Tribune 3 déc. 2022

Écoles d’Art en danger

Suite à une situation de crise qui s’installe depuis plusieurs années déjà dans nos écoles d’arts, nous constatons le long processus de précarisation. Équipe pédagogique, technique, administrative et étudiants, nous prenons la parole pour exprimer notre extrême inquiétude quant au devenir de nos formations, mais aussi quant aux conditions de travail globales pour tous·tes au sein de ces institutions.

Nous, enseignant·es, technicien·nes et personnel administratif de l’École européenne supérieure de l’image (ÉESI) de Poitiers et d’Angoulême, venons d’être informé·es qu’un certain nombre de postes ne seraient pas reconduits dès la rentrée 2023 et durant au moins les deux années suivantes. S’agit-il de non-remplacements de départs en retraite, de destruction pure et simple de postes de contractuel·les, ou des deux ? Nous ne savons pas.

En plus d’un budget de fonctionnement qui n’a pas augmenté depuis onze ans et la création de l’EPCC, notre direction générale invoque, pour justifier la grande difficulté financière dans laquelle se trouve l’ÉESI, la crise énergétique et l’inflation de la masse salariale de l’école « aggravée » par des recrutements et l’augmentation du point d’indice. Notons ici le cynisme de l’argument, dans la mesure où celui-ci a été augmenté pour faire face à l’inflation mondiale en cours, après pratiquement 12 ans de gel.

En face, on nous demande de faire toujours plus, de nous inscrire dans un rayonnement national et international, d’adosser l’enseignement à la recherche dans le cadre du processus de Bologne, d’assurer en toute circonstance une continuité pédagogique (pendant une crise sanitaire inédite notamment), le tout à moyens non plus constants mais diminués. Désormais, il faudrait continuer à proposer un enseignement supérieur de qualité à nos étudiant·es en étant de moins en moins nombreux·ses. Comment y arriver ?

Nous connaissons déjà les effets de ces principes d’administration, nous en sommes déjà les témoins, voire les victimes : arrêts maladie, dépression, burn-out, démissions, etc.

Notre situation n’est pas un cas isolé : de nombreuses écoles supérieures d’art en France sont dans des situations tout aussi alarmantes, comme l’ESAD Valenciennes menacée de fermeture ou l’ENSA Bourges dont le bâtiment est gravement menacé. Partout, les conversations qui circulent entre collègues font état des mêmes situations : un désengagement accéléré des pouvoirs publics pour qui le maintien en bonne santé du réseau des écoles d’art publiques en France ne semble plus être à l’ordre du jour.

Que comprendre alors ? L’accompagnement de nos 11 000 étudiant·es n’est-il plus à l’ordre du jour ? Le maintien d’une scène artistique émergente de qualité n’est-il plus à l’ordre du jour ? Notre place dans l’écosystème de la culture et de la création contemporaine n’est plus à l’ordre du jour ?

Ne nous y trompons pas, ce que nos directions tentent parfois de faire passer pour des difficultés locales, conjoncturelles et transitoires relève d’une démarche structurelle globale et concertée pour démanteler un environnement d’apprentissage non assez « rentable » dans la logique libérale actuelle.

Livrer nos écoles à la concurrence de l’université et surtout des établissements privés, précariser et conditionner les financements à une mystérieuse rentabilité – comment se mesure-t-elle, quand il est question de formes et de conceptualisations ? – plutôt que d’établir un modèle pérenne et connecté aux enjeux contemporains : voilà le projet en cours, auquel se plient sans protester nos directions, nos financeurs, nos tutelles ministérielles.

Nous, artistes, théoricien·nes, designeur·euses, professeur·es, bibliothécaires, assistant·es d’enseignement, technicien·nes de l’ÉESI, sonnons l’alarme.

Nous appelons tous·tes nos collègues, mais aussi nos réseaux (artistes, commissaires, critiques, galeristes, institutions culturelles, etc.) à organiser et soutenir un mouvement national de lutte en faveur de la sauvegarde de nos postes, de nos écoles et de la liberté qu’elles représentent.

Nous tenons à saluer la mobilisation remarquable des étudiant·es de l’ÉESI qui s’organisent, occupent les locaux et se battent pour défendre non seulement leur école, mais aussi l’enseignement public de l’art en France. Merci à elleux.

