La démocratie contre le peuple...

Les médias ayant donné beaucoup d'écho aux dérives explosives de Mélenchon lors des perquisitions dont ses locaux et ceux de la France Insoumise ont fait l'objet, il me semble important d'en saisir les raisons

L'esprit du temps démocratique, bien présent dans les médias et majoritaire dans la société Française éduquée , s'inquiète des dérives « poutiniennes » de Mélenchon. Et c'est, le soucis dominant à gauche ! Parce que, malgré tous les talents qui s'en réclament, la France Insoumise c'est bien sûr, avant tout, Mélenchon ! Et, après l'expérience soviétique du communisme, une gauche qui prétendrait s'inspirer du « robespiérisme » ça ne peux pas être la gauche d'aujourd'hui en France, sauf réhabilitation de... Robespierre !

Mais au fait, « le peuple » qui c'est ? Avant la révolution, les dominants, (nobles et clergé), bien que minoritaires, exerçaient le pouvoir sans la démocratie et il y a eu la révolution. Aujourd'hui les dominants tiennent le pouvoir grâce à la démocratie. Les plus nombreux - donc le peuple - se sentent alors confusément piégés par leurs espoirs d'hier ; quels choix électoraux leurs restent-ils, en effet, maintenant ? L'extrême droite, la droite, la gauche fantôme, et le « macronisme »  ou le « mélenchonisme ».

Alors, dans ce contexte historique, je ne m'étonne pas de lire dans « Le Point » tout le mal que Franz-Olivier Giesbert pense de Robespierre, et de son inspirateur Jean-Jacques Rousseau, alors qu'il m'en souvient avoir entendu, dans les années 70 sur France culture, des historiens exprimer un avis beaucoup plus mesuré...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.