Farah Bensalem
journaliste
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2015

Répression en Egypte : ils ont tué Chaïma!

Farah Bensalem
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Révolution assassinée !

© 

Chaïma Essabagh n’avait que 34 ans. Elle est tombée ce samedi 24 janvier 2015 sous les coups de chevrotine de la police de répression du nouveau régime égyptien, sur la place Tahrir. Cette place de la liberté pour laquelle avant elle en janvier 2011, 700 Egyptiens étaient morts. Parce qu’ils voulaient la liberté, ils furent assassinés par le régime Moubarak qu’ils finiront malgré tout par chasser. Cette fois ce n’est plus le vieux despote qui a tué mais son continuateur le maréchal Al-Sissi.

Voici le temps des criminels revenus, le temps des tyrans bourreaux de leur peuple. Voici Al-Sissi usurpateur de la voix populaire, ennemi de la liberté et de la révolution qu’il a décidé d’anéantir, le temps de l’état autoritaire et fossoyeur des aspirations et des espérances donnant ordre à ses sbires de faucher toute contestation d’où qu’elle vienne.

 Chaïma faisait partie de l’Alliance socialiste populaire, un petit mouvement politique laïc et progressiste paru en pleine révolution égyptienne en 2011. Avec ses camarades elle était venue sur la place Tahrir fêter le quatrième anniversaire de la révolution et rendre hommage à ceux qui avaient donné leur vie pour que l’Egypte soit ce qu’elle mérite d’être, oum el-dounia, la mère du monde, prodigue et généreuse pour ses enfants.

La veille le régime du maréchal avait interdit toute manifestation, notamment celle appelée par les Frères musulmans. L’Alliance socialiste populaire avait appelé de son côté à manifester un jour avant, le samedi plutôt que le dimanche, histoire de se démarquer des Frères musulmans. Cela n’aura servi à rien, les nervis du maréchal ne font pas dans le détail : toute contestation à son ordre est à écraser.

Elle n’avait pour seule arme que des fleurs.

Ici on meurt pour des dessins et là-bas pour des fleurs.

Je te pleure Chaïma. Je te pleure en sachant que ce régime ne fera pas long feu, il est déjà condamné. Pour les mêmes raisons qui ont fait que l’autre dictateur fut chassé, un jour ou l’autre les consciences s’éveilleront à nouveau.

Le peuple fera tomber le maréchal !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Salaires
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra