Eva_Rodriguez
Enseignante et chercheuse à Université de Paris
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2019

Eva_Rodriguez
Enseignante et chercheuse à Université de Paris
Abonné·e de Mediapart

Les derniers mensonges de la presse Australienne sensationnaliste sur Julian Assange

La presse Australienne explique qu'Assange ne répond pas à son courrier - qui a été perdu pendant trois mois - et que l'Australie n'interviendra pas dans la libération d'Assange pour ne pas s'ingérer...

Eva_Rodriguez
Enseignante et chercheuse à Université de Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La mascarade dans l'affaire Assange continue et cette fois c'est sous la forme de saturnales : on inverse allègrement les rôles.

C'est incroyable, le Sunday Morning Herald, journal australien dans un article de Daniel McCulloch du 24/10/2019, article au titre révélateur "Julian Assange blocks Australian consular assistance" s'est permis de publier que c'est Julian Assange qui ne répond pas aux propositions d'aide de la part de son ambassade, alors que dans ses lettres signées il demande de faire pression sur son ambassade dans tous les pays possibles. Et la fin de l'article de citer une sénatrice que l'affaire juridique doit suivre son cours, ce qu'elle recouvre sous le motif noble de "non ingérence" :

"Senator Payne said it was important to let the legal process run its course.

"I think it's important to remember that as Australia would not accept intervention or interference in our legal processes, we are not able to intervene in the legal processes of another country," she said."

Quelques rappels qui n'apparaissent pas dans la publication du Sunday Morning Herald

- il n'est pas fait mention du fait que c'est Julian Assange qui a été espionné par la CIA et non l'inverse (comme les chefs d'accusation essaient de le faire croire) ;

- il n'est pas indiqué non plus que le Royaume-Uni a empêché la justice espagnole de faire son travail en demandant à Assange de comparaitre comme témoin, ce que le Royaume-Uni a refusé en dépit du droit ;

- il n'est pas indiqué non plus que le courrier de Julian Assange a été malencontreusement égaré pendant trois à quatre mois.

On notera toutefois les commentaires des lectrices/lecteurs qui disent ne pas s’étonner qu’Assange ne veule plus de l’aide de son pays, qui disent-ils l’a laissé croupir pendant des années. Ces commentaires sont optimistes, ils ignorent le fait que l’état déplorablissime d’Assange ne permet même pas à celui-ci de refuser quoi que ce soit. Il est dans la section de santé de la prison, il est malade, très mal. C’est un zombie. 

Merci à N. L. d'avoir signalé cet article et pour son analyse que j’ai reprise ici.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige