https://citoyenssolidaires06.com/2017/01/21/lettre-de-cedric-herrou-au-grand-procureur-de-nice-jean-michel-pretre/

Billet remanié dans sa présentation pour en faciliter la lecture - Merci à La Guillaume de me l'avoir suggéré.

Par csds06  le21 janvier 2017

Suite à l’arrestation de Morgan, Lucille et Cédric, ce dernier écrit au procureur qui après une intervention musclée a libéré tout les prévenus sans aucune poursuite judiciaire malgré plusde 36h de garde à vue et d’énormes moyens mobilisés : près de 30 policiers casqués et armés, une mobilisation des militaires du dispositif « sentinelle », des lunettes infrarouges, des enquêteurs en civil ainsi qu’un drone. Le bilan de cette opération se réduirait à l’arrestation de ces 3 mineurs que Cédric avait pris en charge depuis plus d’un mois et pour qui il demandait aux pouvoirs publics une prise en charge. Ce bilan inclut aussi le traumatisme de l’infirmière de Médecins du Monde sur qui un policier a pointé son arme en hurlant, l’agression du journaliste de Libération plaqué au sol ayant subit par 2 fois une clé au bras et bien sur le choc vécu par ces enfants soudanais.

 

 Monsieur le procureur,

Vous avez fait pleurer ma mère, mon père.

Vous avez arrêté mon frère, mon amie.

 Vous nous avez mis sous les verrous, traités comme des chiens, des malfrats.

 Vous avez ordonné à une trentaine de gardes mobiles, armes aux poings, d’entrer sur mes terres, prendre ces trois enfants sans parents, qui attendent chez moi, depuis plus d’un mois d’être pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance.

 

Ces enfants ont connu la guerre, la torture, l’esclavagisme.

 Ces enfants que je protège

Ces enfants qui m’ont donné leur confiance.

Vous avez au nom de votre France, violé les droits de l’Enfant!

Ils attendaient sécurité de la part de notre pays!

Vous me savez sensible aux personnes que j’aide, aux personnes que j’aime.

Vous savez que ma liberté ne s’arrêtera pas aux barreaux de vos prisons et vous tapez là où ça fait mal !!!

 Sachez Monsieur le Procureur que je resterai fidèle à mes convictions, que ma France, que notre France, continuera à défendre les droits des hommes, des femmes, des enfants présents sur le sol français au nom de nos valeurs qui fondent la République Française.

Ne pensez pas que je suis seul, nous sommes des milliers, des millions!

 Chacun son métier, le mien c’est agriculteur, le vôtre c’est de faire respecter la Loi. Loi qui protège et fait que le vivre ensemble soit la règle primordiale de notre démocratie.

Vive notre France

et …..celle que que tu représentes

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.