etat italien, Silvio Berlusconi (74 ans) pince les lèvres et ferme les yeux. Le Président français, Nicolas Sarkozy (56 ans), louche vers lui, sceptique.

 

L'Italie ayant donné des visas exceptionnels aux milliers de réfugiés tunisiens francophones, le torchon brûle entre les deux super-machos. La France a même fermé ses frontières pour une journée, pour que ces réfugiés ne regagnent pas Paris.

 

Après leur rencontre au sommet à Rome, les présidents ont exigé une réforme du trafic transfrontalier en Europe. Et se sont attiré la colère des autres Européens, entre autres de l'Allemagne. Qui devraient avaler encore d'autres couleuvres que les deux veulent leur présenter: un Italien comme chef de la BCE à Francfort.

 

J'adore le regard plein de confiance du Français...

 

Un document pour l'Histoire :-)

 

L'alliance des machos qui fait rire toute l'Europe et que personne ne prend vraiment au sérieux.

 

Et pendant ce temps, en France, on parle de foot, les médias parlent de foot, Mediapart parle de foot, on s'offusque de conversations d'alcove diffusées partout, comme s'il n'y avait pas de plus graves soucis dans ce pays où l'industrie fout le camp à grande vitesse... où la justice est en lambeaux, où la TV remplace la réflexion politique...

 

Les "supermarchés" - il faut admirer la construction linguistique - exploitent les Français tous les jours qui voient leur "pouvoir d'achat" baisser, partir en vrille... comme nulle part ailleurs en Europe...

 

Mais chut, on parle de foot, le peuple est maintenu dans le vieil adage romain "du pain et des jeux"... mais bientôt le pain va manquer pour pas mal de gens... et là...

 

A cela est venu s'ajouter la saga DSK depuis trois jours...

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.