eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

742 Billets

3 Éditions

Billet de blog 19 juin 2019

Erri de Luca - Mal di mare

“La mer fidèle y dort sur mes tombeaux !” - “Je vois, seul, parfois, des cercueils à voile / lever l’ancre avec de pâles défunts”

eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Texte d'Erri de Luca, traduit par mes soins, paru sur son blog dans  le site de sa fondation ce 18 juin 2019

Mal de mer

Chaque été je retourne nager en méditerranée. Je jette mes bras en arrière, je vais sur le dos, le visage vers le ciel. Je pousse avec les pieds et m’éloigne.

Je me tourne pour me rincer la langue, les dents, les gencives d’une gorgée. Je l’aspire par le nez pour sentir son odeur jusque dans la gorge.

 Ce n’est pas la même mer, elle n’est plus elle-même. Ce n’est pas la mer des naufrages de Jonas, Ulysse, Enée, Paul de Tarse, Shelley. Elle avertissait par des signes les navigateurs qui comprenaient le message et cherchaient refuge.

Maintenant c’est une mer de noyade sans tempête. Elle ne peut avertir avec des nuages, par un vol de mouettes. Maintenant des navires passent à côté des naufragés et poursuivent indifférents leur voyage. Jamais on avait vu auparavant une telle arrogance dans la lâcheté.

Maintenant la piraterie sur les côtes libyennes bat pavillon des gardes-côtes, ratisse les fugitifs pour les ramener en esclavage, dans le circuit de vente.

 Paul Valéry a écrit une longue poésie : “Le cimetière marin”. Un vers donne ceci : “La mer fidèle y dort sur mes tombeaux !” C’était en 1920, il y a quatre-vingt-dix neufs années. Il voyait une autre mer, avec les noms inscrit sur les pierres tombales. Maintenant c'est une fosse commune, son fond parsemé de noyés de toute part.

Des décennies après Paul Valéry, Neruda a écris : “Je vois, seul, parfois, des cercueils à voile / lever l’ancre avec de pâles défunts”. Le passage des barques à cercueils fut annoncé à l’avance.

Maintenant un jeune garçon écrit sur son maillot le nom de sa mère afin que quelqu’un puisse faire savoir qu’il n’est jamais arrivé.

Aujourd’hui les corps de jeunes vies sans bagages ni nom se désagrègent en un plancton général, voyageant au gré de la chaîne alimentaire. Ils deviennent coraux, algues, méduses.

Aujourd’hui un bateau qui approche pour sauver qui a déjà la moitié du corps sous la surface tient du miracle, surgissement de Zorro qui extirpe de l'échafaud le condamné à mort. Un gouvernement, le plus grossier jusqu’à ce jour, écrit d’une encre de bile un ordre qui les confinent au large.

 Il faudrait un poète, cent ans après Valéry, pour décrire la mer de maintenant, calme et plate comme un linceul.

 Je nage sur le dos, je flotte le visage vers le ciel, avec le privilège d’avoir à portée de bras la côte de départ. Jamais eu le mal de mer. Pour celui que j’éprouve maintenant il n’y a pas de pilule.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85