DÉNI DE JUSTICE ET DE SERVICE _ Part II

L'enfer admnistrativo-juridique, sur fond de harcelement criminel en reseau se poursuit ici...

Depuis 2 ans, je subis un harcèlement criminel en reseau, se composant de 3 differents niveaux de Harcèlement:

- le harcelement en reseau, qui est une organisation systemique visant à eliminer socialement une personne ciblée. 

Chaque aspect de sa vie sera systématiquement mis à sac, par plusieurs groupes d'individus n'ayant pas forcément de liens entre eux mais prenant part au même projet, coordonné bien en amont et "protégés" par une omerta institutionnelle qui pose question.

- le harcelement électromagnétique  (article à venir ), capable de tuer à distance et à petit feu

- le deni de service et de justice: j'ai déjà développé une première partie dessus. Voici la suite.

 

Ce deni de service repose en grande partie sur une impossibilité quasi structurelle (et non circonstancielle) d'acheminer correctement mon courrier, tant en émission qu'en reception.

Les courriers adressés au bureau d'aide juridictionnelle (cf partie 1), jusqu'à 2 courriers, n'ont pas eu de reponses du Tribunel de Grande Instance  de BOBIGNY.

Dans le premier, je demandais dans un premier temps l'attribution d'un nouvel avocat,

Puis dans le second courrier, je renonçais purementet simplement au benefice d'etre représentée au titre l'aide juridictionnelle,  toute procedure au JAF etant inutile puisque je suis le seul parent ayant reconnu ma fille.

Non, seulement je n'ai eu aucune reponse, mais un échange avec la chargée de communication du bureau d'aide juridictionnelle m'a conforté dans l'idée que le courrier concerné,  n'avait même pas été  traité. 

Le problème pourrait venir des services postaux qui ont pris pour habitude de ne pas delivrer mes courriers:

- Soit en les acheminant à la mauvaise adresse, comme ce fut le cas pour le Tribunal d'Instance (cf, part I)

- Soit en ne le distribuant tout simplement pas, comme l'indiquait ce week-end le statut d'un courrier envoyé en debut de mois via la plateforme internet de la Poste....et qui n'avait toujours pas été envoyé par ces derniers.

20190921-092600
screenshot-20190921-091602-chrome

 

 Certains courriers portaient justement sur le fait que mes correspondances etaient mal acheminés.

La poste ayant procédé à une enquête sans y trouver un quelconque acte de malveillance,

J'ai fait une main-courante en commissariat,  suivi d'une plainte auprès du procureur.

 

  • De la difficulté à être correctement représentée:

L'un des plus grands freins pour accéder à ses droits reste, à mon sens, la difficulté d'etre représenté par des avocats integres, le harcèlement en reseau reposant sur un système de corruption généralisée.

Je n'ai pas non plus eu beaucoup de chance sur ce point pour avoir croisé la route d'un avocat, qui m'a escroqué dès la première minute d'entretien.

Il n'avait en effet pas le droit d'exercer la fonction d'avocat au moment où il contractait une convention d'honoraires portant sur une rémunération de 2000 euros avec moi.

Je n'en ai heureusement versé que 700...que je ne reverrai jamais. Cet avocat n'a jamais contacté les differentes juridictions pour s'assurer, comme je le fais,  qu'aucune procedure n'etait en cours, me concernant et surtout à mon insu (usurpation d'identité ).

Il m'avait demandé d'entrer en relation avec les services sociaux de ma ville, en affirmant que mes enfants et moi encourrions un danger immediat dont il n'a jamais précisé la nature. Etait-il au courant de certains points que j'ignorais (et ignore toujours par ailleurs,  ce "danger imminent" dont il avait la primeur, ne s'etant pas encore révélé ).

Cet avocat devait appeler ces services sociaux afin de leur expliquer ma situation et credibiliser mes dires.

Il ne l'a JAMAIS fait.

C'est ce qui m'a alerté et poussé à contacter le battonier de Paris, qui m'a informé de l'escroquerie dont j'avais fait l'objet, avant de statuer dessus.

20190316-140235

 

 

20190316-140744
20190316-140840

 

J' ai été très surprise d'apprendre que cet avocat exercait toujours, en depit du jugement émis et de la plainte déposée.

Et encore plus surprise de constater qu'il etait impliqué dans une affaire de retrait d'enfants, hautement médiatisée. Je n'en tire aucune conclusion...j'enonce juste, preuves a l'appui, des faits.

screenshot-20190927-083617-facebook

Tout en soulignant l'impossibilité pour un justiciable d'accéder à l'exercice de ses droits, sans un avocat honnête,  intègre et probablement même , dans un cas comme le mien, engagé. 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.