Mélenchon le nouveau tête de turc

Je ne suis ni étonné, ni surpris, je suis lucide, et je sais que la bataille qui doit être menée, est rude et amère, il est naïf de croire que nos idées accéderaient au pouvoir, et transformeraient la société, sans en payer le prix cher.

L’article de MédiaPart se tient sur 3 pages, et s’intitule volontairement, « enquête sur l’argent de la présidentielle, les montages artisanaux de la campagne de Mélenchon », Puis Edwy Plennel pense que Mélenchon est un danger pour la liberté de la presse, se basant sur une note de blog de ce dernier, j’ai fouillé le site de MEDIAPART, j’ai cherché des articles favorables à LFI, bref j’en ai pas trouvé, je ne suis pas dupe, c’est quand-même MEDIAPART.

Je me suis efforcé de lire les trois pages, j’ai relu la note de blog de Mélenchon. Puis depuis une semaine, je n’arrête pas de lire les nombreux « articles » de presse sur les comptes de campagne de LFI. J’ai donc voulu répondre à ces insinuations et autres tentatives de discréditer tout un mouvement.

L’article est complétement orienté, l’apriori de MédiaPart est clair, là où on n’a pas d’éléments on préfère douter de l’honnêteté et des intentions des membres de la campagne de LFI.

Comme quand on ne retient rien d’autre que la dénonciation de la très longue vidéo de Mélenchon sur ses comptes de campagnes, ou quand on préfère sciemment et sans preuve penser que la FI, avait une intention de tirer un bénéfice de l’argent de la campagne. Alors comme ça,  les structures en charge de la campagne de Mélenchon aurait tiré des bénéfices ou pas d’après MédiaPart, on attend alors le deuxième épisode de leur « enquête », disons que MédiaPart faisait du teasing.

La rédaction de MédiaPart, impatiente qu’elle est, de nous informer sur tous les comptes de campagnes des 11 candidats, qui ont par ailleurs été validés, a préféré ne pas attendre et commencer par ceux de Mélenchon.

D’abord une loooongue introduction, pour planter le décor, puis enfin on arrive à de vrais reproches, pourquoi LFI a utilisé d’une manière quasi exclusive ce que lui permet la loi, i.e. le statut d’auto-entrepreneur ?  Pourquoi ce Mélenchon qui, n’a sans cesse dénoncé l’uberisation de la société, s’y est mis à n’utiliser que ça pendant sa campagne ?? Ouiiiii pourquoi Alexis Corbières n’a jamais été salarié pendant la campagne ???

Comment dire, ahhh ces insoumis hypocrites, ils sont comme les autres, dogmatiques qu’ils sont, ils refusent de reconnaitre les bienfaits de l’uberisation, de la flexibilisation du travail, pourtant ils en profitent.

Est-il vraiment difficile pour la rédaction de MédiaPart, et pour toutes autres d’ailleurs, de comprendre des choses pourtant simples, et évidentes ?

Comme comment peut-on confondre la société, avec une équipe de campagne, un métier avec une activité politique, une entreprise capitalistique et une association à caractère  politique et à but non lucratif ? Si on prolonge le raisonnement de MédiaPart, on ne peut pas travailler pour le compte des capitalistes qu’on combat, on ne peut pas répondre aux invitations des médias, dans la mesure où on les traite de parti médiatique.

Quelle difficulté y a-t-il à comprendre, que par exemple Alexis Corbières qui n’avait d’autres revenus que ceux d’enseignant, qui a du parce qu’il était investi à temps plein dans la campagne, posé un congé sans solde, devait être payé  pour son poste de porte-parole ? Passer à la télé en tant que porte-parole, nécessite une préparation en amont, surtout qu’il fallait être vigilant contre des journalistes qui n’ont autre mission que de vous faire dire la moindre petite phrase pour l’utiliser ensuite contre vous.

Le cas d’Alexis corbières est semblable aux autres cas, il y avait beaucoup de bénévoles dans la campagne de LFI, dont moi-même à mon niveau, mais moi je n’ai pas arrêté de travailler, je faisais ce que je pouvais pendant mes weekends et autres jours non travaillés.

La FI n’avait eu les 500 signatures que très tard, elle avait commencé la campagne très tôt, le but et unique but était de gagner l’élection et   de transformer en profondeur notre société, mais ça !! À MediaPart on n’y croit pas vraiment, et après tout ce n’est pas leur sujet.

Je veux que la rédaction de MédiaPart m’explique la contradiction qu’il  y a entre, utiliser le statut d’auto-entrepreneur et tous les moyens disponibles d’ailleurs pour réduire les couts d’une campagne, et vouloir en finir avec une société ubérisée ? Alexis Corbières et les autres n’ont pas pour métier de mener la campagne électorale de Mélenchon, ce sont des militants qui, s’ils avaient d’autres revenus pour vivre, auraient tout simplement été bénévoles. Chez MédiaPart, on ne peut pas distinguer un auto-entrepreneur qui subit son statut pour vivre, et un militant politique qui participe avec les autres comme un seul homme, pour faire triompher son idéal ?

Il ne faut pas sortir de st Cyr pour comprendre tout cela, mais le but de MédiaPart était-il ailleurs ? La rédaction de MEDIAPART a accompagné les autres médias, dans une campagne de dénigrement pas contre Mélenchon, mais contre un modèle de société qui remet en cause les intérêts d’une caste, et ça, c’est factuel. L’avait-elle fait par simple volonté de vendre des abonnements, ou dans l’intention de nuire, je crois que l’agréable a rejoint l’utile dans cette histoire.

Je n’accuse pas gratuitement MédiaPart, non il y a des éléments qui, raisonnablement nous laisse penser cela, je veux pour preuve la charge de Edwy Plennel sur Mélenchon dans le fauteuil que lui a offert Ruquier, la « chroniqueuse » l’invite, comme on le fait avec toutes les forces de gauche, à cracher sur Mélenchon, et Edwy Plennel qui a trouvé nécessaire de faire remarquer, qu’être des chauds lapins ne fait pas de nous des violeurs, quand il s’agissait de Tariq Ramadane, n’a pas hésité a usé d’une incroyable malhonnêteté, quand il s’agissait de traiter Mélenchon de danger pour la liberté de la presse.

Monsieur Edwy Plennel, n’avait-il sans doute pas remarqué que dans la note de blog de Mélenchon, ce dernier a utilisé le mot « haine » trois fois en tout et pour tout, et je vous recopie là, les trois citations pour vous laisser juger vous-même les propos de Mélenchon.

 « Nous savons mieux ne pas répondre souvent, laisser filer et ne pas nous laisser submerger par la haine qui est toujours une victoire de l’ennemi. »

«  Car les esprits construits voient vite les ficelles et leur endurance au feu d’insultes s’accroît en même temps que la haine des manipulateurs médiatiques. Je tire beaucoup d’autres conclusions de cet épisode. Mais je viens d’abord sur le tableau d’ensemble. »

« Si la haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine, elle ne doit pas nous empêcher de réfléchir et de penser notre rapport à eux comme une question qui doit se traiter rationnellement dans les termes d’un combat. À chaque attaque, sa réplique particulière. Beaucoup d’amis n’ont pas encore compris que nous n’avons pas d’autre adversaire concret que le « parti médiatique ». »

Donc le professionnel Edwy Plennel, n’avait pas compris que Mélenchon n’a nullement incité à la haine, n’a nullement cautionné la haine, mais au contraire il a appelé à la raison, et à la transformation de cette dernière en une force et énergie, à apprendre de cet acharnement, à endurer les épreuves. Pourtant lui-même quand il a été violement mis en cause par Charlie Hebdo et Valls, il n’a pas hésité à répliquer de la même violence.

Je ne suis ni étonné, ni surpris, je suis lucide, et je sais que la bataille qui doit être menée, est rude et amère, il est naïf de croire que nos idées accéderaient au pouvoir, et transformeraient la société, sans en payer le prix cher.

Je veux finir par cette belle citation de feu Mecili, militant algérien contre la dictature en Algérie, assassiné lâchement à Paris en 1987.

« J’ai connu les poux et les punaises, la saleté, l'hypocrisie, la bassesse humaine, les exécutions sommaires de ceux qui n'ont rien fait de mal et qui ne pourront plus rien faire. J'ai connu la honte, la peur, l'épuisement, le défaitisme, en d'autres termes, j'ai connu l'homme, à nu »    Ali André Mecili.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.