Un pas de côté, sur Médiapart

Dans l'idée d'initier une pétition en faveur du nucléaire j'en soumet, préalablement, le texte à la lecture critique de mes connaissances. A commencer par les éventuels lecteurs de ce blog...

Natacha Polony dans son éditorial du 28 mai 2021 attire l'attention de ses lecteurs sur un "bras de fer" auquel se livrent actuellement la France et l'Allemagne : Il s'agit de décider, à l'échelon européen, quelles seront les activités considérées comme durables qui auront droit à des aides d'Etat et, par ricochet, à des emprunts à taux préférentiel. Concrètement, ces discussions devraient aboutir à définir un label qu'il deviendra nécessaire d'obtenir pour espérer faire perdurer des filières nécessitant des investissements très lourds. Les tractations se poursuivront tout l'été. Mais déjà le premier rendu de la copie de la Commission, le 21 avril, ne comportait pas le nucléaire. L'Allemagne, l'Autriche et le Luxembourg refusent de voir inscrit le nucléaire dans la liste des énergies durables.

 

Signataires de la présente pétition nous sommes, nous aussi, partisans des énergies durables mais nous n'assumons pas le renoncement à l'énergie électronucléaire. Cette forme de production d'énergie est issue d'un progrès des connaissances humaines et y renoncer c'est, selon nous, un recul civilisationnel. Les risques ne sont pas nuls, c'est certain, mais dans un monde de 8 milliards d'habitants envisager d'importer, en Europe, de l'électricité de parcs photovoltaïques installés au Sahara – c'est une solution évoquée par les opposants au nucléaire dans l'article de Polony – cela s'apparente à du néocolonialisme ! Il faut réduire drastiquement notre gaspillage énergétique, c'est entendu, mais pour assurer une existence digne au plus grand nombre des humains sur terre, le recours au vent et au soleil ne suffira probablement pas .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.