evo-les-biscoteaux
Médisance & sopa de lentejas.
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 déc. 2016

Le bal des pipeauteurs

Vous avez certainement eu le plaisir de lire La Peste ou le Choléra ? le mois dernier (si non, faites le fissa parce que j’ai la rancune tenace), résumé non exhaustif de la situation judiciaire de nos élites politiques. Si vous n’en avez pas déjà terminé au Prozac avec l’existence face à la corruption de nos contemporains, permettez-moi d’en remettre une couche entre la bûche et le trou normand.

evo-les-biscoteaux
Médisance & sopa de lentejas.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous pensez que d’accord, les politiques sont caca, mais qu’après tout l’économie (ultra) libérale donne du boulot, fait du bien à notre société & apporte la paix et le progrès social. Que c’est la crise et qu’on ne va pas non plus commencer à demander des comptes aux grandes entreprises alors qu’elles empêchent le pays de ressembler au Mordor. Et qu’après tout, un grand patron est un grand patron, ce demi-dieu ne devrait subir aucun reproche, continuer à toucher ses 20 smic au mois & faire du bullshit avec le CICE (Crédit Impôt et Compétitivité Emploi, autrement dit notre thune).

Tout de suite, admirons la capacité de nos grands groupes made in France à respecter les lois et à empêcher nos citoyens de devenir de vilains chômeurs assistés.

*bénéfices pour l’année 2015, en millions de dollars ; source : Wikipédia

GROUPE AUCHAN / FAMILLE MULLIEZ (575*) : catastrophe du Rana Plaza(mais si, rappelez-vous, cette infrastructure insalubre, pain bénie de H&M, Primark & cie, laquelle s’est effondrée & a tué un millier d’exploités basanés au Bangladesh en 2014). Le clan Mulliez constitue l’une des familles professionnelles les plus riches du pays (37 milliards d’euros en 2014) ; ces bons cathos pratiquent cependant en toute diablerie l’exil fiscal, le holding douteux et l’esquive face aux impôts.

GROUPE AXA (6231*)  : corruption de fonctionnaires, évasion fiscale dans l’affaire Paneurolife.

BNP PARIBAS (7426*) : Amende de plus de 6 miliards d’euros pour la violation de l’embargo étasunien envers Cuba, l’Irak et le Soudan ; 35% de ses bénéfices en 2015 ont été réalisés dans des paradis fiscaux ; affaire de la Garantie Jet 3 (2016), et puis les incontournables ;: Offshore LeaksPanama Papers & le plus confidentiel mais non moins important Libor.

BOUYGUES (447*) : corruption et trafic d’influence dans la construction de l’actuel Ministère de la Défense (2011), un partenariat solide avec l’ancien dictateur du Turkménistan, Saparmourad Niazov.

GROUPE CARREFOUR (1087*) : un management de ses employés ultra agressif, fondé sur l’espionnage, la terreur du licenciement & un déni total des acquis sociaux. De vilains soupçons également dans le cadre de l’affaire Rana Plaza.

CRÉDIT AGRICOLE (3900*) : affaire des Offshore Leaks, les Panama Papers & le scandale du Libor bien sûr (à croire que les mecs de la SG & du CA se donnent le mot pour turlupiner tous ensemble).

L’ORÉAL (3,3 milliards d’euros de bénéfice en 2015) : son fondateur, Eugène Schueller, est également le mécène d’un autre groupe moins glamour : La Cagoule. Mais siiiii souvenez-vous, ce groupuscule d’extrême-droite qui vend des armes, travaille avec les SS et assassine des résistants. et emploie en toute tranquillité d’esprit le non moins fasciste & collaborationniste Jacques Corrèze (et croyez bien que je souffre de compter Valeurs actuelles dans mes sources). Mais mettons, c’est comme le passif fasciste de Walt Disney, maintenant que les papis sont séchés, seul le présent compte. Or, ce dernier est bien laid : open-bar de stock-options depuis des années, publicité mensongère sur certains produits, expérimentations animales en masse pendant des années, concurrence maxi déloyale (605,9 millions d'euros d’amende en 2009).

ORANGE (2942*) : les dizaines de suicides liés à l’opération NExT entre 2005 et 2009 (plan de redressement qui consistait en une dégradation volontaire des conditions de travail, afin de pousser les employés à un départ volontaire), affaire de l’entente entre les trois opérateurs (2005), condamnation de la Commission européenne pour abus de position dominante (et une bagatelle de 350 millions d’euros d’amende), des pratiques similaires en 2009 (cette fois dans les DOM) et en 2015, partenariat douteux & installation illégale en Tunisie, en Israël.

PSA - Peugeot Citroën (997*) : nombreuses condamnations pour violations du droit du travail (l’usine d’Aulnay-sous-Bois en a fait les frais), dont des emplois précaires, des conditions de travail dangereuses & des licenciements inégaux. À l’international, PSA a également été condamné par la Cour de justice européenne pour concurrence déloyale(2009).

RENAULT (3 132*) : est-il nécessaire de rappeler l’obséquiosité de Louis Renault envers les vainqueurs en cette sombre époque qu’a constitué l’Occupation ? Depuis, l’entreprise est fidèle à son fondateur : licenciements abusifs, suicides récurrents parmi les employés (le cas Hervé Tison en 2007 par exemple), et récemment encore, des normes écolos trafiquées (2016).

SANOFI (4 756*) : sans même parler de faire bobo aux animaux, le sympathique bonus d’accueil offert à l’actuel directeur, Olivier Brandicourt (2 millions d’euros en 2015 et 2016), alors que le groupe s’est lancé dans une restructuration sanglante (plus de 4000 postes supprimés depuis 2009).

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE (4438*) : affaire Kerviel (qui sonne comme une recette de galettes bretonnes mais non), affaire du Sentier II (blanchiment d’argent & tout le tremblement, 2006), affaire des stock options en pleine crise financière (2009), et on retrouve ce même scandale du Libor.

GROUPE TOTAL (5087*) : reconnu coupable dans le naufrage de l’Erika (1999), une bien belle amitié avec la délicieuse junte birmane depuis plus de 20 ans et des rapports non moins crasseux en Lybie ; enfin, la fameuse affaire des caisses noires (2002).

VINCI (2270*) : des profits fabuleux sur des autoroutes qui n’ont pas à être privatisées ni à engraisser les actionnaires ; les spécialistes des violations des droits humains, du travail, et d’un peu tout en fait. Ça se passe chez nous (coucou Notre Dame des Landes), mais aussi à l’international (RussieQatarCambodge).

Impunité j’écris ton nom.

Allez, bisous.

money money money © unknown

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux