LE PRÉSIDENT PUIGDEMONT À PARIS

Étant donné la situation politique extraordinaire de la Catalogne où des dirigeants du gouvernement destitué sont en prison ou en exil, la campagne pour les élections européennes devient plus compliquée.

Hier, vendredi 17 mai, Clara Ponsatí, ministre de l'Éducation du gouvernement Puigdemont, nous a fait l'honneur de venir à Paris et de participer à la rencontre prévue dans le cadre des Élections européennes, place de la République. Aleix Sarri, le nouveau conseiller en politique internationale du gouvernement catalan faisait également partie des invités de prestige. Nous n'étions pas très nombreux, faute d'avoir pu faire plus de publicité, mais l'ambiance était très chaleureuse. Ensuite, nous sommes allés pas très loin où nous avions rendez-vous avec le Président Puigdemont par vidéoconférence. Grace à la magie technique, ces outils modernes raccourcissent véritablement la distance entre deux personnes créant un courant particulier d'attente et, en tout cas, hier, d'émotion, de plaisir et de sympathie que, visiblement, tous les présents ont ressenti.

En attendant la mise au point du dispositif à travers les ondes, Marie Christine Jené et Roser Cussó ont introduit la conversation qui s'est établie entre Clara Ponsatí et le public. Regard pétillant, sourire détendu et affectueux, Clara Ponsatí est comme ça, naturelle et directe. Puis, le Président est arrivé. Dans l'entretien qui s'est ensuivi Carles Puigdemont a souligné l'importance des efforts parfois anonymes que des gens font ici et là pour défendre la démocratie. Cela porte ses fruits et on voit apparaître un jour, en France, un manifeste signé par 41 sénateurs, tous partis confondus, qui dénoncent publiquement les violations des droits fondamentaux en Espagne.

Un autre jour le ministre de la Culture Lluis Puig, en exil, est remarqué dans l'assistance lors d'un débat organisé par la Delegació de la Generalitat à la maison de l'Europe. Et un autre jour, en Allemagne, le parti Die Linke réussit à faire adopter une proposition de motion au Bundestag sur la situation en Catalogne.

Quelque chose est en train de changer, dit le Président, et il faut continuer. C'est vrai, quelque chose est en train de changer et nous continuerons, President, car les petits ruisseaux font les grands rivières.

Lorsque le Président a disparu de l'écran nous avons continué à deviser sur le futur, sur la démocratie, sur l'espoir qui s'ouvre avec les élections européennes.

Vous pourrez voir l'intégralité de la rencontre en cliquant sur ce lien vidéoconférence

 

 

 

 

Marie-Christine Jené, entrepreneure est co-auteure de "La Catalogne et l'Espagne - Les clefs du conflit"

Roser Cussó, historienne et sociologue, est co-auteure de "La Catalogne et l'Espagne - Les clefs du conflit"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.