Evah
psychanalyste, psychologue cliniciennne
Abonné·e de Mediapart

38 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 juil. 2012

Morale, éthique, et conviction(s).

Evah
psychanalyste, psychologue cliniciennne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Serais-je désenchantée, déjà? Encore aurait-il fallu être enchantée. J’ai joué le jeu, fidèlement, je le reconnais, surtout par conviction « derrière » S. Royal, me situant depuis toujours à gauche. J’attends, j’écoute, j’observe. L’investiture m’a semblé pas trop mal.Les 60 propositions me conviennent bien, on y retrouve des visions de Royal. J’ai bien conscience que la politique est toujours un combat un peu compliqué face au  réel (et souvent perdu d’avance), nous savons bien cela en psychanalyse, combien nouer les registres, forger les compromis, est un art difficile. « Gouverner, éduquer, soigner », tâches impossibles disait S. Freud. Donc indulgence, respect. Ne pas hurler avec les critiques permanents de tout, les « y’a qu’à », prendre la mesure du Réel et de cette tâche si ardue au sommet de l’Etat Français, et dans les ministères où beaucoup de personnes s’engagent avec conviction.

Et puis, pourtant, jour après jour quelques « déconvenues » : Nicole Bricq, le mystère du ministère de l’écologie, comprendre; les déclarations de Cahuzac, Moscovici (ça on n’espérait pas trop de surprises), la contribution Aubry-Ayrault, comprendre. Et puis le non-cumul qui semble partir dans l’arrière-cour. Ah ça! La culture socialiste du pouvoir! Et puis, chère Najat, cette déclaration très volontariste  sur la prostitution à éradiquer, un peu à la grosse, là où il faut bien sûr considérer la question dans toute sa complexité. Et puis Montebourg et le gaz de schiste…Bref! C’est bien le moins qu’en simple citoyenne je n’ai pas trop envie de manger mon chapeau. Même si, j’insiste, j’ai grand respect pour  ces élus et ces ministres de la République, je suis bien attentive au respect des engagements pris.

Et puis vient le 14 juillet, l’interview du Président, beaucoup de temps sur PSA, bien sûr la gravité de l’évènement le mérite, et vaut d’affirmer avec force l’intervention de l’Etat, mais cependant des chiffres sans trop de vision, quelques formules parfois à résonance ségoléniste, « l’effort juste », mais sans l’âme. Je tends l’oreille, espérant entendre croissance verte, écologie, comme perspectives d’avenir, voiture électrique, comme relance de l’industrie, mais non je n’aurai que « innovation » (ah les mots imprononçables! parce que trop identifiables?). N’aurait-on pas dû en entendre davantage sur beaucoup d’autre sujets passés à la trappe, la finance par exemple, (Libor, BNP), afin que ce premier 14 marque un grand coup du côté d’un désir habité? Suis-je trop exigeante?

 Et puis vient le coup, terrible je dois dire, encore mes oreilles qui n’en peuvent mais. Oui une Commission de Moralisation (les Soviets?) conduite par un ex-lambertiste caché, M. Jospin. Il faut bien ça pour les résistants au non-cumul, les profiteurs de sièges et de fonction, il faut bien un homme aussi « intègre ». Est-ce que j’exagère? Il me paraît indispensable de rappeler ici quelques faits et dits, pour encore une fois, ne pas oublier, et… mieux comprendre.

« Sur la moralisation, le profil idéal de Lionel Jospin est incontestable. « L’austère qui se marre », comme ce protestant se dénommait en 2002, est l’intégrité faite homme » écrit Stéphane Alliès. Mais M. Alliès où avez-vous été inventé un tel mythe, répété à l’envi, l’intègre, le protestant, l’irréprochable, et tout cela? « L’austère qui se marre » comme vous le dites est une « auto-nomination », donc cela ne vaut que ce que cela vaut. C’est aussi, cependant, le point de vue du Président, lié comme il l’est, semble-t-il, par la propre amitié portée à son mentor (qui pourtant l’a souvent assez mal traité). Lié sans doute aussi, (c’est une hypothèse),  à deux femmes :
-la philosophe « féministe », celle qui méprisait la candidate de toute la gauche en 2007 : « Elle est très jolie, elle est très photogénique. Si M. Besnehard, qui s’occupe d’elle, s’occupait de lui faire une carrière dans le show-biz, je crois que ça serait bien pour tout le monde » dit-elle en plateau, (Bravo la « sororité »! Revoir, réentendre cela me reste insupportable Ruquier octobre 2008), celle qui s’auto-investit comme la grande défenseuse des ventres des femmes, aveuglée par son moralisme (qui se ressemble s’assemble?), endossant le manteau de la vertu pour défendre le corps de toutes les femmes, elle la « sachante »,
-et l’autre, la compagne twitteuse qui ne veut rien lâcher, donc qui veut tout, pouvoir ici et pouvoir là, et dont les interventions et comportements ne révèlent pas un grand sens de l’Etat, c’est le moins que l’on puisse dire.

Cet intègre-là n’était pourtant même pas capable d’assumer devant l’Assemblée Nationale son passé de lambertiste, diantre. Cet intègre-là n’était pas non plus capable de soutenir Montebourg dans son action  contre Chirac (une sorte d’impeachment). Plus près de nous, en silence (malgré plusieurs demandes d’interventions à lui adressées), lui, le grand respectueux des règles, il cautionne le rapt rochelais contre sa camarade de parti en tête au premier tour, avec les voix de droite et d’extrème droite. Ah j’oubliais les « mots tendres » à l’adresse de la candidate de gauche en 2007 (L. Jospin L’Impasse 2007) : « Il ne faut pas que cette illusion se prolonge. Ni qu’on présente comme moderne et novatrice une démarche archaïsante et régressive. Elle nous maintiendrait dans l’impasse… » , plus loin « Car cette personnalité n’a pas les capacités humaines ni les capacités politiques qui seront nécessaires pour relancer le Parti socialiste et espérer gagner la prochaine élection présidentielle ». ici et ici.Ne parlons même pas de son lâchage un soir de 2002, qu’y a-t-il de vénérable là-dedans?
Alors, franchement, voilà une belle intégrité qui nous promet une commission fertile en diktats, sentences, voire en manigances. Je souhaite me tromper.

Les moralistes et moralisateurs sont les pires ennemis de la morale parce qu’ils sont eux-mêmes soumis à une force sombre rigide et obsédante, bien loin de la liberté de l’éthique. C’est une des faces du surmoi, terrible. Ne pas confondre moraliste/moralisateur et éthique qui nécessite une haute discipline personnelle de vertu, virtus. Qui au PS? Qui parle de République irréprochable? Ne pourrait-on parler de modernisation plutôt que de moralisation?

Que le Président soit pris ainsi dans des dettes (affectives?) a pour conséquence qu’il envoie là un mauvais message. Il confie une mission ou bien fantoche ou bien trop haute à quelqu’un qui à mon sens ne la mérite pas et ne l’incarne pas. En outre il porte outrage à une Dame politique de grande valeur, inventive, respectueuse, et respectable. La nomination d’un ex-premier ministre dont la conduite a été parfois douteuse, drapé lui aussi  (voir supra) dans son « faux » manteau de vertu masquant son orgueil, c’est hélas un acte qui pour moi (et beaucoup d’autres) ne prend pas forcément le bon chemin, c’est un signe de reconnaissance déplacé. Cela  ne donne pas à toute cette affaire de moralité politique l’ampleur, la qualité et le sérieux (pas au sens de « l’austère qui se marre »!) qu’elle mérite, question mise sur la table depuis longtemps par S. Royal, (souvent à contre-courant de beaucoup de ses « camarades »).

Quant à sa non-réponse le 14 sur la place de sa compagne, elle est du même ordre que son silence, son « absence », au congrès de Reims, la nuit des « fraudes », exemplaire d’évitement.  Le silence, on le sait, peut tout aussi bien être interprétable comme un oubli, un acte manqué, une stratégie d’évitement, un déni. Pourtant cette question reste pendante.

Enfin, M. le Président, puis-je me permettre? La popularité, c’est un talent d’abord avant d’être un mérite, contrairement à ce que vous dites. Il y faut bien sûr une éthique de responsabilité mais il y faut aussi, au plus près, incarnée, une éthique de conviction, qui noue l’Acte et son concept. Politique par la preuve.

Interview de Ségolène Royal à la Conférence Sociale, des idées à foison, claires, concrètes décidées.


Interview de Ségolène Royal à la Conférence… par segolene-royal

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat