evangelinemd
Engagée, à l'affût, sociologue, femme et mère
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2022

En ce moment, je lis mais je n'écris plus.

En ce moment, je lis mais je n'écris plus. Peut être que je lis trop. Ou juste que je n’écris plus. C'est un peu la même chose je crois.

evangelinemd
Engagée, à l'affût, sociologue, femme et mère
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je pourrais écrire sur le bulletin que je devrais mettre dans l'urne dans quelques jours, en ayant fichtrement aucune idée de ce que j'en pense si ce n'est que la forte envie de glisser un papier blanc me paraît lâche. 

Je pourrais écrire sur l'Ukraine et ce que ça me fait traverser cette actualité. Ce pays tant aimé, découvert il y a 15 ans et la Datcha des parents de Natalya, les dômes de Kiev et ce centre commercial moderne où j'avais acheté ma tenue pour le mariage de mon frère et un faux astrakan, les plages de Crimée et les minarets, les couronnes de fleurs à Lviv et les musiciens analphabètes, les étudiants de Kharkiv au pied du Lénine en marche. Je pourrais écrire sur ces amis, Russes et Ukrainiens, avec qui les conversations s’animent plus ou moins sereinement. 

Je pourrais écrire sur ce conflit révèle de nos monstruosités, de notre racisme plus qu’ordinaire, notre capacité à accueillir (presque) bien des femmes et des enfants slaves que d’autres êtres humains sont lâchement laissés sur les trottoirs, les landes et les marges. Je pourrais écrire sur cette douleur de se réjouir de certains élans et tout en ayant des hauts-le-cœur de certaines déclarations.

Je pourrais écrire sur ces associations et même ces départements qui me demandent de parler de l'hospitalité en politesse sans supporter que j'interroge la schizophrénie qu'elle révèle ou l'asymétrie postcoloniale qu'elle laisse entrevoir, ni même que j'aborde le pari fou que font les acteurs d'hospitalité dans un état inhospitalier, et comment ce pari mène à l'épuisement face aux injonctions contradictoires. 

Je pourrais écrire au sujet de cette famille ukrainienne dont je suis le parcours sur WhatsApp, entre les bords de la mer d’Azov et la Bulgarie, en attendant qu'elle passe la frontière pour rejoindre “ma” chère Normandie et y attendre un visa anglais. Alors que je tente d’étudier ces réactions émotionnelles, leurs impacts sur l’action et l’engagement, et la nécessité de transformer ces émotions pour éviter le contre effet long terme, alors que je travaille depuis plus de 5 ans sur ce que "fait" l'accueil des étrangers chez soi, j'ai beau en parler, je suis très émue de suivre cette famille de Marioupol, dont je ne connais rien, à travers l'Europe pour tenter de trouver refuge avec leurs filles, leurs aînés, un chien et un chat... 

Je pourrais me contenter d'écrire ces textes et articles qui m'animent mais me parasitent l'esprit. Mais je n'écris pas, je n'écris rien d'autre qu'une tentative de sciences. 

J'aime cela mais ça ne nourrit pas comme les autres écrits. Alors j’écris ce semblant de billet. Pas tant pour être lue ou avoir une réponse. Mais pour écrire.

Alors autant écrire sur la bière que je bois dans un bar plaisant du vieux Angers. Une nuit dans un hôtel quelconque, juste miteux comme j'aime, avant une journée avec le département où je vais devoir réconcilier ma posture de chercheuse et celle de formatrice, face à des associations mandatées, des militants gauchos et des fonctionnaires. Une bière dont un bar sombre avec une bande son pas trop mauvaise et suffisamment forte pour ne plus penser et recommencer à écrire. Une bière avec un polar dans les bidonvilles. Une bière, seule, blonde, fraîche, douce. Une bière qui aurait le même goût partout ailleurs.

(Texte écrit le 6 avril 2022)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale