Bouc émissaire intermittent

Mais oui les intermittent sont des privilégiés alors que nous, sommes pauvre, à bas les intermittent, vive les autres !
Regardez-les ces privilégiés d'intermittents, ils roulent tous en Ferrari et paradifiscalisent à tour de bras.
Nous allons construire de grandes choses pour la france et pour le monde avec ce genre d'arguments...

Que pensez-vous des RSistes et autre fin de droits qui n'ont ni l'éducation, ni l'environnement social ou famillial pour les soutenirs et auxquels on réponds via services administratifs standardisés, « aux boulots les gars, si vous êtes dans la merde c'est de votre faute ! ».

A bas les intermittents et les nantis, tous pourris, vive le FN ! Mais oui allons-y tant qu'à faire, on ne sais pas sur qui tapper mais tappons sur le premier bouc-émissaire venu, aimablement mis à notre dispostion par les médias si bien conseillés et dirigés par nos gouvernants.
Après l'Iran, la Lybie, la Syrie, puis le Tchad, la Centre-afrique maintenant l'Ukraine, la Crimée, il y aura toujours une bonne guerre ou une belle catastrophe pour nous tenir en haleine, nous évitant de réfléchir deux secondes aux problèmes qui sont devant notre porte.
Tous les moyens sont bons pour ne pas remettre en cause l'ordre établi. Les élections, la démocratie, quel mascarade, jusqu'à quand ?

Revenons à nos moutons... l'intermittence, étant intermittent et inscrit à la maison des artistes depuis une décennie j'ai goûté aux joies (ainsi qu'aux millions d'euros bien sûr) de ces statuts. C'est vrai l'intermittence n'est pas un statuts ! L'intermittent est un travailleur précaire (presque) comme les autres.
Mais qui à décidé de mettre en place ce régime spécifique ? Le front populaire. Et pourquoi ? Pour que l'industrie du cinéma puisse se développer ! Je ne jugerai pas de la qualité artistique du cinéma Français contemporain mais on peut dire que ce régime (de l'intermittence) a contribué de manière significative à son essor ainsi qu'à l'ensemble de l'industrie culturelle française, qui est qu'on le veuille ou non une des plus dynamiques d'europe.
Subventionné certe, mais dynamique. Tant qu'à subventionner je préfère personnellement que ce soit le cinéma ou les Artistes plûtot que l'armée ou les renseignements/écoutes/surveillances pour le bien de nos chères populations bien sûr.

Non le plafons mensuels n'est pas de 5475 € c'est le cumul, salaires/indémnités qui est de 5475 €, les indemnité seules étaient cumulés à 4200 et quelques euros avant la réforme. Cela concerne combien d'intermittent ? Une minorité qui tiennent le haut de l'affiche, et après.
Au passage le plafond du régime général est de +6000 €, est-ce plus dérangeant ?
Il faut savoir que la réforme des annexe 8 et 10 de 2003 à été faite dans la direction opposée à ce que les intermittents demandaient.
Le résultats : moins d'intermittents indemnisés, les plus précaire ont été éjecté du système et la précarisation de ceux qui bénéficient de cette assurance c'est globalement renforcée. Ceux ayant au final le moins besoin de ce régime (les plus hauts salaires) ont vu leurs indemnités accrues... !

Enfin pourquoi le régime de l'assuarence chômage est-il déficitaire ?
Les intermittents ? Si leur nombre à grandi ont ne peut le nier, et essentiellement à cause de l'utilisation massive et abusive (!) qu'en font les grand groupes de l'audiovisuel, télés en particulier - une réforme pour limiter ces abus serait nécessaire à condition que ce ne soit pas les intérimaires, CDD et autre stagiaires qui en payent les frais (en partie) comme nous venons de le voir avec cette dernière réforme - le montant global des indémnisations de l'assurance chômage des intermittents n'est lui qu'en légère augmentation depuis 20 ans !
Le problème du déficit du régime d'assurance chômage n'est pas les intermittents mais le CHOMAGE ! Alors que les indémnisations augmentent légèrement unitairement et massivement en nombre de chômeur indemnisé, les cotisations elles ont stagnées d'où un déficit croissant.

A bas les intermittents ! Ne parlons surtout pas de défiscalitsation, délocalisation, mondialisation, d'inégalités croissantes...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.