Macron reste le président des riches

Par ses déclarations du 14 juin 2020 Macron ne se renie pas : il reste le Président des riches.

A  propos des dépenses consécutives aux décisions gouvernementales de lutte contre la pandémie du coronavirus Le Président précise : " nous ne financerons pas ces dépenses en augmentant les impôts. Notre pays est déjà l'un de ceux où la fiscalité est la plus lourde même si depuis 3 ans nous avons commencé à la baisser "

Cette phrase suffit à faire comprendre que Macron, idéologiquement, se satisfait d'un monde où les inégalités ont diminué entre le bas et le milieu de la distribution mondiale des revenus, et ont progressé entre le milieu et le haut. C'est le monde du néolibéralisme. Monde qui s'est donné pour objectif de faire financer "la misère du monde" par les classes moyennes et populaires des pays riches.

Ce monde a pris son essor, avec Thatcher en1979 en Angleterre et Reagan en 1981 aux Etats Unis. On peut en mesurer aujourd'hui tous les effets .

En Europe occidentale, en 1980, la part des 10% des revenus les plus élevés était de 28% de la totalité des revenus et elle est de plus de 35% en 2020. Aux Etats Unis, en 1980, cette part était inférieur à 35% et elle s'approche des 50% en 2020*

Macron, quand il s'abrite derrière le  fait que la France est un "de ceux où la fiscalité est la plus lourde même si depuis 3 ans nous avons commencé à la baisser" avoue qu'il n'a pas la volonté de changer quoi que se soit à ce monde. Et pourtant !

S'il avait l'ambition de devenir le Président de tous les Français, Macron  pourrait demander plus à ses premiers de cordées préférés. Ils ont déjà été suffisamment  gâtés ces 40 dernières années, non ?  Bien sûr, le Président pourrait  rétorquer que ses premiers de cordés jouent, aujourd'hui, au niveau mondial et qu'il serait maladroit de les effaroucher au point de leur donner envie de jouer dans une autre équipe..  Que diable, un peu de courage Monsieur le Président, nous serions, alors, nombreux derrière vous !



* chiffres tirés de "Capital et Idéologie" de Thomas Piketty - Seuil

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.