faitsminisme
Juriste et formatrice spécialisée en prévention des violences sexistes et sexuelles, créatrice du site ViolencesQueFaire, je partage des informations pratiques, juridiques et des ressources sur la lutte contre les violences.
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mars 2022

Je connais une victime de violences : que faire ?

Mon ami·e me confie des choses qui ne me paraissent pas normales, ma collègue subit des violences, ma soeur me raconte des scènes violentes... On se sent parfois désemparé·e au moment où on a connaissance des violences subies par notre entourage : comment avoir la bonne réaction ? Comment aider ? Les réponses dans cet article.

faitsminisme
Juriste et formatrice spécialisée en prévention des violences sexistes et sexuelles, créatrice du site ViolencesQueFaire, je partage des informations pratiques, juridiques et des ressources sur la lutte contre les violences.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsqu'une personne nous confie une situation de violences, il est important de faire attention à la façon dont on réceptionne cette parole. En effet, la personne nous fait confiance pour nous parler de quelque chose de difficile. On va alors essayer d'apporter un soutien à cette personne. En accueillant la parole de la bonne façon,  vous participez dejà à aider la victime. En réagissant de la bonne façon, vous pouvez jouer un rôle actif dans l'aide apportée à la victime. 

Accueillir la parole : les bons mots

Quand une personne est victime de violences, bien souvent, elle est aussi victime des mécanismes qui accompagnent les violences : la culpabilité, la perte d'estime de soi, la peur... Quelques phrases ont été identifiées par les associations féministes pour permettre de casser cette dynamique, ce cercle vicieux que subissent les victimes. Ainsi, on pourra dire à la victime : 

Je te crois. 
Tu as bien fait de m'en parler. 
C'est grave. C'est interdit. 
Tu n'y es pour rien. 
Je suis avec toi. 

Ces quelques mots permettent de montrer explicitement notre soutien, et d'instaurer une dynamique nouvelle, basée sur la confiance qu'on porte à la victime et à son récit. Non, elle n'invente pas : on la croit. Non, elle n'est pas responsable, elle ne l'a pas cherché : la seule personne coupable, c'est la personne qui commet les violences. Elle n'est plus seule, car vous la soutenez. N'hésitez pas à répéter ces phrases plusieurs fois si nécessaire, et à valoriser également la démarche de la victime : elle a bien fait de venir vous en parler, vous êtes à ses côtés. 

Ecouter le récit de la victime : la posture à adopter

Selon la même logique, il est important de faire attention à sa posture pour, là aussi, venir casser les mécanismes violents dans lesquels la victime peut être immergée. On cherchera à privilégier une posture tournée vers l'écoute, emphatique, et non-jugeante. Par exemple, on évitera d'être sur son téléphone ou de lire ses mails en même temps que la victime nous parle, ou de l'interrompre : on lui montre qu'elle a toute notre attention, car c'est un sujet grave et sérieux. 

On évitera aussi d'avoir des réactions qui pourraient être mal interprétées, ou faire culpabiliser : exit "pourquoi tu es allée chez lui", "pourquoi tu ne l'as pas quitté..." De façon générale, les questions qui commencent pas "pourquoi" sont à réfléchir à deux fois : peut être que vous ne pouvez pas comprendre, tout simplement parce qu'encore une fois, les mécanismes des violences sont puissants. Il est primordial que la victime ne se sente jamais jugée, au risque qu'elle se referme et ne se confie plus à vous. On peut plutôt demander comment la personne se sent, par exemple. 

En somme, on adopte une posture basée sur l'écoute et on affirme son soutien.  

Et après ? 

Après avoir accueilli la parole de la victime et lui avoir témoigné de votre soutien, vous aller sans doute vouloir lui venir en aide, c'est un réflexe normal. Seulement, vous ne savez peut être pas exactement comment. 

On peut, tout simplement, demander à la victime ce dont elle a besoin, et essayer de répondre à ce besoin. 

Par exemple : "Je te remercie de m'avoir fait confiance et de m'avoir confié tout cela. Est-ce que tu attends quelque chose de ma part? Comment est-ce que je peux t'être utile, comment est-ce que je peux t'aider?"

A ce stade, plusieurs scénarios peuvent arriver.

Il est possible que la victime ne souhaite pas entamer de démarches dans l'immédiat, et qu'elle vous réponde qu'elle voulait simplement en parler.

D'un point de vue extérieur, cela peut être difficile, parce que quand on tient à la personne, on souhaite que sa situation s'améliorer, on a envie de la protéger. Pour autant, il est important de respecter la décision de la victime. Pourquoi ? Parce que si vous essayez de la convaincre de faire quelque chose pour laquelle elle n'est pas prête, vous risquez de faire plus de mal que de bien.

Premièrement, vous pourriez perdre sa confiance : si elle s'est confiée à vous et que vous décidez de prendre des initiatives sans son accord, elle risque de ne plus vous en parler, et résultat, d'être encore plus isolée.

Deuxièmement, si une démarche est entamée sans que la victime ne l'ait décidée, elle risque de ne pas suivre cette démarche jusqu'au bout, et ce sera donc inefficace. 

On conseillera alors de respecter le choix de la victime, et surtout, de rester présent·e. On évitera à tout prix de mettre une quelconque forme de pression, par exemple "si c'est pour ne rien faire, ça ne servait à rien de m'en parler" : à bannir. En parler, c'est un premier pas. Si la victime se confie, c'est déjà une première démarche qui doit être encouragée. La victime ne doit pas avoir peur de votre jugement, sinon, elle ne vous en parlera plus. 

On pourra alors, par exemple, lui proposer d'appeler ensemble une ligne d'écoute anonyme et gratuite, comme le 3919, ou d'en parler sur le tchat commentonsaime.fr. Ou encore, de lui proposer de l'accompagner se renseigner auprès d'une association, comme le CIDFF de votre ville. Si la victime accepte, vous pouvez faire cela avec elle, sans que cela ne l'engage à une quelconque démarche : là encore, il peut simplement s'agir de se renseigner. Si la victime refuse, elle saura que vous êtes disponibles pour l'aider dans le futur si elle décide d'entamer ces démarches, et c'est très important. Elle aura également eu connaissance des ressources qui existe : vous lui aurez montré une porte de sortie. 

Il est également possible que la victime vous réponde qu'elle souhaite entamer des démarches : porter plainte, quitter une personne violente...

Dans ce cas, vous pouvez réaffirmer votre soutien et vos encouragements, par exemple "je te soutiens dans cette démarche, est-ce que tu as besoin de mon aide?".

Vous pouvez proposer d'accompagner la victime au commissariat par exemple. Vous pouvez aussi proposer un soutien très pratico-pratique : par exemple, tout simplement, venir chercher la victime chez elle à telle heure le jour du départ, ou l'aider à déménager pour que cela se fasse rapidement. 

Un point de vigilance : si la situation semble dangereuse, d'une quelconque façon, n'hésitez pas à proposer à la victime de l'aider à trouver des conseils. Un exemple : quand on quitte un conjoint violent, le moment du départ est un moment qui peut être déclencheur de violences graves. Il est important de bien préparer le départ en amont, par exemple, en se faisant conseiller par les professionnelles du 3919, ou en contactant une association spécialisée.  

Dans ce cas, vous pouvez aussi proposer de l'aide, par exemple, d'escorter la victime quand elle va récupérer ses affaires. Attention, ne vous mettez pas vous-même en danger, essayez de trouver une organisation sécurisée, par exemple en y allant à plusieurs, et/ou en y allant à un moment où il est certain que la personne violente n'est pas là. 

Quoi qu'il en soit, votre bienveillance et votre soutien sont précieux et peuvent changer la donne quand une personne est victime de violences. Si la situation est difficile à gérer pour vous-même, vous pouvez aussi appeler le 3919 pour demander conseil sur les réactions à adopter. 
En cas d'urgence, appelez le 17. 

Quelques ressources :

Le 3919

Le tchat commentonsaime.fr

Le site ViolencesQueFaire, qui contient des ressources pour s'informer, pour trouver une association ou un hébergement 

En cas d'urgence, appelez le 17. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida