evangelinemd
Engagée, à l'affût, sociologue, femme et mère
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2019

Au détour de la France, Hauts de France, St Pol de Ternoise

Formatrice en action sociale et chercheuse en sociologie des migrations, je sillonne de temps en temps la France à la rencontre des acteurs sociaux et des bénévoles. Et je prends des notes de ce que je vois et entends.

evangelinemd
Engagée, à l'affût, sociologue, femme et mère
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

St Pol de Ternoiseest une petite ville non loin d'Arras. Personne n'a de raison d'y aller. Pourtant "le cinéma est connu, des personnages viennent, même Dany Boon est venu", me raconte Sœur Thérèse qui m'a hébergée cette nuit. Et c'est là où je dispensais une formation.

Ma chambre chez les Franciscaines était sommaire, un lit, un crucifix, un fauteuil, une décoration d'une autre époque, et un dessus de lit jaune moutarde tissé comme chez ma grand-mère. Elles étaient touchantes ces deux petites bonnes sœurs, "sœur c'est certain bonne j'en sais rien", rigole Thérèse. Elles vivent là en colocation contrainte dans un pavillon des années 30 au pied des tours, avec deux poules dans le jardin. Avant, elles ont vécu à Madagascar, en brousse, à Haïti, en appartement HLM, en cases mais jamais en couvent. "Je ne sais pas ce que c'est en fait un couvent" me confie Soeur Odile, la plus jeune des deux qui a déjà bien 65 ans. Avant de m'isoler dans ma cellule moderne, nous avons parlé de cette ville, des collégiens à qui elles enseignent la religion, des affaires de drogue et de téléphones portables qui détruisent les relations, de l'usine Herta qui emploient les derniers laissés pour compte de la mondialisation, du nouveau supermarché loin du centre et inaccessible en bus qui poussent les plus pauvres à dépenser plus dans les magasins de proximité et des trains de plus en plus rares qui immobilisent les habitants. 

La nuit a été calme. Je n'ai pas osé parler de l'actualité violente et désespérante de l'Eglise. Au matin, le café était amer, le pain mou et le beurre sans sel.

Ces petites villes sont attachantes avec leurs femmes bénévoles, agricultrice à la retraite, secrétaire médicale, mère au foyer, ancienne assistante sociale ou infirmière scolaire d'une autre époque. La plus âgée des stagiaires de la journée a 83 ans. Elles fatiguent de leur bénévolat, des pauvres de plus en plus en demande, agressifs parfois et de ces familles à qui il manque tous les mois 200€. Elles doutent de pouvoir les aider, se sentent vieillissantes et dépassées. Et surtout elles ne savent plus comment rencontrer ces personnes qui ne se déplacent plus à cause de la maladie, de la honte ou de l'absence de transport en commun.

Je suis rentrée avec un ter vide puis avec un TGV en retard. Je ne sais pas si ma formation a porté ses fruits. Jean, seul homme présent, a retenu que l'écoute est primordiale mais se réjouissait surtout d'aller garder deux jours ses petites filles en région parisienne. Marie-Agnès, Jeanette, Ivonne et les autres ne savent toujours pas quoi faire entre ces migrants "si gentils et heureux même quand ils ont rien mais quand même ils seraient mieux chez eux", ces parents "défaillants et qui n'ont jamais travaillé, au fond ils ne veulent plus se donner les moyens" et tous les autres qui "ont presque intérêt à rester au RSA parce que l'effort de travailler est trop coûteux", sans parler des retraités qui "ne font pas valoir leurs droits parce que c'est trop compliqué tout ça".

Je fatigue un peu moi aussi mais je ne me lasse pas de ces petites bourgades. Surtout quand il y a une baraque à frites sur la place de la mairie et une belle boucherie chevaline dans la rue commerçante.

St Pol sur Ternoise, 2019. © Evangeline MD

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN