Jean Ziegler: «Nous avons recréé des camps de concentration»

Il est rentré bouleversé d’une mission pour l’ONU sur l’île grecque de Lesbos, où se trouve le tristement célèbre camp de réfugiés de Moria. Jean Ziegler accuse l’Europe de bafouer les droits de l’homme et publie «Lesbos, la honte de l’Europe». Rencontre avec un rebelle dont la colère ne faiblira jamais.

https://www.illustre.ch/magazine/jean-ziegler-avons-recree-camps-concentration?utm_source=Newsletter+L%27illustr%C3%A9&utm_campaign=2176895fae-NEWSLETTER_ACTU&utm_medium=email&utm_term=0_2df58ceca6-2176895fae-118489717&fbclid=IwAR2ozTPep0gDwDkxvpE3lAlh3mvSMsEwRT3J_jJYK_5mxem0wjkkZJm4988

A l'heure où le monde entier se réunit fort justement pour honorer la mémoire de tous ceux qui sont morts dans les camps nazis et pour rappeler l'horreur de la Shoah , Jean Ziegler, qui sait de quoi il parle, affirme que l'Europe a recréé en son sein des camps de concentrations. e.p.

 

Lesbos, la honte de l'Europe de JeanZiegler - Ed. du Seuil, 144 pages,  2020

-_-_-_-_-

L'ILLUSTRÉ - Camille Pagella, le 23 janvier 2020

Jean Ziegler: «Nous avons recréé des camps de concentration»

.../... lorsque je suis allé à Lesbos, dans le camp de réfugiés de Moria, j’ai été terrifié de comprendre que ce genre de choses se passait aussi en Europe et, pire, au nom de l’Europe. En tant qu’Européen, je me suis tout d’un coup senti complice de la stratégie de terreur, de ce refus du réfugié et de la chasse à l’homme qui règne sur les îles grecques.

.../... - Que se passe-t-il sur ces îles grecques justement? Qu’avez-vous vu dans le camp de réfugiés de Moria?
- Des barbelés, de la nourriture avariée, des conditions d’hygiène absolument affreuses. A Moria, les toilettes sont insalubres et ne ferment pas. Il y en a une pour plus de 100 personnes. Les douches sont à l’eau froide. Le camp se divise en deux. A l’intérieur du camp officiel, plusieurs familles se partagent un seul container, ce qui ne leur laisse que 6 m2 pour vivre. A l’extérieur, ce que les officiels appellent poétiquement «l’oliveraie», c’est un bidonville à l’image de ceux de Manille ou de Dacca. Les enfants jouent dans les immondices entre les serpents et les rats, et lorsqu’il neige, les tentes s’effondrent. Ces camps de réfugiés qu’on appelle des «hot spots» sont de véritables camps de concentration. Les suicides s’y multiplient, les enfants s’y automutilent. C’est le seul endroit, dans le monde entier, où Médecins sans frontières a une mission spécifiquement pédopsychiatrique pour essayer de détourner la volonté de suicide des enfants et adolescents.

.../... le droit d’asile est lui aussi violé?
- Il est liquidé. Nombre de réfugiés sont repoussés en pleine mer par les bateaux de guerre de l’agence européenne Frontex*, de l’OTAN, des gardes-côtes grecs et turcs sans avoir eu la possibilité de déposer leur demande d’asile. Je cite le droit d’asile: «Quiconque est persécuté pour des raisons ethniques, religieuses ou politiques dans son pays a le droit de chercher protection dans un Etat voisin.» Il n’y a donc pas de traversée illégale d’une frontière dans ce cas. Bien entendu, l’Etat qui reçoit le réfugié est en droit de l’accepter ou de le refuser, mais il a comme devoir d’examiner la demande du réfugié. Les droits fondamentaux, des valeurs sur lesquelles l’Europe est fondée, sont violés et c’est très dangereux.

.../...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.