eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

839 Billets

4 Éditions

Lien 17 févr. 2017

Cher Emmanuel Macron, qui humilie qui avec la Manif pour Tous? par Baptiste Beaulieu

Nous ne sommes pas le marche-pied sur lequel vous pouvez essuyer vos mocassins avant de mieux vous hisser vers le pouvoir.

eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.huffingtonpost.fr/baptiste-beaulieu/cher-emmanuel-macron-qui-humilie-qui/?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

Reprise , avec son aimable autorisation, d'un billet  de Baptiste Beaulieu sur son blog au Huffington Post (16 février 2017)

Texte qu'il a diffusé également sur sa page facebook où il est "agrémenté" de quelques photos qui permettront à ceux qui ont la mémoire courte de se rappeler qui à l'occasion des débats sur le mariage pour tous a humilié et qui a été humilié.

Monsieur Beaulieu est médecin, écrivain et tient par ailleurs le blog

"Alors Voilà" - Journal de soignés/soignants réconciliés -

Bonjour Emmanuel Macron,
Dans les colonnes du journal L’Obs vous avez déclaré « C’est ce qui s’est passé avec le mariage pour tous. On a humilié cette France-là. Il ne faut jamais humilier. »
Afin de bien situer la phrase, je mets ici la définition Larousse du terme « humilier » :

"Atteindre quelqu'un dans son amour-propre, sa fierté, sa dignité, en cherchant à le déprécier dans l'esprit d'autrui ou à ses propres yeux."

Il ne faut jamais humilier, dites-vous, et je suis d’accord.
Mais ici, monsieur Macron, qui humilie qui ?
Quand des hommes et des femmes défilent par centaines de milliers dans les rues, et arborent des pancartes « La France a besoin d’enfants, pas d’homosexuels », qui humilie qui ?
Quand ces mêmes manifestants collent des stickers sur les réverbères « Non aux Enculés », ou encore : « Un homme + une femme, pas deux pédés » qui humilie qui ?

Quand, durant cette période, l’association SOS homophobie enregistre une augmentation de 78% du nombre de témoignages transphobes, homophobes, lesbophobes, qui a humilié qui ?
Quand des gens qui ne vous connaissent pas, qui ne savent rien de vous, des élans du coeur ou des valeurs qui vous portent, quand ces gens-là sont dans vos rues, vous attendent aux sorties de métro et vous distribuent des tracts expliquant combien ils vous estiment inapte à être père ou mère, au seul prétexte que vous aimez les femmes quand vous êtes femme, les hommes quand vous êtes homme, qui juge qui ? Qui humilie qui ?
Quand chaque année, la première cause de suicide chez les adolescents est la découverte douloureuse d’une appartenance à une orientation sexuelle minorisée, qui a été poussé à bout ? Qui a été atteint dans son amour-propre, sa fierté, sa dignité, qui a été déprécié dans l'esprit d'autrui ou à ses propres yeux ? Qui a été humilié ?
Quand des sénateurs ont prédit que nos mariages seraient la porte ouverte à la décadence, au fascisme Orwellien, à la polygamie, à la zoophilie, au clonage raélien (si, si…), qui a été humilié ?
Quand ces députés parlaient de nos enfants comme d'enfants playmobils, qu’ils estimaient que nous allions détruire et saccager leurs âmes, que nous fabriquerions des terroristes en puissance, qui, Monsieur Macron, était du côté des humiliés ?
Imagine-t-on un seul instant que Rosa Parks ait pu humilier les blancs pour avoir voulu s’asseoir à la même place qu’eux dans les bus ?
La vérité c’est que nos familles, nos amours, nos identités, nos enfants, ont été jaugés, soupesés, jugés, vilipendés, insultés, biologisés, psychiatrisés, analysés, et plus que jamais utilisés à des fins politiques alors que nous ne réclamions qu’une seule chose :

AVOIR LES MÊMES DROITS QUE LES HOMOPHOBES.

En ratissant politiquement la droite comme vous le faites avec ces propos ou vos mains tendues (dans un geste réitéré) vers la Manif pour Tous, vous vous inscrivez dans la droite ligne de ces gens-là : vous continuez à utiliser la réalité de nos vies, de nos familles, de nos enfants, et de nos identités à des fins politiques et narcissiques.
Nous ne sommes pas le marche-pied sur lequel vous pouvez essuyer vos mocassins afin de mieux vous hisser vers le pouvoir.
NOUS existons.
NOUS avons des sentiments.
NOUS avons été heurtés.
Et par-dessus tout, NOUS avons été humiliés.

Nous ne nous laisserons plus faire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart