Fatou TALL
Avocat au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2020

Il faut vider les centres de rétention administrative !

Aujourd’hui, à l’heure du confinement généralisé, il faut « déconfiner » les étrangers placés en CRA !

Fatou TALL
Avocat au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les CRA, pour Centre de Rétention Administrative, accueillent les étrangers en attente de l’exécution d’une mesure d’éloignement du territoire français. Autrement dit, il s’agit des « sans-papiers » en attente d’être boutés hors de France.

Mais au moment où toutes les frontières se ferment, les unes après les autres, il est temps d’ouvrir ces centres et de relâcher les personnes s’y trouvant, afin d’y éviter la propagation du COVID19 et de garantir les droits de ces étrangers placés, de facto, en situation de vulnérabilité.

Tous les indicateurs, qu’ils soient humains, sanitaires ou juridiques, commandent une prise de position rapide en ce sens.

Juridiquement, placements et maintiens en centre de rétention ne peuvent être décidés que pour permettre un éloignement à bref délai de l’étranger retenu.

Or, dans la situation actuelle, tout éloignement à court terme est désormais exclu, comme cela a d’ailleurs commencé à être reconnu et jugé, au cas par cas, notamment par la Cour d’appel de Paris.

De même, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, dans son communiqué du 17 mars 2020, vient d’appeler à la fermeture des CRA en raison du manquement de l’État « à son obligation de protéger à la fois ses agents et les personnes qu’il a lui-même placées sous sa garde ».

En effet, d’un point de vue sanitaire, il est indéniable que la situation dans les centres de rétention est très loin d’être conforme aux recommandations générales prises par l’Etat pour limiter les risques de contagion au SARS-Cov2.

Dans ces lieux, où la promiscuité est la norme, le défaut complet de protection est notable, que ce soit pour les personnes retenues ou pour les fonctionnaires de police : absence de masques, absence de gels hydroalcooliques, absence de possibilité de distanciation sociale effective…

Au moment où plusieurs cas de COVID19 ont été suspectés aux centres de rétention administrative de Cornebarrieu et de Coquelles, il est donc urgent de prendre des mesures drastiques et massives de libération des étrangers retenus.

En effet, humainement, il n’existe pas d’autre alternative, sauf à assumer de réserver à ces retenus un traitement que d’aucuns pourraient avoir raison de considérer comme inhumain et dégradant…

Aujourd’hui, à l’heure du confinement généralisé, plus que jamais, le temps du repli chez soi ne doit pas devenir celui du repli sur soi !

Fatou TALL

Avocat au Barreau de Paris

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre