Ces métiers essentiels qui nous entourent

Nous redécouvrons actuellement quels métiers font tenir notre société et lesquels doivent être surveillés et protégés par la puissance publique, et estimés par l'opinion.

En ce moment nous redécouvrons tous quels sont les nœuds essentiels qui font tenir notre société. Les carrefours indispensables qui doivent rester praticables coûte que coûte. Les métiers vitaux, qui le reste du temps paraissent banals et interchangeables avec d'autres (j'étais infirmier, et si je devenais décorateur d'intérieur ? j'étais dans le marketing, j'en ai marre, et si je devenais instit ?), et que l'on ne reconnaît habituellement que par une caractéristique commune (instant de cynisme) : ils sont mal payés et mal considérés.

--- Au premier chef évidemment, sur la ligne de front : le corps médical. Médecins, infirmières, aides-soignantes, personnels administratifs et autres personnels hospitaliers, pharmaciens. Nous sommes tous là grâce à eux, nous aurons tous, un jour, besoin d'eux.

Et aussi (j'écris "et aussi" et non "mais aussi", l'honneur des uns n'existe pas au détriment de l'honneur des autres) :

--- Ceux qui nous aident à tenir, ensemble, et à continuer notre chemin le mieux possible, ou le moins mal possible, lorsque la société nous a fragilisé ou rejeté. Tous les travailleurs du secteur social.

Ainsi que les bénévoles d'associations oeuvrant dans ce sens.

--- Pensons également à ceux qui nous nourrissent : agriculteurs, transporteurs, commerçants du secteur alimentaire (qui eux aussi, s'exposent quotidiennement à des porteurs du virus) et des autres secteurs vitaux du commerce.

--- Si cette crise se prolonge, on réalisera aussi, sans doute, l'importance de plusieurs autres métiers dont l'activité a dû stopper ou se complexifier grandement… Pour les enseignants (dont je fais partie), je pense que cette réalisation ne tardera pas trop, même si les effets d'un affaiblissement éducatif se manifestent plutôt à long terme.

Comme plusieurs journalistes sérieux ou intellectuels l'ont écrit, une épidémie comme celle-ci agit comme un révélateur de l'état d'une société, dans ses forces, ses faiblesses et dans ses dynamiques : de quoi a-t-on besoin et de quoi peut-on s'abstraire sans difficulté ; qui a-t-on favorisé et qui a-t-on trop délaissé.

En espérant que chacun parvienne à empêcher de son côté la propagation de la maladie, en se confinant avec sérieux, je pense aussi qu'une épidémie peut, après coup, au moment de son bilan, ouvrir des perspectives et donner des pistes pour réinventer notre projet social commun.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.