lettre d un "sans dent" à Monsieur le Président de la République

Monsieur le Président, C'est avec amertume mais presque sans surprise que j 'ai appris que vous useriez du sobriquet de "sans dent"pour désigner les pauvres.

Monsieur le Président, 

C'est avec amertume mais presque sans surprise que j 'ai appris que vous useriez du sobriquet de "sans dent"pour désigner les pauvres.

 

Je suis fille de ces pauvres de la République,  mais qui sont  riches d une dignité encore vivante.

 

je me console à la pensée que la main qui cache leur bouche édentée, témoin de leur misère sous les ors de la République,  peut encore tendre la main à plus pauvre que lui.

 

Avec tout le respect dû à la fonction que vous exercez,  peut être grâce à la voix de ces "sans dent", je me permets de vous rappeler à cette dignité que votre poste de représentant dudit peuple  exige.

 

C'est  grâce à la République,  que moi, fille de "sans dent" de surcroît analphabète,  j ai eu la chanse d'étudier sur les bancs de l'école  les poèmes de Victor Hugo, la voix des "sans dent" de son siècle. N'y aura t il aucune voix  maintenant pour porter leur dignité bafouée jusqu'à votre palais?

 

Fière de mes parents et frères "sans dent" qui ont construit et défendu ce pays, veuillez croire, Monsieur le Président de la République,  en mes sentiments désabusés mais néanmoins respectueux du représentant des "sans dent"que vous êtes encore à ce jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.