HART, l'art au centre, l'art au coeur

Bonjour à tous, 

je m'abonne à l'instant à Médiapart. Je teste un peu un journal sur l'écran, un journal qui se dit autonome, qui a l'air engagé, complet, précis. Par ce geste, j'encourage à mon échelle, cette liberté là, celle que j'aime, qui se joint à l'intégrité. Qui peut en faire autant? Je ne vois que le Diplo et quelques journaux en ligne. Mais peut être me trompe je?

Peu importe. Envie ici de me nourrir, m'informer comme de partager.

Je pense à des exemples concret de réjouissances politiques, et inspirantes. Je pense à Raphael Corréa et le documentaire de Pierre Carles à ce sujet. Des choses à encourager, puisqu'elles sont réjouissantes et inspirantes. On se sent "acteur", pas passif, on a la parole qui amène l'action. Soutenir au moins, lire, voir. Ce sont des fils qu'on tire et qui amène la pensée. Construction.

Dans le même esprit, la vision de Boris Cyrulnik http://www.tv7.com/point-de-vue-de-boris-cyrulnik-neuropsychiatre_3979593465001.php, dans cette courte interview remet l'art au centre de la société. J'aspire à ce type de société. J'y vois quelque chose d'urgent. 

Les évènements atroces "Charlie", ont eu cette vertue, de remettre la pensée en jeu, et de sortir de cette apparente "douce France", qui était simplement tiède à mon goût. La parole est partout dans la rue, c'est beau. Je souhaite que les actes politiques suivent, et qu'on puisse encore plus et mieux disposer du savoir et de l'art aujourd'hui.

bien à vous,

Fanny

     "   Pourquoi il pleut ?

-          Je ne sais pas.

Je ne sais pas. Je ne sais pas pourquoi la vie. Et j’aime ne pas savoir. On ne peut mettre de case dessus juste un mot, le mystère. Le mystère est un feu sacré, qui me réchauffe et me donne un certain élan qu’on voudra appeler foi.

Google saura répondre à « comment ». Et puis chacun aussi à sa façon en s’incarnant, saura répondre à « comment vivre » : certains fonceront dans l’illusion éludant la question, d’autres seront au bord du monde, et ne s’arrêteront jamais d’y répondre tant elle est passionnante. Et puis, d’autres auront un pied dedans, et l’autre dehors : un pied dans le monde, l’autre en soi.

Ce que je cherche moi, c’est le bon écart pour que ma verticale sexe-ventre-cœur-tête suive le juste axe. Faire vibrer cette corde c’est, bien écouter le monde, bien s’écouter soi, et exprimer la note qui saura remettre la vie au centre. Trouver la bonne touche, la bonne note, pour mener l’humain vers plus de Beauté.

L’impression qu’il faut sans cesse réajuster la posture. Le monde s’écrit à l’instant et la Présence est aussi mouvance. Se mouvoir. S’émouvoir, s’émerveiller, s’éveiller… Pas simple dans cette jungle d’over communication et de bruits. La musique a besoin de silence pour exister, d’horizon.

L’art peut être cet espace construisant de nouvelles représentations, de nouvelles questions, de nouveaux axes pour pouvoir tourner autour, ou respirer, et être en tout cas contaminé par une certaine Beauté et s’éveiller chaque jour qui naît, chaque seconde..."

 


My only way of beiing is Art
My only way of feeling is Heart
The only thing i would like is to share my only wealthy thing called Hart.
Then i won t build anything else but Hart, with or without you, i don t care.
Just need the silence of my spirit for a while to start to love my Hart way of living.
Mixing blood and ink i don t care 
What i want is now clear nothing else but Hart.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.