"Débranchons nos télés..." De nouveaux slogans s'invitent dans les manifs

A Lyon, lors de la manifestation du mardi 28 octobre, un nouvel adversaire a été désigné:

la désinformation.

 

 

 

Lyon a particulièrement été sous les feux de l'actualité ces derniers temps.

Qui n'a pas vu les vitrines brisées de la rue Victor Hugo, les commerçants en colère et les "casseurs" de la Place Bellecour ?

 

Sauf que... les personnes présentes sur place savent que la situation a été très différente que ce que l'on a pu lire et entendre.

Notamment, deux évènements très graves ont été passés sous silence:

Mardi 19 octobre, la police a copieusement arrosé les manifestants de gaz lacrymogènes dans le seul but de disperser la manif.

Jeudi 21 octobre, les policiers ont séquestré et brutalisé environ 500 personnes sur la Place Bellecour.

 

Nous aurions pu légitimement penser que ces atteintes insupportables aux droits fondamentaux seraient largement dénoncées dans les journaux.

Mais non:

 

Il est écrit sur l'article présenté sur cette pancarte:

"Jeudi 21 octobre: isolé place Bellecour, un groupe de 300 personnes suspectées d'avoir commis des dégradations rue Sainte-Hélène sera soumis à une vaste opération de contrôle d'identité."

LA REALITE:

* une manifestation coupée en 2 par un guet-apens policier

* des centaines de personnes enfermées durant toute l'apès-midi place Bellecour par la police

* 500 personnes alors gazées, matraquées, passées au canon à eau (9 bars)... SANS SORTIE POSSIBLE

 

Ainsi, la police peut empêcher les gens de manifester, procéder à une garde à vue géante en plein centre ville et brutaliser les citoyens sans que cela ne soit dénoncé, mais au contraire présenté comme un simple contrôle d'identité de casseurs !

 

C'est pourquoi plusieurs manifestants ont exprimé leur colère, notamment en déchirant des piles de "gratuits" et en les jetant à la place qui leur convient: le caniveau.

 

Le défaut d'indépendance de nombreux médias a été souligné:

 

 

 

 

Heureusement qu'il existe quelques îlots de résistance.

 

Merci Mediapart.

Tenez bon, ne cédez pas à l'intimidation.

Nous avons, particulièrement en ces temps de luttes, besoin d'un media indépendant et de journalistes consciencieux.

 

 

Petit clin d'oeil:

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.