Nous avons comme un Auschwitz à 120 miles nautiques des côtes italiennes

Ils échappent aux horreurs des camps libyens avec sur eux les séquelles des tortures. A Monza il y a un chirurgien qui les soignent : il s'appelle Massimo Del Bene et à l’hôpital "Saint Gerardo" il reconstruit les mains des migrants malmenés dans les prisons libyennes. Elisabetta Santon l'a interviewé, écoutez ce qu'il lui a raconté ...

http://www.rainews.it/dl/rainews/media/intv-medico-migranti-santon-cbe8cfbe-9138-4a43-bbcb-fd5235357783.html?fbclid=IwAR2UBLzhnev4WB_EsjC0D42M6mKWfVhmWaLgvdvpZD7I5UEWccUnTN_8xAo

rainews.it - 27 août 2019

(vidéo 2'26)

 

Regardez, tous les os sont cassés. On voit qu’ils ont été martelés. Tous les dix doigts sont cassés .../… ce n'est pas que nous racontions des "bobards", nous avons des radios, des éléments objectifs de nombreux cas clinique. Contrairement aux négationnistes (ndrl ceux qui affirment qu'il n'y a pas de torture en Libye) nous sommes l'objectivité. Nous sommes des (soignants, des techniciens), nous ne faisons pas de politique.

Voilà la main avec tous les os cassés, elle a été maintenue immobile et martelée.

.../…

Nous avons comme un Auschwitz à 120 miles nautiques des côtes italiennes.

Ceux qui disent renvoyons-les d'où ils viennent c'est comme si ces gens s’échappaient d'Auschwitz et qu'ensuite ils y seraient ramenés.

../… (La réalité) des ports "sûrs" en Libye, ce sont des choses comme on voit ici.

C'est le Moyen Âge qui entre dans notre civilisation !

.../…

Voici des lésions avec un marteau : fracture, fracture, fracture. Ce sont des mains qui n'ont plus aucune utilité, même pas pour s'habiller.

 

Nous devons corriger des situations, sur des lésions invétérées qui datent de deux à trois ans. C'est bien de la torture : si on coupe un nerf, il faut opérer dans les 6 à 8 mois. Au delà on ne peut pas récupérer, il ne se régénère pas.

Si j'interviens après trois ans ce nerf je ne peux plus le récupérer donc je dois inventer quelque chose pour rendre sa sensibilité à la main.

 

Ceci ce sont des lésions par de l'essence, la main ne s'ouvre plus. Une chose est d'intervenir sur des lésions récentes, tout autre chose est d'intervenir sur des lésions invétérés qui datent de plusieurs années ...

 

traduction (partielle et imparfaite) e.p.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.