Le Mur

Il y a un mur qui fonce droit sur nous, j'ai voulu le mettre en vers, et en voici une version chantée. Bonne écoute à toutes et tous

 © Nasa © Nasa

 

https://www.youtube.com/watch?v=QfF_h_nkueE

Chers amis, le voile se lève
Sur un âge issu des rêves
Si insensés, si impossibles
Je vous le dis, demain sera horrible

On crame, on brule on calcine
Les flammes véhiculent notre ruine
Comprenez bien une chose
L’homme est une putain d'sclérose

Parce qu'on est des gros cons
Qui élisons de gros fions
Qui décident l'annihilation
Sans même se poser de questions

Est-ce que vous êtes contents?
C'est merveilleux d'être riche
ça brasse du pez tout le temps
et ça pense comme une quiche

Un rappel tant que j'y pense
"Humanité" a plusieurs sens
vous vous êtes oubliés?
D’humains vous vous élevez à déchets

Espèce de gros débiles
Au sommet du vivant
On est plus que de la bile
D’une planète dégorgeant

Bien, bah vous savez quoi?
Puisque nous aimons tant nous haïr
J'ai un jeu bien sympa
Imaginons donc le pire

Parce qu'on n'a pas envie
De mettre a niveau nos vies
On continuera avec joie
A exterminer sans émoi

Commençons sans attendre
Le temps nous est compté
Comment seront nos cendres ?
Certes pas comme les glaciers

Tiens puisqu'on en parle
Quand les pôles se mettent à fondre
Qu'est-ce qu’il nous reste à faire?
ENRAYER L'EFFET DE SERRE

Et y'a un corollaire marrant
Pour toutes les villes côtières
Demandez donc aux migrants
On ne respire pas sous la mer

A la montée des eaux
S’ajoute la canicule
On est des gros blaireaux
Rangez donc tous vos pulls

Sortez de cette foutue caverne,
Ne regardez plus votre ombre
L’océan bouillant, c’est ce qu’on discerne
Depuis combien de temps on sombre ?

Vous en avez assez?
Je ne fais que commencer
Ajoutons à la crémation
Un peu d'organisation

Avec une once de volonté
On pourrait vivre ensemble
Redorer nos sociétés
Sans que chacun ne tremble

Est-ce que ça vous plaît?
Espèces d'élites illettrées
Des gens meurent de vos conneries
Et vous n'écoutez même pas leurs cris

Changeons définitivement
Les têtes de nos gouvernants
À quelques esprits malades
Préférons la foule palpable

Faisons au moins un pari
L’intelligence du collectif
C’est uniquement à ce prix
Qu’on pourra être inventifs

Car dans l'hypothèse inverse
Où nos fascistes se maintiennent
S’abattront toutes les herses
Divisant dans la haine

Et la cerise sur le gâteau
Car c'est de l'homme dont on parle
Notre produit le plus beau?
LE MEURTRE PAR BALLE

N'ayez surtout pas d'illusions
Les bombes ne sont pas si loin
Pour certains la guerre est une passion
À la paix ils la préfèrent de loin

Comprenez une bonne chose
L’humain est une monstruosité
Et dans l'étuve qu'on pose
On va s’entredévorer

On a excellé dans la destruction
Mais c'est la nôtre qu'est à l'horizon
Nos mondes vont s'effondrer
Et on va tous en crever

Vous pensez survivre
Demain et ptet un peu après?
On a un pied dans le vide
Vous avez le droit de paniquer

Car le futur est noir
Et l'aube sera rouge
Si vous n'voulez pas choir,
IL SERAIT TEMPS QU'ON S'BOUGE !

Qu’on renverse les interdits
Édictés par des ahuris
Pour qu'enfin dans l’futur on aie foi
Et pas dans des crétins pondeurs de lois !

Je vous le dis comme je le pense
Vos religions ne sont que des croyances
Comme vôtre argent si révéré
Qui n'est qu'un score sur un p'tit bout d’papier

Que les choses soient bien claires
Tous vos dieux sont imaginaires
et si ça vous fait nier les faits
c'est que vous risquez bien d'y passer

De l'humain je ne garderai que deux sons
Ceux des mots "débiles profonds"
Est-ce que ça vous étonne?
Dans vos têtes est ce que ça détonne?

Parce qu'on est bien trop cons
Pour voir qu'on touche le fond
On clamsera la bouche ouverte
Tout en maximisant nos pertes

C'est notre irresponsabilité collective
Qui nous amène sur des rives
Dévorées par le pire
Car on a supprimé l'avenir

Dans vos gueules mes salutations distingués
Le voile se lève et le rideau tombe
Sur ce qu'on nommait humanité
Et y'aura personne pour fleurir nos tombes

Si c’est comme ça que ça doit finir
C’est qu’on aura choisi d’unir
L’intolérance, la haine et le mépris
C’est de ça que ce texte s’est nourri

Reprenez maintenant vos dus
Dès à présent je ne les cautionnerai plus
Tous vos diktats à la con
Sans poser toutes les questions

Dès à présent relevons la tête
Il est temps, ce n’est plus la fête
Ce bruit c’est l’histoire qui nous rattrape
Fin d’route c’est là qu’on dérape

Est-ce que vous voyez le mur
Qui arrive à toute allure ?
Il bouge il est mouvant
On est déjà dedans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.