Les derniers mensonges de la presse Australienne sensationnaliste sur Julian Assange

La presse Australienne explique qu'Assange ne répond pas à son courrier - qui a été perdu pendant trois mois - et que l'Australie n'interviendra pas dans la libération d'Assange pour ne pas s'ingérer...

La mascarade dans l'affaire Assange continue et cette fois c'est sous la forme de saturnales : on inverse allègrement les rôles.

C'est incroyable, le Sunday Morning Herald, journal australien dans un article de Daniel McCulloch du 24/10/2019, article au titre révélateur "Julian Assange blocks Australian consular assistance" s'est permis de publier que c'est Julian Assange qui ne répond pas aux propositions d'aide de la part de son ambassade, alors que dans ses lettres signées il demande de faire pression sur son ambassade dans tous les pays possibles. Et la fin de l'article de citer une sénatrice que l'affaire juridique doit suivre son cours, ce qu'elle recouvre sous le motif noble de "non ingérence" :

"Senator Payne said it was important to let the legal process run its course.

"I think it's important to remember that as Australia would not accept intervention or interference in our legal processes, we are not able to intervene in the legal processes of another country," she said."

Quelques rappels qui n'apparaissent pas dans la publication du Sunday Morning Herald

- il n'est pas fait mention du fait que c'est Julian Assange qui a été espionné par la CIA et non l'inverse (comme les chefs d'accusation essaient de le faire croire) ;

- il n'est pas indiqué non plus que le Royaume-Uni a empêché la justice espagnole de faire son travail en demandant à Assange de comparaitre comme témoin, ce que le Royaume-Uni a refusé en dépit du droit ;

- il n'est pas indiqué non plus que le courrier de Julian Assange a été malencontreusement égaré pendant trois à quatre mois.

On notera toutefois les commentaires des lectrices/lecteurs qui disent ne pas s’étonner qu’Assange ne veule plus de l’aide de son pays, qui disent-ils l’a laissé croupir pendant des années. Ces commentaires sont optimistes, ils ignorent le fait que l’état déplorablissime d’Assange ne permet même pas à celui-ci de refuser quoi que ce soit. Il est dans la section de santé de la prison, il est malade, très mal. C’est un zombie. 

Merci à N. L. d'avoir signalé cet article et pour son analyse que j’ai reprise ici.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.