eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

839 Billets

4 Éditions

Billet de blog 24 mars 2015

Erri de Luca - "La Perte et le Gain"

eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Traduction par mes soins d'un billet Erri  de Luca : perdita e guadagno, sur le blog de sa fondation, daté du 10 février 2015

Extrait d'un poème d'Eliot*:

Phlébas le phénicien, un mort de quinze jours,

a oublié le cri des mouettes, et la houle profonde

et les profits et les pertes

© Maeva.p

 En montagne c'est le contraire, perte et gain, arrivée au but ou échec ne s'oublient pas et forment un couple si serré qu'ils se superposent l'un à l'autre.

En juillet 1865, il y a de cela bientôt 150 ans, le Cervin a été gravit par le versant Suisse. Durant la descente quatre alpinistes du groupe qui avaient fait l'ascension sont morts.

Ainsi l'alpinisme a commencé à lier étroitement le deuil et le succès d'avoir atteint la cime, la fête et l'enterrement. L'alpinisme est en cela une expression de la vérité, dans laquelle “the profit and loss” de Eliot, le gain et la perte sont les deux temps d'une même respiration.

Dans la récente idolâtrie des vainqueurs se reflète il est vrai le reflet déformé d'une quelconque victoire, vite oubliée.

Les coupes et le médaille servent justement à se rappeler ce bref  triomphe, qui disparaît aussi vite que la chronique dans le journal du jour. Les défaites durent bien plus longtemps et n'ont pas besoin de métal pour rester d'actualité.

Le long des pentes qui conduisent aux sommets les plus colossaux de la planète se rencontre les corps congelés des alpinistes mort de la tempête, d’œdème, de faim. Ils sont des points de repères pour qui passe à proximité, ajoutant ainsi un paragraphe à leur propre biographie.

L’alpinisme est une vérité qui éclate au visage.

Pendant de nombreuses années le passage clé de la voie népalaise de l’Everest le « step » Himmary à 8700 mètres, passait littéralement sur le corps d'un alpiniste qui était resté prisonnier de ses cordes et était congelé là. Les pointes des crampons des grimpeurs s’agrippaient sur le bloc de glace de son linceul. Par la suite sa famille a financé une expédition qui libéra le corps du passage, en le faisant se précipiter le long de l'immense paroi ouest.

En tant que pratiquant l'escalade je sais qu'un sommet atteint exauce un désir tout autant qu'il l'épuise. Alors même qu'il l'accompli il le vide. Le gain et la perte coïncident.

Il en est ainsi aussi avec les livres et qui sait combien d'autres choses. Il reste le résidu réduit en cendre d'une lecture, d'un désir, engrais du suivant.


* T.S. Eliot - The Waste Land (la terre dévastée)– IV. Death by Water (La mort par l'eau)

http://www.legaufey.fr/Le_Gaufey/Textes_1973-2009_files/The%20Waste%20Land.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat