du courage moral en politique

Voilà tant de mois passés à attendre la justice depuis l élection de François Hollande, et de ce qu une partie du peuple qui fut son électeur croyait etre une élection de gauche

L election présidentielle fut un acte de courage politique de ce peuple de gauche, equivalent moderne et naif des manifestations et des barricades du passé. Dans un monde ultra libéral hyperindividualise et déshumanisé,  cet acte collectif etait hélas le dernier soubresaut de la croyance en la demos- cratie.

 

En face, si l on veut bien admettre que le président élu etait effectivement un homme portant les valeurs de justice sociale de ce qui fut et reste la gauche, en dehors des partis, le manque de courage sonne comme une trahison.

Cette trahison se rappelle à nous chaque jour :lâcheté et/ou connivence avec l oligarchie qui gouverne à son propre profit, lâcheté et/ou  connivence face à la mort d une jeune rêveur courageux à Sievens, lâcheté et /ou connivence d élus empêtrés dans leurs mensonges délits abus de biens sociaux et autres, lâcheté et/ou connivence des medias machines à manipulation désinformation.

Face à cette marée de trahisons, comment éviter, si c est encore possible,  le découragement populaire 

Qui saura reprendre le flambeau des hommes de courage , dans ce monde ou le courage moral n est plus une vertu enseignée, mais mise au pilori d une société toute dévouée à l individualisme pour mieux détruire l individu? 

Notre monde court à sa perte si sa jeunesse n est plus portée par les valeurs de justice et de partage,  qui seules donnent un sens à une vie.

Si le peuple désespéré perd courage, alors il faut craindre la révolte comme une dernière pulsion  violente et désordonnée de vie , ou le bruit des bottes qui se rapprochent du vote FN comme un geste de rage et d impuissance

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.