Lilian Alemagna
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 août 2008

Le péage vécu par les Allemands vu par les Français

Le péage, c’est Français ! Pas simples pour nos visiteurs de s’y retrouver. Le péage de Fontaine, construit en 1976 est le premier que les allemands rencontrent en arrivant en France.

Lilian Alemagna
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le péage, c’est Français ! Pas simples pour nos visiteurs de s’y retrouver. Le péage de Fontaine, construit en 1976 est le premier que les allemands rencontrent en arrivant en France.

Le péage de Fontaine (Franche Comté) est situé à une extrémité du réseau d’autoroute APRR. Avant, il y a l’Alsace, où les autoroutes sont gratuites. Tous les Allemands qui partent en vacances dans le Sud de la France découvrent les joies de la taxe autoroutière avec le péage de Fontaine. En Allemagne cette bête curieuse n’existait pas pendant de longues années. Emmanuel Humeau, chef de péage de l’APRR de Fontaine explique cet état de fait. « Le système français consiste à faire payer à l’usager ce qu’il utilise, dans un soucis d’équité. En Allemagne, les autoroutes sont gratuites, mais chaque foyer fiscal dépense 400 euros par an pour les autoroutes, qu’il ait une voiture ou pas. » Les Allemands qui découvrent le péage sont parfois surpris. Et les incidents sont fréquents. Ils s’insèrent dans la voie réservée aux poids lourds, ou à celle pour les cartes bancaires, alors qu’ils n’en ont pas. (Amis germains, rassurez-vous, les français habitués au péage se trompent aussi !)

Le péage de fontaine a une particularité qui n’aide pas vraiment les touristes. Il demande aux usagers de payer une taxe forfaitaire. Actuellement 2,80 euros pour une voiture dite de tourisme. Le touriste qui vient de parcourir les routes de France, généralement celles du Sud, n’a pas croisé beaucoup de péage de ce type. A l’entrée de l’autoroute, l’automobiliste prend un ticket, et paye en sortant. Le système de forfait est donc tout aussi perturbant. « Certains s’arrêtent dans une voie, et attendent que le ticket sorte » explique Joséphine Parementier, surveillante du péage, dont la mission est de superviser le lieu.

Des péages urbains écolos

Il devient difficile pour l’Etat fédéral d’entretenir les autoroutes allemandes, et le gouvernement décide peu à peu de mettre aussi en place des systèmes de péage. Premiers touchés, les poids-lourds. Il est vrai qu’avec un poids moyen d’une quarantaine de tonnes, ce sont eux qui dégradent le plus la chaussée. Depuis le 1er janvier 2006, les camions doivent acquitter un droit de passage sur les autoroutes allemandes.

Et ce n’est pas fini ! S’il y a un domaine sur lequel les français doivent prendre exemple sur nos amis d’outre-Rhin, c’est l’écologie. Et justement, en Allemagne, tout comme en Italie, des péages - urbains cette fois – voient le jour. Trois villes allemandes tentent l’expérience depuis le 1er janvier 2008. Selon la classe polluante de titine, l’automobiliste reçoit une pastille. Si la pastille est rouge, il est prié d’aller polluer ailleurs. Les petits français en vacances de l’autre côté de la frontière risquent aussi quelques aléas de compréhension.

Stéphanie Goutte

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Ce soir, reportage à la frontière avec la Biélorussie, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. Et nos invitées : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé