eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

822 Billets

4 Éditions

Billet de blog 2 nov. 2021

Calais : 23 jours de grève de la faim et rien ne change !

Monsieur le Président de la République, n’y a-t-il personne avec suffisamment de courage politique pour décider d’une pause de cinq mois dans les violations quotidiennes des droits fondamentaux dans notre pays ?

eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

23 jours de grève de la faim, et rien ne change !

Nous ne voulons plus d’effets d’annonce !

Cela fait 23 jours qu’Anaïs, Ludovic et Philippe sont en grève de la faim, ils mettent leur vie en danger et aucune réponse n’est apportée à leurs revendications : l’arrêt des expulsions pendant la trêve hivernale et de la destruction des effets personnels. Le dialogue raisonné et citoyen demandé est toujours inexistant.

Sans aucune discussion préalable avec les grévistes de la faim, les propositions du gouvernement ont été présentées sur les plateaux télé dès le 31 octobre. Le lendemain, premier jour de la trêve hivernale, six lieux de vie – soit plus de 1000 personnes - ont été expulsés en toute illégalité et sans qu’aucun dispositif d’hébergement ne soit proposé. Ces annonces sont totalement déconnectées de la réalité. Elles ne changeront rien aux traitements inhumains et dégradants que subissent chaque jour les personnes exilées à Calais.

Nous le savons, on voudrait vous faire croire que nous refusons le dialogue. Or celui-ci n’a jamais débuté. Nous ne refusons pas le dialogue mais nous ne négocierons pas des propositions infaisables, illégales et hypocrites :

• Infaisables, car un diagnostic social préalable à chaque expulsion impliquerait un entretien individuel tous les deux jours avec chacune des 1500 personnes présentes sur l’ensemble des terrains expulsés. Un tel dispositif est indispensable, mais requiert un cadre apaisé et stable, incompatible avec les expulsions.

• Illégales, car les expulsions en flagrance continueront alors qu’elles ne sont qu’un détournement du droit conduisant à la violation des droits fondamentaux des personnes occupantes de terrain. Nous le rappelons, une décision de justice doit être un préalable à toute expulsion de terrain.

• Hypocrites, car les mises à l’abri dont on a de cesse de nous parler ne sont à Calais que des déplacements forcés des personnes loin de la frontière vers des hébergements dans lesquels nous savons d’expérience que les personnes ne resteront pas. En prévenant les personnes 24h avant chaque expulsion, la proposition de l’État est de les contraindre à s’expulser elles-mêmes, avant qu’elles n’aient d’autres choix que de se réinstaller au même endroit.

Nous maintenons que la seule solution concrète pour empêcher les traitements inhumains et dégradants est l’arrêt des expulsions. Ceci permettrait un premier pas vers un retour à la légalité et la dignité et rendrait caduques les politiques de déplacement forcé. Cela fait 5 ans que cette politique « zéro point de fixation » est à l’œuvre à Calais, 5 ans que l’on voit les blessures que cette politique inflige aux corps et aux esprits des personnes exilées, 5 ans que, malgré cette politique, ces personnes sont à Calais.

Nous, associations et grévistes de la faim, ne souhaitons pas que les personnes vivent dans les conditions indignes d’un campement et n’avons de cesse de demander une vraie politique d’accueil. La fin du harcèlement quotidien, et donc la fin des expulsions, est une condition indispensable pour permettre aux personnes de réfléchir sereinement à leur projet.

Pourtant, le médiateur n’a fait aucun pas vers les grévistes. La discussion doit donc continuer avec ceux qui peuvent faire bouger les lignes. Monsieur le Président de la République, n’y a-t-il personne avec suffisamment de courage politique pour décider d’une pause de cinq mois dans les violations quotidiennes des droits fondamentaux dans notre pays ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik