Pourquoi Jeannette Kagame s’est-elle soudainement effacée de la scène publique ?

Par médias et réseaux sociaux interposés, certains Rwandais et quelques journalistes étrangers s’interrogent, ces derniers jours, sur l’effacement de Jeannette Kagame de la scène publique.

images-1

Ici comme ailleurs, la vie privée des personnalités politiques intrigue bien souvent l’opinion publique.  Le couple présidentiel   ou royal selon les pays, est exposé  (ou s’expose) au voyeurisme  du monde moderne à travers les cameras et d’autres moyens de télétransmission.  Plus que jamais, les conjoints de hautes personnalités  d’un pays, en l’occurrence la femme d’un président de la république, sont souvent  impliqués, d’une façon ou d’une autre, dans les affaires du pays.

Le Rwanda n’échappe pas à la règle. On avait l’habitude de voir la femme du président Kagame intervenir jour après  jour  sur beaucoup de chantiers, seule ou avec son mari.  Depuis quelques temps, les médias et les réseaux sociaux majoritairement rwandais, se relaient à bon ou à mauvais escient, pour pointer du doigt l’absence soudaine de Jeannette Kagame sur l’espace publique.

Pour preuve, les médias et les réseaux sociaux ont profité de la visite récente du président béninois Patrice Talon au Rwanda (29- 31 août), pour relever l’absence remarquée de la première dame. Selon ces mêmes sources d’information, elle ne se serait  manifestée à aucun moment dans les cérémonies d’’accueil du président béninois, une absence constatée a fortiori lors du banquet présidentiel.

Bien évidemment, une occasion pareille n’échappe pas aux médias, ceux de l’opposition en l’occurrence, surtout dans un contexte de rumeurs qui entourent aujourd’hui le couple présidentiel.

Pour le respect de la vie privée  d’autrui, je ne reviendrai pas sur certaines rumeurs qui traversent les réseaux sociaux. Ces derniers s’accordent néanmoins à affirmer que le couple présidentiel serait en train de traverser des moments difficiles en interne. Vrai ou faux ? Officiellement, personne ne sait car aucune déclaration  n’a été rendue publique. C’est bel et bien leur droit et leur choix.

En revanche, à force de laisser planer le doute et les rumeurs,  l’opinion publique se retrouve  dans une confusion grandissante. La multiplication de ce genre de rumeurs, sans démenti officiel, pourrait in fine, avoir un impact sur l’opinion.  Celle-ci aura du mal, dans ce contexte, à dissocier le vrai du faux dans ce dossier qui risque de sortir du cadre privé pour devenir une préoccupation publique.

 De mon côté et jusque là en tout cas, ce dossier  relève toujours du privé et ne doit en aucune façon occulter les vrais sujets de préoccupation, notamment la liberté d’expression, la problématique des réfugiés rwandais, le partage du pouvoir au Rwanda,  l’économie à deux vitesses, la justice, la vraie réconciliation des rwandais, etc.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.