fatma.safi@association-atep.org
Présidente de l'Association Tunisienne pour l'Éducation Prénatale
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2017

Qu’est ce que la violence obstétricale?

Violence obstétricale, définition, causes, conséquences et solutions

fatma.safi@association-atep.org
Présidente de l'Association Tunisienne pour l'Éducation Prénatale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce post se veut un introduction a une série de posts sur les violences obstétricales, leurs conséquences et les solutions possibles.

Je commence alors, ici, par essayer de définir ce concept de “Violences obstétricales”.

Le terme “violence obstétrique” n’a pas été inventé au 21ème siècle. Certains chercheurs l'ont trouvé utilisé dans un texte datant de 1827[1] faisant référence à la déchirure du cordon ombilical pendant l'accouchement lors d'une rétention placentaire.

Mais il est vrai que ce n'était pas couramment utilisé avant les années 2000.

2007 a été l'année où “la violence obstétricale” a été introduite comme terme juridique dans la Gazette officielle vénézuélienne en vertu de la loi sur la violence contre les femme ou violence genrée.

La définition qui a été adoptée au Vénézuella et reprise par d’autres pays et instances plus tard est: “...l'appropriation du corps et des processus reproductifs des femmes par le personnel de santé, ceci est exprimé par un traitement déshumanisé, une hypermédicalisation, et une conversion des processus naturels en processus pathologiques, entraînant, pour les femmes, une perte d'autonomie et de la capacité de décider librement de leur corps et de leur sexualité, ce qui a une incidence négative sur la qualité de leur vie [2]”.

Certaines personnes voient une limitation à cette définition, parce qu'elle est encore centrée sur le «personnel de santé qui s’approprie...», alors qu’elle devrait être décrite du point de vue de la femme; Beck CT soutient que «le traumatisme ( lors de l’accouchement) devrait être défini par la femme qui l'éprouve ou le perçoit"[3]

De la définition vénézuélienne, 5 composantes2 sont déclinées, à savoir:

  • Une prise en charge inadaptée et inéfficace des urgences obstétricale
  • Forcer la femme à accoucher en position couchée (lithotomie) , avec les jambes élevées, lorsque les moyens nécessaires pour effectuer un accouchement en position verticale sont disponibles;
  • Entraver le processus l'attachement de l'enfant à sa mère sans cause médicale, empêchant ainsi l'attachement et bloquant la possibilité de tenir et d’allaiter le bébé immédiatement après la naissance;
  • Modification du processus naturel de l’accouchement à bas risque en utilisant les techniques d'accélération du travail, sans obtenir le consentement volontaire et éclairé de la femme;
  • Accouchement par césarienne, alors qu’un accouchement par voie basse est possible, sans obtenir le consentement volontaire et éclairé de la femme

Dans une étude de recherche[4] sur «Les mauvais traitements infligés aux femmes pendant l'accouchement dans les établissements de santé», Bohren et al. ont suggéré 7 composants de la violence obstétricale dans une tentative de la catégoriser, et qui sont:

Comme on peut le voir, il s’agit d’un concept assez complexe, qui peut chapoter plusieurs phénomènes.

Violence Institutionnelle, Violence contre les Femmes, Violences obstétricales... D’où viennent-elles? Quelles en sont les causes [lire ici]? Les conséquences? Peut-on les combattre? Quelles solutions à préconiser?

Je vais essayer de répondre à certaines de ces questions dans les postes qui viennent.

[1] The past and the present of obstetric violence in Spain. by Lola Ruiz-Berdún and Ibone Olza Fernandez

[2] Obstetric violence: A new legal term introduced in Venezuela - International Journal of Gynecology & Obstetrics - Vol. 111, 3. Pérez D’Gregorio, Rogelio

[3] Birth trauma: in the eye of the beholder. Beck CT.

[4] The Mistreatment of Women during Childbirth in Health Facilities Globally: A Mixed-Methods Systematic Review. Meghan A Bohren and al.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa