Dans toute l'Italie Les "sardines" remplissent les places contre Salvini

Lancé à Bologne le 14 novembre par un petit groupe d'amis sous la forme d'un "flashmob" organisé sur facebook puis à Modène le 18, le mouvement s’étend maintenant à toute l'Italie

Le "sardine" cantano "Bella Ciao" a Modena (18.11.19) © Pupia News / yt

Les organisateurs ont depuis ouvert une page facebook :

6000 sardine

et diffusé leur manifeste.

Bienvenue en pleine mer

Chers populistes, vous l'avez compris. La fête est finie.
Pendant trop longtemps, vous avez tiré sur la corde sensible. Vous l'avez trop tendu et elle s’est rompue. Pendant des années, vous avez répandu des mensonges et de la haine sur nous et nos concitoyens : vous avez mélangé vérité et mensonges, représentant leur monde de la manière qui vous convenait le mieux. Vous avez profité de notre bonne foi, de nos peurs et de nos difficultés pour capter notre attention. Vous avez choisi de noyer votre contenu politique dans un océan de communication complètement vide. Plus rien ne reste de ce contenu.

Pendant trop longtemps, nous vous avons laissé faire.
Pendant trop longtemps, vous avez ridiculisé des raisonnements très justes pour vous protéger en noyant tout débat dans un raffut sans nom avec vos combines .
Pendant trop longtemps, vous avez incité vos partisans les plus fidèles à insulter et à détruire la vie des gens sur Internet.
Pendant trop longtemps, nous vous avons laissé le champ libre, parce que nous étions hébétés, abasourdis, horrifiés de voir à quel point vous pouviez être aussi vils.

Maintenant vous nous avez réveillés. Et vous êtes les seuls à devoir avoir peur. Nous sommes venus sur une place, nous nous sommes regardés dans les yeux, nous nous sommes comptés. C'était de l’énergie pure. Savez-vous ce que nous avons compris ? Qu'il nous suffit de regarder autour de nous pour découvrir que nous sommes nombreux et beaucoup plus forts que vous.
Nous sommes un peuple de gens normaux, de tous âges: nous aimons notre maison et nos familles, nous essayons de nous impliquer dans notre travail, dans le bénévolat, dans le sport, pendant le temps libre. Nous sommes passionnés par le fait d'aider les autres, quand et comme nous pouvons. Nous aimons les choses amusantes, la beauté, la non-violence (verbale et physique), la créativité, l’écoute.

Nous croyons toujours en la politique et les politiciens avec un P majuscule. À ceux qui, quand bien même parfois ils se trompent, ne pensent à leurs intérêts personnels qu’après celui de tous les autres. Peu sont restés, mais ils sont là. Et nous reviendrons pour leur donner courage, et les remercier.
Il n’y a rien dont vous devez nous libérer, c’est nous qui devons de nous-même nous débarrasser de votre omniprésence oppressante, à partir du net. Et nous le faisons déjà. Parce que grâce à nos pères et grands-parents, vous avez le droit de vous exprimer, mais vous n'avez pas le droit d’exiger à quiconque de vous écouter.

Nous sommes déjà des centaines de milliers et nous sommes prêts à vous en dire « assez ». Nous le ferons chez nous, sur nos places et sur les réseaux sociaux. Nous allons partager ce message jusqu’à ce que vous ayez le mal de mer. Parce que nous sommes les personnes qui vont se sacrifier pour convaincre nos voisins, parents, amis, connaissances que vous leur avez menti depuis trop longtemps. Et soyez assuré que nous allons les convaincre.
Vous êtes allé trop loin de vos eaux troubles et de vos ports surs. Nous sommes des sardines, et maintenant vous nous trouverez partout. Bienvenue en pleine mer.
"Il est clair que la pensée dérange, même si ceux qui pensent sont muets comme des poissons. D’ailleurs, c’est un poisson. Et en tant que poisson, il est difficile à bloquer, car la mer le protège. Comme la mer est profonde ”.

 


 

ilpost.it - Piero Cruciatti / LaPresse, 18 novembre 2019

Da dove arrivano le "sardine"

D’où viennent les “sardines”

le mouvement qui a organisé les énormes manifestations en Émilie Romagne

Les manifestations contre Matteo Salvini à Bologne et à Modène auxquelles ont participé des milliers de personnes ont été organisées sous la forme d’un flash mob par le dénommé « mouvement des sardines, lequel en réalité n’est pas un mouvement. Les « Sardines » sont le symbole choisi pour montrer l’opposition et le désaccord d’avec le leader de la Ligue, présent en Emilie Romagne pour la campagne électorale en vue des élections régionales du 26 janvier 2020. Les personnes qui à travers facebook ont lancé l’initiative sont quatre amis, ils s’appellent Andrea, Giulia, Mattia, Roberto, ont un peu plus de trente ans et dans la vie ont « d’autres occupations» : ils n’organisent pas d’ évènement ni ne s’occupent directement de politique , comme l’a expliqué l’un d’un d’eux lors de l’évènement à Bologne.

Le 14 novembre dernier, à l’occasion de la présence de Salvini à Bologne en soutien de sa candidate, Lucia Borgonzoni, a été lancé sur facebook un évènement appellé « 6000 personnes contre Salvini » : les organisateurs avaient proposé aux participants de se réunir à 20h30 devant la basilique San Petronio, à l’heure même ou Salvini entrait dans le PalaDozza de Bologne. L’idée était de démontrer à Salvini qu’à la Piazza Maggiore il y avait 6000 personnes « serrées comme des sardines » qui protestaient contre lui ; plus que les 5570 que peut contenir le PalaDozza. Il avait été demandé aussi que durant cette manifestation il n’y eut aucun « drapeau, aucun parti, aucune insulte », et que les participants arborent seulement des pancartes représentant des sardines : «  nous voulions donner un message : nous serons serrés comme des sardines, parce que nous seront nombreux. Le symbole ont-ils expliqué est celui d’un poisson silencieux qui s’oppose aux thons et à la rhétorique des meetings populistes.

Matteo Salvini et plusieurs journaux de droite ont accusé les organisateurs d’insister sur leur position non partisane et pacifique, mais d’être en réalité liés avec le Parti Démocrate d’Émilie Romagne et d’avoir publié, par le passé, des posts violent contre le leader de la ligue. Peu avant d’arriver à Modène, Salvini a repris un post d’une des organisatrices qui contenait une vidéo concernant Salvini lui même avec la phrase : «  Nous aurions besoins d’un justicier social, de ceux qui paraissent dans l’histoire, qui après avoir tué sont étiquetés d’anarchiste … » Salvini a dit qu’ « une des « sardines démocratiques » il y a peu évoquait son « assassinat par un justicier et me représentait la tête en bas. Belle chose»

Sur la page facebook des « sardines », les organisateurs ont dit que leurs adversaires avaient déjà activé la machine à boue : ils nous accusent d’être des assassins, fils à papa, des falsificateurs. Ils nous accusent de ne pas exister. Ils voudraient que nous n’existions pas. Parce que si nous n’existions pas le ventre continuerait à prévaloir sur la tête. Nous avions déjà dit qu’il aurait des moments difficiles et que nous n’aurions pas fait marche-arrière. Maintenant nous avons deux possibilités. Retourner nous cacher derrière la responsabilité d’autrui ou répondre à l’appel du vivre ensemble et démocratiquement. » Mattia Santori, le trentenaire qui jusqu’ici a pris la parole publiquement pour raconter et expliquer l’initiative a dit qu’après Modène il y aurait d’autre actions sur des places.


 Aujourd'hui c'est Palerme qui a été envahie par les sardines

Palermo, migliaia di "sardine" in piazza cantano "Bella ciao" © La Repubblica / yt

 

Devant le théâtre Massimo de Palerme, des milliers de personnes ont répondu à l'appel des "sardines" siciliennes. La place bondée a entonné "Bella Ciao". L'ambiance est festive à la manifestation qui fait suite à celle organisé à Bologne le 14 novembre. "Nous sommes contre la haine", disent les jeunes sur la place.

Di Giorgi Ruta pour la Republica

 

traductions ep

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.