Procédure d'expulsion - épisode 3

Attendre. Juste attendre. Le bidonville peut être expulsé du jour au lendemain. Il faut juste attendre. Tenter coûte que coûte de poursuivre ses démarches, ses rendez-vous pôle emploi, emmener les enfants à l'école, maintenir ses rendez-vous médicaux, travailler comme on peut. Tenir et attendre. L'expulsion est une menace omniprésente. Une épée de damoclès qui tombera sans prevenir. Il n'y aura pas de propositions de diagnostic, ni de propositions de relogement, il n'y a ni volonté politique, ni moyens financiers, ni mobilisation.

Côté pile, la Mairie nous dit que l'expulsion sera rapide. 

Côté face, avec les migrants qui errent et sont pourchassés dans les rues de Paris, on nous dit qu'on a du temps. La Mairie et la Préfecture ne peuvent prendre le rythme de semer plus de sans abris et des familles sur les trottoirs. Face aux horreurs du métro La Chapelle et des jardins d'Eole, on se sent presque à l'abri dans ce bidonville de barraques. Qui l'eut crû ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.