L'arnaque des banques françaises

"Onze banques françaises condamnées pour entente illégale", lit-on dans la presse. Tiens, la France se réveille... juste avant que les autorités européennes n'interviennent. Pourtant, cette arnaque des citoyens dure depuis des décennies, les gens acceptent l'inacceptable, totalement soumis au diktat des banques françaises et autres "pouvoirs", car il n'existe aucune organisation pertinente de consommateurs dans ce pays du "chacun pour soi"... Cette somme de "chacun pour soi" qui forme le pays trinque quotidiennement dans tant de domaines que cela fait vraiment mal de le constater.

"Onze banques françaises condamnées pour entente illégale", lit-on dans la presse.

 

Tiens, la France se réveille... juste avant que les autorités européennes n'interviennent.

 

Pourtant, cette arnaque des citoyens dure depuis des décennies, les gens acceptent l'inacceptable, totalement soumis au diktat des banques françaises et autres "pouvoirs", car il n'existe aucune organisation pertinente de consommateurs dans ce pays du "chacun pour soi"...

 

Cette somme de "chacun pour soi" qui forme le pays trinque quotidiennement dans tant de domaines que cela fait vraiment mal de le constater.

L'Autorité de la concurrence vient donc de donner son "verdict", une sorte d'auto-condamnation:

 

Elle sanctionne 11 banques à hauteur de 384,9 millions d'euros pour avoir mis en place des commissions interbancaires non justifiées lors du passage à la dématérialisation du traitement des chèques.

 

L'utilisation de chèques est d'ailleurs un non-sens coûteux que Laurent Fabius, à l'époque, a refusé de supprimer par pure démagogie.Cela dure depuis des années.

 

C'est aussi lui qui a été à l'initiative de l'indication des prix en Francs à côté de l'Euro, qui perdure encore aujourd'hui sur les tickets de caisse de nombreux magasins et sur les extraits de comptes de nombreuses banques françaises. Dans tout le reste de l'Europe, six mois après le passage à l'Euro, les gens avaient pris les nouvelles habitudes. Les personnes âgées parlent encore en "millions", en "anciens francs", la réforme ayant eu lieu en 1961... voilà bientôt 60 ans. Si cela continue, ce sera la même "évolution" avec l'Euro.

 

Mais c'est un autre sujet. Pour revenir à la condamnation des banques par l'Autorité de la concurrence...

 

Ce n'est que la partie émergée de l'iceberg...

 

Notamment la BNP, citée comme meilleure banque française, a des pratiques mafieuses, connues de l'étranger, mais que les consommateurs français, dociles, acceptent en râlant sans jamais s'organiser de manière pertinente pour les faire cesser.

 

Ce n'est pas le tigre de papier qu'est l'organisation UFC Que choisir qui sera prise au sérieux avec ses 143.000 membres sur 65 millions d'habitants, soit un taux d'organisation de 0,25% de la population.

Juste pour comparaison, le taux d'organisation citoyenne de l'autre côté de la frontière est de 20 millions de membres pour 82 millions d'habitants, soit 25% de la population.

 

Ce qui lui donne une toute autre force de frappe, ils peuvent faire plier n'importe quelle organisation qui oserait abuser d'eux. Ils se font respecter en tant que citoyens et consommateurs.

 

En France, rien de tel, comme le décrivait si bien Axel. On accepte l'inacceptable pendant des décennies, les gens paient sans rien dire ni s'opposer, tout simplement parce qu'ils ne sont pas organisés.

 

Chacun dans son coin voit l'arnaque bancaire, mais paie bravement et reste chez son banquier.

 

En ce qui me concerne, mon expérience avec la BNP a été si inacceptable que j'ai résilié mon compte sans délai. Pour une gestion de compte, elle prenait plus de 300 € de plus - pour un montant bien moindre de transactions - que ma banque allemande. Sans AUCUNE justification. Au bout d'un an, les comptes faits, j'ai vite dit "au revoir" à cette banque.

 

En outre, elle a des pratiques connues des banques allemandes qui confinent à celles de la mafia. Un exemple ? Nous voulions acheter une maison en Charente-Maritime. Nous avions un compte auprès de la Poste, un CCP. Nous avons donc viré le montant de l'achat en trois tranches sur notre compte CCP, depuis l'Allemagne. Lors de la signature du contrat de vente chez le notaire, celui-ci constate qu'une seule tranche est arrivée au CCP de Charente-Maritime. Téléphone en tous sens, nous apprenons que la BNP a détourné l'argent qui ne lui était pas destiné. Deux tranches ont été détournées par la BNP, l'une a atterri à la BNP de La Rochelle, l'autre à la BNP en Ile-de-France.

 

Pour pouvoir récupérer ces deux tranches de l'argent que nous avions viré sur notre propre compte CCP français depuis l'Allemagne, la BNP a exigé que nous ouvrions un compte BNP. Elle a fait virer la tranche arrivée "par erreur" à Paris sur le compte BNP de La Rochelle où nous avons pu récupérer la totalité. Il est clair que nous avons résilié le compte auprès de la BNP peu après, ce qui a bien sûr été facturé.

 

Voilà les pratiques de bandits de grands chemins, la BNP a apparemment détourné l'argent qui était destiné à notre compte CCP, à la Chambre de compensation - je suppose - et a profité des intérêts pendant plusieurs semaines. Pour moi, cela s'appelle du VOL.
C'est cette BNP qui se voit "classée meilleure banque privée en France"chacun a le "leader" qu'il souhaite.

 

Il en va de la transparence bancaire comme de celle des tarifs de la SNCF :

"Alors que les clients dénoncent des tarifs qui varient du simple au triple pour un même trajet, le député UMP Hervé Mariton plaide pour le retour à un prix de référence."

 

Dans le cas des banques, l'Autorité, "en l'absence de justification sur la proportionnalité aux coûts, a enjoint les banques concernées de procéder à leur révision en prenant comme base les coûts de la banque la plus efficace.

 

Ces sanctions représentent, pour cette seconde infraction aux règles de concurrence, un montant total de 3,8 millions d'euros...

 

La création de la CEIC, qui ne correspond à aucun service rendu, a eu pour conséquence d'augmenter artificiellement les coûts supportés par les banques remettantes ce qui a ainsi pesé directement ou indirectement sur le niveau des prix des services bancaires.

 

Quand est-ce que les citoyens de ce pays, soumis et râleurs, s'organiseront-ils pour contrer ceux qui les exploitent depuis des décennies ?

 

Sérieuse question dans le pays du "chacun pour soi". Je rentre d'ailleurs de Paris où j'ai traversé la ville hier en taxi pour rejoindre la Gare de l'Est. Les rues étaient pleines de voitures, piétons, scooters, le chauffeur de taxi me disaient que les Parisiens sortaient en voiture quand il faisait beau.

 

Chacun ne pensant qu'à soi, sans prendre en compte les droits des autres, les voitures s'avançaient dans le carrefour, le feu passait à l'orange puis au rouge et elles bloquaient ainsi le passage à celle qui venait de l'autre rue. Force klaxon, qui ne servait à rien... Tout le long du trajet, les voitures et motos utilisaient le couloir bus/taxi, les piétons traversaient chacun ne voyant que soi, une dame a failli être renversée par le taxi dans le couloir de bus, elle traversait sans regarder. La manifestation par la pratique de ce qu'est le "chacun pour soi".

 

La conséquence ? Une perte de ressources innombrable, les citoyens arnaqués paient pour rien et crient après leur "pouvoir d'achat" - mot d'ailleurs peu utilisé à l'étranger.

 

Ils ont même élu un Président qui leur avait promis d'étre le Président du pouvoir d'achat.

 

En voilà un argument électoral ! Il semble avoir marché... pour l'élection, mais sinon, rien n'a changé.

 

Je suis curieuse de voir comment les Français s'organiseront pour ne plus accepter l'arnaque bancaire qui dure depuis des décennies. Cette nouvelle de ce jour, une amende à payer par les banques, n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan. C'est une tout autre dimension qui serait nécessaire. A suivre donc...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.