Evah
psychanalyste, psychologue cliniciennne
Abonné·e de Mediapart

38 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 janv. 2012

2012/ Pas sans 2007

Evah
psychanalyste, psychologue cliniciennne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On ne peut écrire l’histoire politique récente de la gauche et du pays tout entier en ne mettant le projecteur que sur le succès de 1981 et l’échec de 2002, ainsi que l’a présenté F. Hollande au Bourget le 22 janvier 2012. Il y manque un terme. Je respecte bien sûr sa subjectivité, et son temps subjectif de l’Histoire, cela qui pour lui a fait signe et qui lui appartient de façon privée. Ce qui ne lui appartient pas, cependant, de façon publique, c’est d’ignorer ainsi la séquence 2007, et la candidate de l’époque, première femme de la 5ème République portant les valeurs du peuple de gauche, et atteignant le deuxième tour avec un score plus qu’honorable, d’autant qu’il venait à la suite de la défaite de 2002. Première femme à porter haut et clair pour beaucoup de Français une façon neuve de faire de la politique, pleine d’espoir. De cela il aurait été digne et élégant que quelque chose soit nommé  au Bourget, publiquement; qu’elle-même ait été nommée, que l’on ait pu reconnaître la dette collective à son égard. Que l’on évoque peut-être Charléty. Ce trou, cette omission, ce déni, dont j’ai souvent fait l’analyse, nous le retrouvons là mis en acte par F. Hollande. Sans doute n’a-t-il pas su, pas pu, c’est bien regrettable. Ou alors aurait-il fallu qu’il en passe par l’analyse de sa propre responsabilité (de son absence et de son silence) dans la campagne de 2007, aussi bien que lors de la tragique nuit du congrès de Reims. Sans doute cela reste inavouable, ou indicible. Mais l’Histoire s’écrira, cela est déjà en marche, la vérité se dit sur les divergences nuisibles entre le parti et la candidate, les empêchements, et bien d ‘autres choses. Dire cette vérité, pour une bonne part, reste pourtant à faire.

J’ai été choquée de cela, hier, voyant Madame Royal au premier rang  et j’ai pensé combien cela devait être difficile cette situation.* J’ai sur ce point une grande admiration pour sa constance; sa façon de traverser les épreuves.

Manque de classe vraiment  que ne pas mentionner cette belle « relevaille » de 2007, ne pas mentionner en quelques mots les erreurs partagées pour cette campagne de 2007 et aussi la dette collective à son endroit. D’autant qu’une oreille avertie a bien pu repérer les différents “emprunts” au programme socialiste bien sûr, mais aussi pour une bonne part aux idées ségolénistes, et c’est tant mieux. Même si ça flanchait un peu du côté de la “croissance verte” (on voit hélas le manque de conviction) et du côté d’une nomination plus présente et plus convaincue des questions propres aux femmes; l’égalité tout de même, la violence!

Enfin quelqu’un qui termine son discours en disant que “la France n’est pas un problème, c’est la solution”, et qui donc fait résonner à sa façon une phrase tellement entendue dans la bouche de Ségolène Royal à propos de la jeunesse, celui-là devrait pouvoir utilement s’enrichir des claires pensées de Madame Royal, de sa détermination, et de sa haute valeur de femme d’Etat. Celui-là ne doit à aucun moment faire “l’impasse”  sur ce temps-là, sans lequel il n’y pas 2012. 

*ayant mis en chantier ce billet dimanche soir j’ai pris connaissance de la réaction de S. Royal lundi matin (Canal+) :

“Peut-être que si la dynamique est là aujourd’hui, c’est parce qu’il y a eu des étapes précédentes, notamment qui ont reposé un certain nombre de principes comme la reconquête du drapeau français, la nation, la sécurité”. “Toutes ces questions-là, il ne faut pas les zapper. Il ne faut effacer personne de l’histoire parce que c’est une histoire collective”, a demandé Mme Royal…

et du nouvelobs “Hollande et l’impasse Ségolène”

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement