Je les ai entendu me dire qu'avec ma blouse je serai «un héros»

Elle a 21 ans, en dernière année à l'école d'infirmière. Elle s'est portée volontaire. Elle s'est lancée dans la bataille ... elle a accepté que je partage son témoignage sur ce blog, qu'elle en soit remerciée.

Je les ai entendu me dire qu'avec ma blouse je serai "un héros". J'ai été étonnée de les entendre me demander comment j'allais. J'ai été touchée de l'attention qu'ils pouvaient nous porter.

J'ai été choquée du peu de matériel qu'on nous a fourni. Un masque, une casaque, une charlotte. Énervée d'entendre dire qu'avec ça, on est protégé. J'ai eu soif, marre, ras le bol, envie de pisser. J'ai eu le nez qui gratte à peine je venais de mettre mon masque. Celui que j'allais garder 8h. C'est pas grave après tout on est des héros. J'ai eu peur aussi. Puis je me suis rappelé qu'ils n'avaient que nous. J'ai soufflé un grand coup, puis je suis repartie. Je t'ai côtoyé de près coco, je ne te vois pas, mais toi si. J'ai prié. J'ai prié à chaque fois que je suis rentrée dans le vestiaire. J'ai prié à chaque fois que j'en suis sortie. On m'a dit que le virus ne passerait pas mon domicile. Pourtant tu sais coco, j'ai tellement peur que j'ai mis ma vie de couple entre parenthèses. J'ai peur pour lui, pour ma famille, pour eux. J'ai vu coco, les dégâts que tu fais. Tu nous fais peur. C'est pas grave après tout on est des héros.

Demain j'y retournerai, après demain aussi, et les jours d'après aussi. J’étais pas obligée de venir tu sais, mais ils n'ont que nous.

Sur le front, comme on dit, c'est la guerre. On a pas d'armes coco, tu l'a bien compris.
J'ai avalé de travers quand je me suis rendue compte de la réalité du terrain. Je me suis demandé pourquoi je me suis portée volontaire, puis je me suis rappelé que je fais cela pour eux. Je suis un peu bête tu me diras mais j'aime les gens.

Aujourd'hui, pour la première fois j'ai pleuré dans ma voiture. Je me suis rendu compte que les cercueils c'était notre quotidien. Je me suis rendue compte de la réalité. Je me suis rendu compte que c'est pas des bêtises tout ça. Je me suis rendue compte que tu es bel et bien là. Je me suis rendu compte de l'épuisement des équipes. C'est mon 3ème jour coco, et je suis déjà épuisée.

"C'est pas grave, nous sommes des héros".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.