eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

838 Billets

4 Éditions

Billet de blog 10 févr. 2015

"Solo andata" - Aller simple

eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

réalisé par Alessandro Gassmann
texte d'Erri De Luca
musique de Daniele and Mauro Durante
produit par OH!PEN Italia

source : page facebook de Erri de Luca

© Canzoniere Grecanico Salentino

Nous sommes les innombrables, redoublés à chaque case d'échiquier, Nous pavons de squelettes votre mer pour marcher dessus;
Vous ne pouvez nous compter, une fois comptés nous augmentons fìls de l'horizon, qui nous déverse à seaux.
Aucune police ne peut nous opprimer plus que nous n'avons déjà été blessés.
Nous serons vos serviteurs, les enfants que vous ne faites pas, nos vies seront vos livres d'aventures.
Nous apportons Homère et Dante, l'aveugle et le pèlerin, l'odeur que vous avez perdue, l'égalité que vous avez soumise.
De toute distance nous arriverons, à millions de pas, nous sommes les pieds et nous soutenons votre poids.
Nous déblayons la neige, nous lissons les prés, nous battons les tapis, nous recueillons la tomate et l’insulte.
Nous sommes les pieds et nous connaissons le sol pas à pas, nous sommes le rouge et le noir de la terre,
un outremer de sandales défoncées,
Le pollen et la poussière dans le vent de ce soir.
L'un de nous a dit au nom de tous: “Vous ne vous débarrasserez pas de moi. D'accord, je meurs, mais dans trois jours je ressuscite et je reviens».
Erri De Luca

Siamo gli innumerevoli, raddoppia ogni casella di scacchiera
lastrichiamo di corpi il vostro mare per camminarci sopra.
Non potete contarci, se contati aumentiamo
figli dell'orizzonte che ci rovescia a sacco.
Nessuna polizia può farci prepotenza
più di quanto già siamo stati offesi.
Faremo i servi, i figli che non fate,
le nostre vite saranno i vostri libri di avventura.
Portiamo Omero e Dante, il cieco e il pellegrino,
l'odore che perdeste, l'uguaglianza che avete sottomesso.
Da qualunque distanza arriveremo, a milioni di passi
noi siamo i piedi e vi reggiamo il peso.
Spaliamo neve, pettiniamo prati,
battiamo tappeti, raccogliamo il pomodoro e l'insulto,
Noi siamo i piedi e conosciamo il suolo passo a passo.
noi siamo il rosso e il nero della terra,
Un oltremare di sandali sfondati,
il polline e la polvere nel vento di stasera.
Uno di noi, a nome di tutti, ha detto:
“Non vi sbarazzerete di me.
Va bene, muoio,
ma in tre giorni resuscito e ritorno”.


Erri de Luca : "L'ho conosciuto in inverno. Girava una scena in cui doveva buttarsi in mare a salvare una donna. Si buttò vestito e nuotò. Io sulla spiaggia avevo freddo nella giacca a vento. Lui, Manrico Gammarota, non ebbe ne' freddo ne' paura. Mi tengo il suo sorriso come lasciapassare per i giorni bui."

J'ai fait sa connaissance en hiver. Il tournait une scène dans laquelle il devait se jeter à la mer pour sauver une femme. Il s'est jeté tout habillé et nagea. Moi, sur le plage, j'avais froid dans le vent glacial. Lui, Manrico Gammarota, n'a ressenti ni froid ni peur. Je me garde son sourire comme laisser-passer pour les jours sombres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié