Pourquoi le numérique a transformé l’espace public

Tout a changé ! C'est un peu le message que je répète ces temps-ci lors de discussions sur les réseaux sociaux, des formations que je dispense ou lors de conférences publiques (à l'Iseg Bordeaux lors de la semaine digitale ou aux côtés de la ville de Bruges et de Sciences Po Bordeaux).Vous me direz, expliquer que tout a changé avec le numérique relève un peu de l'enfonçage (ne cherchez pas, ce n'est pas dans le dico) de portes ouvertes car beaucoup ont désormais bien intégré une grande partie des nouveaux usages de nos concitoyens (d'ailleurs constamment en évolution). C'est notamment le cas dans les entreprises du secteur privé lucratif.

Tout a changé ! C'est un peu le message que je répète ces temps-ci lors de discussions sur les réseaux sociaux, des formations que je dispense ou lors de conférences publiques (à l'Iseg Bordeaux lors de la semaine digitale ou aux côtés de la ville de Bruges et de Sciences Po Bordeaux).

Vous me direz, expliquer que tout a changé avec le numérique relève un peu de l'enfonçage (ne cherchez pas, ce n'est pas dans le dico) de portes ouvertes car beaucoup ont désormais bien intégré une grande partie des nouveaux usages de nos concitoyens (d'ailleurs constamment en évolution). C'est notamment le cas dans les entreprises du secteur privé lucratif.

A ce propos, voici ci-dessous une infographie très pédagogique réalisée par Aquinum,
l'association des professionnels du numérique en Aquitaine (dont je suis administrateur et responsable de la communication), à destination des PME à qui on rabâche qu'internet est devenu incontournable mais qui se demandent par quel bout prendre le numérique.

l'infographie d'Aquinum

Bref, même du côté des boulangers, des maçons, des vendeurs de chaussures de sécurité, des magasins de vêtements, ou encore des producteurs de vin, on a pris le train en marche.

Beaucoup de professionnels du numérique et du marketing expliquent, à raison, comment les processus de relation clientèle et de vente sont bouleversés par le numérique.

Le secteur public n'est pas, à mon sens, concerné par les enjeux du marketing (sauf, éventuellement en matière de marketing territorial). En revanche, il est totalement concerné par la relation citoyenne (que le numérique bouleverse aussi) et par l'émergence de ce que j'appelle le nouvel espace public numérique.

Dans ce domaine, il faut souvent expliquer ce qui a changé, pourquoi ça a changé et ce que cela implique pour les acteurs publics (collectivités, état, agences et établissements publics, organisations, élus...). Alors souvent, constatant qu'on prononce partout le mot de "numérique" (digital aussi parfois), je me risque à en donner une définition :

Le numérique est ce qui résulte de la capacité, par un processus informatique, de rendre l'information (au sens de donnée) immatérielle et qui permet de dupliquer celle-ci à l'infini sans perte de qualité ni altérité.

Ca a l'air de rien comme ça, mais cela a d'énormes conséquences et constitue, si je devais préciser, une double révolution (technologique et sociale) qui repose sur 4 principes :

  • Accessibilité : potentiellement tout le monde accède à presque tout en terme d'accès à l'information bien sûr mais aussi et surtout de production et de diffusion de l'information
  • Instantanéité : les processus ne sont plus seulement rapides, ils sont instantanés via les notifications téléphone, les flux rss, les alertes mails...
  • Mémorisation : chaque action - y compris l'enregistrement de nos données personnelles - laisse des traces numériques qu'il est pratiquement impossible d'effacer et qui sont susceptibles de resurgir à tout moment
  • Viralité : les infrastructures numériques et les usages sont fondamentalement basés sur le partage, l'échange, la transmission...

Ces clés de compréhension me semblent essentielles pour décrypter voire anticiper les mutations profondes dans le monde des médias, comprendre les usages des citoyens, apercevoir les risques et les opportunités à la portée des acteurs publics...

Ainsi, en à peine 5 ans, c'est l'espace public tout entier qui a muté dans sa composition et dans son fonctionnement : production, diffusion et consommation de l'information (au sens actualité), redéfinition de la sphère médiatique (audiences, pratiques professionnelles, modèles économiques, lignes éditoriales...), émergence de nouveaux acteurs (influenceurs, groupes de pression, blogueurs, pure players...), changement des processus de communication, de conviction et de décision, etc.

Tellement de sujets à détailler qu'un blog sur médiapart, j'ai bien peur, n'y suffira pas...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.