Ma boule de cristal rose

Pour les gilets jaunes, il n'y a rien à attendre de la gauche (ni de la droite bien sûr), justement parcequ'elle est républicaine, donc antidémocratique.

Il faut en revenir à Robespierre, le héros de la gauche, il faut relire Kropotkine et Daniel Guérin: la centralisation jacobine a supprimé les gilets jaunes de l'époque en les transformant en police nationale. Ceux qui critiquaient le nouveau pouvoir, la république, le système bourgeois de la nouvelle aristocratie, ont été manipulés en étant transformés en défenseurs de la corruption.
La gauche hait la démocratie, qui est pour elle textuellement le pire ennemi de la république. Robespierre accusait comme maintenant les révoltés d'être des réactionnaires, les jacobins avec André Jeanbon Saint-André attaquent le début de démocratie : «Nos plus grands ennemis ne sont pas au dehors ; nous les voyons : ils sont au milieu de nous ; ils veulent porter plus loin que nous les mesures révolutionnaires».
Par exemple en Espagne 36, la gauche espagnole mais aussi internationale, a préféré perdre la guerre d'Espagne plutôt qu'une démocratie naisse, qu'elle a saboté. Saragosse ne devra pas être aux mains des anarchistes, plutôt la laisser aux franquistes. Plutôt Franco que Durruti a été la vraie politique républicaine, hypocrite.
Gilets jaunes, encore une fois, vous êtes seuls, ne vous faites pas d'illusion, la bourgeoisie de gauche préfèrera Marine. L'illusion est démotivante, au contraire de l'espoir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.