Lilian Alemagna
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2009

En Hesse, les sociaux-démocrates s’effondrent

Les Sociaux-démocrates ont perdu la première manche. A l’occasion des élections régionales en Hesse, coup-d’envoi d’une « super » année électorale en Allemagne, le SPD encaisse l’une des plus importantes défaites de son histoire : 23,7% des voix, soit 13 points de moins que lors du dernier scrutin. En 2008, les électeurs de la région de Francfort et Wiesbaden avaient déjà voté mais les partis avaient été incapables de former une coalition.

Lilian Alemagna
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Sociaux-démocrates ont perdu la première manche. A l’occasion des élections régionales en Hesse, coup-d’envoi d’une « super » année électorale en Allemagne, le SPD encaisse l’une des plus importantes défaites de son histoire : 23,7% des voix, soit 13 points de moins que lors du dernier scrutin. En 2008, les électeurs de la région de Francfort et Wiesbaden avaient déjà voté mais les partis avaient été incapables de former une coalition.

Cette fois-ci, les chrétiens démocrates de la CDU arrivent largement en tête avec 37,5% des suffrages exprimés (+0,4 pt) devant le SPD. Suivent les grands gagnants de cette élection : les Libéraux du FDP avec 16,2% (+6,8 pts) et les Verts avec 13,7 % (+6,2 pts). De leur côté, la gauche radicale représentée par Die Linke confirme son entrée au sein du parlement régional de Wiesbaden avec ses 5,4%. A un peu plus de huit mois des élections parlementaires, les Sociaux-démocrates peuvent donc se faire du souci quant à leurs chances de victoire le 27 septembre prochain.

Une chute sans fin

Certes, cette défaite du SPD s’explique d’abord pour des raisons régionales. Selon les analystes, beaucoup d’électeurs ont voulu sanctionner le manque de cohésion du parti après l’élection de janvier 2008 et la volonté de sa dirigeante de l’époque, Andrea Ypsilanti, de se rapprocher de la gauche radicale. Les sociaux-démocrates avaient alors manqué la victoire pour 0,1%. Andrea Ypsilanti, avait tenté de constituer un gouvernement avec les Verts et les voix de Die Linke. Elle avait échoué par deux fois, victime du désaveu de quatre députés de son propre parti.

Mais en vue des élections parlementaires, ce scrutin confirme surtout la chute des Sociaux-démocrates allemands, incapables de battre la CDU dans les régions et d’atteindre la barre des 30% dans les sondages. Depuis cinq ans, le parti a été incapable de récupérer le moindre Land à ses adversaires de la CDU. Tout juste a-t-il gardé ses quelques bastions (Berlin, Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, Brandebourg, Brême, Rhénanie-Palatinat). Et son candidat à la chancellerie, le Vice-chancelier Franck-Walter Steinmeier, est toujours loin derrière la chancelière Angela Merkel dans les intentions de vote.

Fin de la Grande coalition en vue

En revanche, même si le résultat en Hesse est loin d’être un triomphe pour la CDU, les Chrétiens-démocrates se réjouissent du principal enseignement du scrutin : dans la configuration politique à cinq partis que connaît le pays depuis 2005, une coalition entre les Chrétiens-démocrates (CDU) et les Libéraux (FDP) est bel et bien possible.

Après les élections en Basse-Saxe l’an passé, ces deux partis confirment en Hesse qu’ils peuvent réunir suffisamment de voix à eux deux pour former une coalition et ce malgré l’arrivée de Die Linke en tant que cinquième force politique. Plutôt de bon augure pour le parti d’Angela Merkel qui aimerait bien bénéficier d’une telle situation au Bundestag en septembre pour éviter, soit de reconduire une Grande coalition avec le SPD, soit d’être contrainte à une négociation difficile en vue d’une coalition à trois avec les Libéraux et les Verts.

Plus de majorité au Bundesrat

Sur le plan national, la mise en place d’une coalition CDU-FDP en Hesse a également une conséquence sur la composition future du Bundesrat (chambre Haute constituée de représentants de chaque Länder). En effet, l’arrivée de représentants FDP supplémentaires au sein de la chambre des régions ôte la majorité absolue dont bénéficiait jusqu’ici la Grande coalition. En période de crise, un handicap supplémentaire pour la Grande coalition soucieuse de faire passer rapidement les réformes négociées entre la CDU et le SPD.

Toutefois, cette lourde défaite peut permettre au SPD de trancher enfin sur l’attitude à adopter face à Die Linke au niveau national : alliance ou rejet total ? En Hesse, les électeurs ont clairement sanctionné le manque de clarté sur le sujet et les querelles internes dans le parti. Cette élection passée, le parti dispose de 240 jours pour décider d’une ligne politique claire vis-à-vis de Die Linke et surtout d’un programme censé incarner une alternative crédible au camp CDU-FDP, lequel risque bien d’engranger les bénéfices de cette victoire en Hesse. Prochaine manche : le 7 juin. En même temps que les Européennes, plusieurs millions d’électeurs allemands sont appelés à renouveler leurs conseils municipaux.

Lilian Alemagna

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85