Inauguration du Monument en hommage aux 639 Fusillés pour l’exemple

Durant la Première Guerre mondiale, 639 soldats et officiers furent Fusillés pour l’exemple par décision d’un Etat-major avide du sang des soldats, y compris du sang des Poilus, leurs propres troupes. 2 500 hommes sous l’uniforme furent condamnés à mort et 639 exécutés par des balles françaises.

https://www.fnlp.fr/news/650/17/Tous-a-Chauny-le-6-avril-2019.html

Fédération nationale de la libre pensée - 11 mars 2019

Pour l’inauguration du Monument en hommage aux 639 Fusillés pour l’exemple !

 © flnp © flnp

Il y a 100 ans se tenait le procès de Raoul Villain, l’assassin de Jean Jaurès (du 24 au 29 mars 1919). On sait que l’assassin fut acquitté et la veuve de Jean Jaurès condamnée aux dépens (qu’elle ne paiera jamais). L’anarchiste qui avait attenté à la vie de Georges Clémenceau lui n’avait pas eu cette chance et s‘il échappa à la guillotine, il alla quand même en prison pour un bail de 10 ans.

L’indignation fut telle que la classe ouvrière avec la CGT en tête décida de faire une gigantesque manifestation de protestation. C’est ainsi que le 6 avril 1919 (c’est pourquoi la Libre Pensée a choisi cette date pour l’inauguration du monument à  Chauny), 300 000 personnes manifestèrent de la place Victor Hugo à Paris, jusqu’au square Lamartine où il y avait un buste de Jaurès, en contournant le Trocadéro et passant devant la demeure du Grand Tribun socialiste pour saluer sa veuve dans un moment d’émotion intense.

Le 1er avril 1919, 2 jours après le verdict inique, 5 000 mineurs de Carmaux, circonscription électorale de Jaurès se mettent en grève.  René Viviani (il fut le Premier Président du Conseil de la Guerre de 1914-1918),qui avait déclaré en 1905, après le vote de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat : « Nous avons arraché les consciences à la croyance. Lorsqu'un misérable, fatigué du poids du jour, ployait les genoux, nous lui avons dit que derrière les nuages, il n'y avait que des chimères. Ensemble, d'un geste magnifique, nous avons éteint dans le ciel des étoiles qu'on ne rallumera plus» ; totalement indigné de l’acquittement de l’assassin, déclarera : « La route est bordée de tombeaux, mais elle mène à la Justice. »

Le procès de Jaurès fut une parodie de non-justice et une tentative de démontrer aux mauvaises consciences que Jaurès, s’il n’avait pas succombé aux balles de son assassin aurait été un fervent partisan de l’Union sacrée. Pourtant le Grand Tribun avait prévenu : « La guerre, même victorieuse, pour la France, ne pouvait être une solution, elle n’était qu’une aggravation, peut-être irrémédiable, de son affaiblissement. » Il eut mille fois raison, la suite le prouva.

Contre la guerre, il prônait la grève générale, car « toutes les voix du socialisme doivent être entendues, parce qu’elles dirigent toutes les pensées vers le même but. » Ce qui fit dire à Marcel Bidegaray, Secrétaire général des Cheminots CGT : « Il y a au moins en France et dans le monde, un milieu dans lequel la mémoire de Jaurès ne périra pas, c’est la classe ouvrière organisée, la CGT. » Le Général Regnault, ami du socialiste dira : « Jaurès à été la première victime de la guerre » et Paul Boncourt son avocat au procès de Villain : « Jaurés fut le Grand assassiné ».

Parce que Jaurès aurait été du côté des Fusillés pour l’exemple :

La Libre Pensée rendra hommage à Jaurès

Le 6 avril 2019 à Chauny à 15H

En inaugurant le monument en hommage aux Fusillés !

 

Présentation du projet et tous les détails de l'organisation de la journée sur le site de la FDLP

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.