La sauvegarde des écoles supérieures d’art publiques n’est pas un luxe.

L’équipe de l’ÉESI Angoulême/Poitiers

***

Communiqué des étudiant.e.s

Illustration 1

Ce communiqué fait suite à une situation de crise qui s’installe depuis plusieurs années déjà dans nos écoles d’arts. Nous constatons le long processus de précarisation de l’enseignement et du domaine de l’art public ainsi que leurs répercussions à l’échelle nationale. Nos écoles dépérissent sous nos yeux. La possible fermeture de l’ÉSAD à Valenciennes en est un bon exemple.

À l’EESI, la conséquence la plus immédiate et la plus importante de cette dégradation est la potentielle diminution de la masse salariale. Si rien n’est encore acté, nous savons que plusieurs postes sont menacés sur le site d’Angoulême comme de Poitiers. Il est question du non-remplacement de quatre enseignant·es titulaires partant·es à la retraite. Mais également du non-renouvellement de plusieurs contrats. Nombre de professeur·es et de technicien·nes risquent donc de perdre leur emploi à la rentrée de 2023. Quant à l’école, nous pouvons nous attendre à d’importants manques à venir en termes de pluralité et de qualité de l’enseignement. Cela n’est pas acceptable. Une question apparaît alors : L’école sera-t-elle capable de subsister dans ces conditions ?

Nous prenons la parole pour exprimer notre extrême inquiétude quant au devenir de nos écoles et de nos formations, mais aussi quant aux conditions de travail globales pour tous·tes au sein de ces institutions. Nous ne considérons pas comme viable une école aux enseignements réduits et aux postes insécurisants. Le milieu de l’art fabrique des conditions de vie précaires. Une école défaillante renforcera cette précarité.

À Poitiers, la forte population étudiante dynamise et fait vivre la ville. Il est clair que la fragilisation, voire la fermeture de l’école priverait la ville d’un atout. De surcroît, cette menace apparaît au moment où la construction d’un nouveau bâtiment pour l’école, coûtant plusieurs millions d’euros, est engagée. Ces situations mettent en lumière la contradiction des politiques culturelles, et renforcent notre sentiment d’incompréhension.

Nous savons la chance que nous avons de pouvoir étudier dans ces établissements publics. La plupart d’entre nous n’auraient jamais pu prétendre à un enseignement supérieur d’art en dehors du système public. Nous entendons qu’il n’y a plus d’argent pour nos établissements, que nous avons les mains liées. Notre direction nous dit que les solutions s’amenuisent. Voilà 12 années que les financements accordés à notre école n’ont pas évolué, et ceci face au coût de la vie toujours croissant. Mais nous savons une chose : l’argent est là. Seulement il n’est pas distribué à la culture.

Nous savons que cette problématique s’étend plus généralement au secteur de l’enseignement supérieur, et à bien d’autres du système public. Qu’en sera-t-il dans 10 ans ? L’accès aux enseignements supérieurs d’art passera-t-il uniquement par le privé ? Le monde de l’art sera-t-il gentrifié, encore plus qu’il ne l’est déjà ? De quels horizons et de quelle société seront issu·es les artistes de demain ? Nous le réaffirmons, l’accès à la culture ne doit pas, ne peut pas, être un luxe.

Nous savons que l’État n’est pas le seul engagé et que nous aurons à dialoguer avec la région, la commune et bien d’autres acteur·ices. Préserver notre école, commencera par préserver ses enseignant·es, ses technicien·nes. Nous sommes certain·es qu’il existe des solutions et sommes déterminé·es à aller les chercher. Nous avons la volonté de faire connaître nos problématiques, de faire entendre notre soutien au personnel de l’école, à notre école, comme à toutes les écoles d’art de France. Nous vous proposons un premier état des lieux dans ce communiqué. D’autres suivront.

Nous, étudiant·es en arts, sommes prêt·es à nous mobiliser pour nos écoles publiques et les valeurs qu’elles portent.

Les étudiant·es mobilisé·es de l’EESI Poitiers, le 28 novembre 2022.

étudiant.es en art en colère (@ecolesdartendanger) • Photos et vidéos Instagram