Qu’est ce que la violence obstétricale?

Violence obstétricale, définition, causes, conséquences et solutions

Ce post se veut un introduction a une série de posts sur les violences obstétricales, leurs conséquences et les solutions possibles.

Je commence alors, ici, par essayer de définir ce concept de “Violences obstétricales”.

Le terme “violence obstétrique” n’a pas été inventé au 21ème siècle. Certains chercheurs l'ont trouvé utilisé dans un texte datant de 1827[1] faisant référence à la déchirure du cordon ombilical pendant l'accouchement lors d'une rétention placentaire.

Mais il est vrai que ce n'était pas couramment utilisé avant les années 2000.

2007 a été l'année où “la violence obstétricale” a été introduite comme terme juridique dans la Gazette officielle vénézuélienne en vertu de la loi sur la violence contre les femme ou violence genrée.

La définition qui a été adoptée au Vénézuella et reprise par d’autres pays et instances plus tard est: “...l'appropriation du corps et des processus reproductifs des femmes par le personnel de santé, ceci est exprimé par un traitement déshumanisé, une hypermédicalisation, et une conversion des processus naturels en processus pathologiques, entraînant, pour les femmes, une perte d'autonomie et de la capacité de décider librement de leur corps et de leur sexualité, ce qui a une incidence négative sur la qualité de leur vie [2]”.

Certaines personnes voient une limitation à cette définition, parce qu'elle est encore centrée sur le «personnel de santé qui s’approprie...», alors qu’elle devrait être décrite du point de vue de la femme; Beck CT soutient que «le traumatisme ( lors de l’accouchement) devrait être défini par la femme qui l'éprouve ou le perçoit"[3]

De la définition vénézuélienne, 5 composantes2 sont déclinées, à savoir:

  • Une prise en charge inadaptée et inéfficace des urgences obstétricale
  • Forcer la femme à accoucher en position couchée (lithotomie) , avec les jambes élevées, lorsque les moyens nécessaires pour effectuer un accouchement en position verticale sont disponibles;
  • Entraver le processus l'attachement de l'enfant à sa mère sans cause médicale, empêchant ainsi l'attachement et bloquant la possibilité de tenir et d’allaiter le bébé immédiatement après la naissance;
  • Modification du processus naturel de l’accouchement à bas risque en utilisant les techniques d'accélération du travail, sans obtenir le consentement volontaire et éclairé de la femme;
  • Accouchement par césarienne, alors qu’un accouchement par voie basse est possible, sans obtenir le consentement volontaire et éclairé de la femme

 

Dans une étude de recherche[4] sur «Les mauvais traitements infligés aux femmes pendant l'accouchement dans les établissements de santé», Bohren et al. ont suggéré 7 composants de la violence obstétricale dans une tentative de la catégoriser, et qui sont:

 

mediapart1
 

mediapart2
mediapart3
mediapart4
Comme on peut le voir, il s’agit d’un concept assez complexe, qui peut chapoter plusieurs phénomènes.

Violence Institutionnelle, Violence contre les Femmes, Violences obstétricales... D’où viennent-elles? Quelles en sont les causes [lire ici]? Les conséquences? Peut-on les combattre? Quelles solutions à préconiser?

Je vais essayer de répondre à certaines de ces questions dans les postes qui viennent.

 

 

[1] The past and the present of obstetric violence in Spain. by Lola Ruiz-Berdún and Ibone Olza Fernandez

[2] Obstetric violence: A new legal term introduced in Venezuela - International Journal of Gynecology & Obstetrics - Vol. 111, 3. Pérez D’Gregorio, Rogelio

[3] Birth trauma: in the eye of the beholder. Beck CT.

[4] The Mistreatment of Women during Childbirth in Health Facilities Globally: A Mixed-Methods Systematic Review. Meghan A Bohren and al.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.