Evah
psychanalyste, psychologue cliniciennne
Abonné·e de Mediapart

38 Billets

1 Éditions

Billet de blog 31 déc. 2011

En rire (?) Traiter de/par l'Ignorance.

Evah
psychanalyste, psychologue cliniciennne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Ségolène Royal

Ségolène Royal fait des propositions concrètes

Ségolène Royal doit-elle porter plainte contre ce "magazine" qui l'annonce comme "la première tête à claques de l'année"? Ou bien ne devrait-elle pas plutôt en rire, s'en moquer ? Je ne sais.

Certes ce classement, qui a déjà eu lieu l'année dernière, est d'une violence assez notoire; violence ou bien stupidité? Sondage idiot aussi bien. Madame Royal est donc la personnalité que les français "désignent" comme "la plus agaçante". Comme première place on pourrait rêver mieux bien sûr. Nous sommes d'ailleurs un certain nombre à avoir rêvé mieux, et à l'avoir dit. (17 millions tout de même!).


Agaçante, dérangeante, elle-même disait qu'elle n'était pas formatée comme les autres; l'indomptable;l'affranchie, la femme debout. Impudente, effrontée; tout cela a été dit d'elle. Toujours à l'excès, dans l'amour mais aussi dans la haine, c'est aussi cela qu'elle récolte. Est-ce productif de monter au créneau comme elle le fait? Je le comprends, je ne suis pas certaine cependant qu'une fois encore le message ne demeure plutôt incompris. Elle doit prendre acte de ce qui là surgit. Trouver une autre image est sans aucun doute incontournable, puisque la politique, définitivement, ne peut se passer d'image (comme nous tous, pris aux rêts du virtuel, qui, loin d'enrichir comme support imaginaire, frôle plutôt dangereusement avec les zones de folie, d'obscénité, et de violence). Car c'est bien encore une fois de la violence qui surgit là, et non du verbe! Un signifiant tout seul, "agacer", "tête à claques", méticuleusement choisi par des officines faiseuses d'opinion qui surfent sur un désarroi collectif, habilement entretenu/fabriqué dans le discours politique, désarroi collectif dont la défense et la parade est le penser-pour -soi, contre l'autre, ne nous y trompons pas.


En tête, avec DSK et Joly. Plus le couple DSK-Sinclair, alors que Sinclair est par ailleurs "élue" femme de l'année? C'est à n'y rien comprendre, sinon que cela fait bien apparaître la fabrication du message, et son vide. Et ça continue encore et encore. C'est cela le plus triste, que "les gens" acceptent d'être ainsi formatés. Le plus triste aussi, (et le plus vicieux), c'est qu'elle soit associée à DSK comme si l'un avait à voir avec l'autre, un destin avec l'autre, une voie avec l'autre, une existence avec l'autre. On voit bien là l'inanité, la perversité, et l'idiotie de ces attaques. J'ai déjà développé le nouage patent et en permanence actif entre marché, libéralisme, et media, les liens plus du tout obscurs entre politique, sondages, évaluation, finances; (voir aussi). Cela s'appelle entre autres le comportementalisme, une méthode "nouvelle" (remember Pavlov) pour régner sur un peuple endormi.
Pourtant, on pourrait ne pas y voir forcément qu'une mauvaise critique (même si les media envoient ce message-là). Ne faudrait-il pas plutôt s'en réjouir? S'en détourner et s'en réjouir?

Bien qu'elle soit toujours dans le viseur du système politico-médiatique, (sans doute l'a-t-elle trop courageusement dénoncé, ce système, un peu seule d'ailleurs, comme souvent), il ne servirait à rien, me semble-t-il, de rester sur une position défensive, même si c'est pour attaquer. Car, même si les attaques sont rudes, elles révèlent assez bien a contrario la valeur de cette femme politique, dont les idées sont si souvent reprises, sans qu'elle soit elle-même nommée.

Madame Royal en est parmi d'autres le repoussoir, l'empêcheur de tourner en rond (tant mieux si y figure aussi Eva Joly, bien que celle-ci n'ait guère montré beaucoup d'intelligence à ne pas se rapprocher de Ségolène Royal, voire à la dénigrer ou l'ignorer; cependant tous ses déboires montrent à quel point elle est une femme "plus" libre disons).

elle "a vu trop grand pour la France". Cette formule est bien trouvée. Pour "changer le système" dit-elle. J'ai déjà dit combien je me désole de constater le déni, la censure, la nécessaire ignorance de beaucoup autour de moi, quand il s'agit d'elle. Cette Propagande marche si bien, à notre insu. Cependant, une fois que cela est dit et identifié, il ne sert à rien de s'en soucier davantage, ni d'ailleurs d'en faire une victime, voire une théorie de la conspiration. L'Ethique demande à rester droite et debout (même si bien sûr au niveau humain c'est une délicate épreuve). Droite et debout, conforme à son désir, mais aussi affranchie autant qu'il se peut de la Jouissance de l'Autre, féroce, obscène, calculateur, pas soumise à cela; pas plus soumise d'ailleurs, et c'est l'autre part, à ceux qui lui voudraient trop de bien, la maintenant, à leur insu, dans une place victimaire, qui ne la sert pas. Ceux qui l'aimeraient trop, au fond.

Là, cependant dans sa lonely planet pas si lonely que ça, ("Le Poitou-Charentes a séduit le leader mondial des guides touristiques") elle continue son chemin, son oeuvre et son Acte. Ainsi, voila bien trois propositions claires efficaces nettes : aide aux PME, croissance verte, apprentissages/alternances (ça vraiment, c'est une bonne idée pour la jeunesse !).


Voilà; si déjà cela était fait!

Merci Madame.

 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart