fakri
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 août 2008

Atenco (Mexique) : crimes (d'Etat) contre un village

Nous le savions déjà, grâce aux quotidiens, hebdos, TV et radios de notre pays démocratique généralement bien informé : le Mexique connaît actuellement une vague de violence sans précédent, due essentiellement à l'explosion du narco-trafic, à l'industrie des enlèvements, et à l'implication dans ces activités d'un nombre impressionnant de policiers et de militaires.

fakri
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous le savions déjà, grâce aux quotidiens, hebdos, TV et radios de notre pays démocratique généralement bien informé : le Mexique connaît actuellement une vague de violence sans précédent, due essentiellement à l'explosion du narco-trafic, à l'industrie des enlèvements, et à l'implication dans ces activités d'un nombre impressionnant de policiers et de militaires.

Par ailleurs, l'armée occupe littéralement les régions à population majoritairement indigène : Chiapas, Oaxaca, Guerrero, Veracruz... pour de tout autres raisons.

Le 13 août dernier, le journal El Universal comptabilisait, depuis le début de l'année, 2617 assassinats liés à la drogue. 22 le 11 août, dans le seul état du Chihuahua. Dans celui du Nuevo León, un entrepreneur est enlevé et rançonné chaque jour en moyenne, selon la même édition. Des officiers de police ont récemment participé au kidnapping et à l'assassinat du fils d'un industriel de la capitale. D'après le Département d'Etat des USA, 22 milliards de dollars de la drogue ont été rapatriés ces dernières années au Mexique(1).

Rien d'étonnant à cela : le gouvernement mexicain, depuis belle lurette, dirige un «état voyou». En 1968, voici 40 ans, il assassinait 300 étudiants sur la place des Trois Cultures. A quelques jours des J.O. de Mexico. M. Kouchner n'était certes pas encore ministre du droit d'ingérence humanitaire.

La Banque Mondiale, qui n'est pas une institution liée à ATTAC, et qui finance des projets de destruction massive sur tout le continent américain (le barrage de Chixoy au Guatemala n'en est que l'un des exemples), affirme que la corruption au Mexique représente une perte de 60 milliards de dollars(2). La corruption, ce sont les entreprises, nationales ou internationales...et l'administration, et les politiques à tous les niveaux.

L'agriculture mexicaine se porte bien, merci pour elle. Même si le pays, dont les habitants ont inventé le maïs voici 9000 ans, et développé des centaines de variétés de cette plante miraculeuse, doit aujourd'hui -depuis le traité de libre commerce avec les USA et le Canada- importer 35 % de sa consommation, pendant que les petits producteurs ferment boutique et plient bagage pour les USA ou le nord du pays... Un endroit, précisément, où 4 millions de personnes travaillent dans l'agriculture industrielle, dans la production de tomates et autres fruits, légumes et fleurs destinées aux grands marchés urbains. Ils triment par familles entières(3), parce que les enfants sont plus rentables (plus près du sol pour la cueillette rapide, bien moins payés), et mettent des mois à rembourser le généreux patron qui les a fait venir à ses frais. Ils doivent tout lui acheter, à des prix prohibitifs, sont logés dans des campements misérables, sous la surveillance de gardes-blancs armés jusqu'aux dents (ceux-là même qui protègent le narco-trafic, ça tombe bien), pour le cas où leur viendrait l'idée saugrenue de quitter le généreux patron avant d'avoir remboursé leurs dettes et fini le travail...

Les paysans d'Atenco, à 40 kilomètres de la capitale du pays, s'étaient opposés à l'expropriation de leurs terres collectives (des terres ejidales), décrétée pour la construction d'un aéroport. Après des mois de résistance acharnée, ils avaient gagné. En mai 2006, 3000 policiers débarquaient sur le village, tuant, pillant, violant une trentaine de femmes lors de leur transfert en prison, repartant avec leur butin, plus de 200 paysans(4). Leur porte-parole, Ignacio del Valle, a été condamné à 67 ans et demi de prison, puis à 45 ans supplémentaires (pour « enlèvement » de fonctionnaires de police, retenus par la population, puis relâchés), soit 112 ans! Deux autres ont écopé de 67 ans et demi. Dix autres, « seulement » 31 ans, 10 mois et 15 jours.

Le gouverneur de l'état de Mexico, Enrique Peña Nieto (PRI), le président de la république(5)(PAN) et le président municipal de Texcoco (PRD) se sont vengés de ces manants.

Les policiers violeurs, eux, sont libres et vont bien(6). Merci pour eux. M. Kouchner n'a pas à s'en faire.

Il ne nous reste qu'à pleurer sur les paysans d'Atenco. Ou à faire comme eux, comme les communautés indigènes au Chiapas et ailleurs : des jardins, des champs, du travail collectif, sur une terre partagée, des fêtes et un (ré)apprentissage de la solidarité et de la dignité.

21/08/2008 Jean-Pierre Petit-Gras (atencoaxaca@no-log.org)

1Cf La Jornada du 12 août 2008.

2Cf article d'Andrea Merlos, El Universal du 13 août 2008. Précisons que ce journal n'est pas un torchon de gauche...

3Ces familles sont souvent des indigènes, chassés de leurs terres par les « mégaprojets » touristiques, hydrauliques ou agricoles , par les politiques de destruction des forêts et la violence que font régner les gros propriétaires fonciers, par l'intermédiaire des partis politiques officiels (PRI, PAN, PRD) et de leurs hommes de main.

4Amnesty International, la CCIODH, et d'autres, ont rédigé des rapports accablants sur ce « crime d'état ».

5Felipe Calderón a été élu après une fraude monumentale; chacun le sait, au Mexique comme en France.

6Grâce notamment à la sollicitude de la hiérarchie, qui avait fait distribuer des préservatifs à ces vaillants défenseurs de l'ordre, juste avant l'attaque sur Atenco.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin