Etoile66
Indépendante
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

2 Éditions

Billet de blog 9 sept. 2008

Les enfants français n'aiment PAS l'Ecole. Pourquoi ?

Etoile66
Indépendante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 3 septembre 2008, la presse française - et internationale - se faisait l'écho d'une étude réalisée par l'Organisation mondiale de la santé.

.
L'enquête "Health Behaviour in school-aged children" ("conduites de santé des enfants d'âge scolaire"), a été menée au printemps 2006, comme tous les quatre ans, dans 41 pays ou régions - Europe, Russie, Israël, Turquie et en Amérique du nord - sous l'égide de l'Organisation mondiale de la santé.   
.
En France, 7.154 élèves de 11 à 15 ans ont répondu à un questionnaire anonyme sur leurs comportements, leur santé et le contexte social dans lequel ils évoluent.
.
Je vous invite à lire les résultats dans le texte si possible, www.euro.who.int/document/E91416.pdf notamment leurs relations avec l'Ecole.
.

Je vous ai copié la partie où on demande aux enfants de 11, 13 et 15 ans s'ils aiment l'école. Les réponses devraient secouer la France dans ses "convictions" que tout va bien

.

"Young people were asked how they feel about school at present. Response options ranged from “I like it a lot” to “I don’t like it at all”. The findings presented here show the proportions that reported liking school a lot." Les enfants du monde pouvaient donc cocher entre "J'aime beaucoup l'école" et "Je n'aime pas du tout l'école". Et voici les résultats. (J'ai marqué la France et l'Allemagne puisque ce sont les deux pays que je connais très bien et dont j'ai maintes fois essayé de faire une comparaison pour faire avancer le débat. Et je me suis fait souvent presque injurier):

.

.

J'espère juste que ces résultats qui parlent plus que dix mille lignes, feront réfléchir certains - figés dans leurs convictions.

Pour ceux qui ne peuvent les voir sur le graphique, les voici:

Les enfants français de 11 ans "aiment l'école" à 29% pour les garçons et à 41% pour les filles.

Cela signifie donc que 71% des garçons français n'aiment pas l'école - 45% des garçons allemands - et 59% des filles -38% des filles allemandes.  

.

Mais à 13 ans les choses s'accentuent: Seulement 13% des garçons français et 19% des filles disent aimer l'école. Cela signifie que87% des garçons de 13 à 15 ans et 79% des filles n'aiment PAS l'école en France.Vous trouvez cela NORMAL ?

A la question de l'image qu'ont les jeunes des performances de leur école, les jeunes Allemands disent ne pas en avoir une si bonne image, cependant meilleure que les petits Français. Cela vient du fait que depuis plus de 10 ans, le pays se remet en question à ce sujet et tous les médias en parlent. Même des émissions de divertissement à la TV testent les connaissances scolaires pour essayer de démontrer les problèmes par le jeu et d'atteler le pays à leurs solutions. Le pays est toujours ainsi, très auto-critique. C'est le contraire en France...
.
Il est intéressant de voir comment les médias français présentent les choses. Ils ne parlent que des points où les enfants donnent de bonnes notes. C'est désespérant... Pratiquement aucune auto-critique. Comment faire avancer les choses ???
.
Voici quelques articles de presse:

.

L'AFP (la "pravda" française), titre: "Les jeunes Français donnent à leur vie une note de 7,5 sur 10",  (donc, tout va bien, dormez bien braves gens...). Un extrait:

.

De cette enquête, publiée mardi par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé, il ressort, selon son directeur général Philippe Lamoureux, que la santé des collégiens français "est souvent meilleure que dans les autres pays étrangers étudiés, même s'il y a des zones d'ombre".(J'admire la présentation de l'information !!)  Chargés d'évaluer la qualité de leur vie sur une échelle de 0 à 10, les jeunes Français se situent à 7,5 - les garçons se donnant d'ailleurs une meilleure évaluation que les filles.
.
Parmi les zones d'ombre, la dégradation de l'image de l'école à l'entrée au collège, un phénomène général dans les pays étudiés mais rarement dans ces proportions: si à 11 ans, 40,6% des filles et 28,5% des garçons aiment beaucoup l'école, à 15 ans, les chiffres tombent respectivement à 12,8% et 10,6%
.

.
Le Monde  : "La santé des 11-15 ans : bilan mitigé"
.
Le Figaro  a le culot d'écrire:

.

Les jeunes Français aiment beaucoup l'école à 11 ans  mais leur intérêt se dégrade très fortement à l'entrée au collège, un phénomène qui prévaut dans nombre de pays mais dans des proportions souvent bien moindres, selon une enquête menée dans 41 pays ou régions.

C'est une façon presque mensongère d'informer ses lecteurs...
.
Il devient urgent  changer PROFONDEMENT le système archaïque français qui ne peut se réformer de lui-même.  Nos amis qui sont en Scandinavie où l'Ecole jouit de la meilleure réputation, pourraient nous aider dans la réflexion qui ne peut se faire qu'avec une sincère auto-critique.
.
Tourner dans son propre jus ne permettra pas de sortir de cette situation.
.
C'est comme l'histoire des gens tombés dans un marais aux sables mouvants qui essayaient de se sortir en se tirant par les cheveux...

.

Je suis curieuse de voir les réactions à ce fil lancé sur l'Ecole et ses "clients" principaux, les enfants, qui sont les futurs adultes de demain et façonnent la société....

----------------------

Ajout du 24 septembre 2010:

Un article de ce jour indique que 71% des collégiens s'ennuient à l'école

Et une émission sur France Inter parle des jeunes enseignants qui se trouvent devant une classe sans AUCUNE formation, ils sont 16.000. Voir aussi l'article sur la formation des maîtres.

Incroyable qu'un pays puisse traiter ses enfants, avenir du pays, de cette manière.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre