fbosque
Dirigeant-Entrepreneur Humaniste
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 déc. 2011

LE REVENU D'EXISTENCE : Utopie ou nécessité ?

fbosque
Dirigeant-Entrepreneur Humaniste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Imaginez, imaginez un monde où chacun pourrait choisir son activité indépendamment du revenu qu'elle lui rapporte... Imaginez, Imaginez que chaque enfant, à sa majorité puisse partir dans la vie avec d'une part, un revenu d'existence jusqu'à sa mort lui permettant de satisfaire ses besoins de base et d'autre part, avec un petit capital pour démarrer sa vie d'humain. Imaginez, imaginez, en face de cette demande solvable enfin durable, tous nos producteurs, les vrais ceux qui produisent de biens et des services respectueux des hommes et de la nature, ne plus obligés de se battre en permanence pour ce partager les miettes (3%) d'une économie moribonde, de baisser leur prix au point de mettre en danger l'environnement et la société de laquelle ils tiennent leurs ressources et leur légitimité... oui, imaginez ... utopie ou nécessité ?

Approchons nous d'un peu plus près ... chaque citoyen dès sa naissance s'est vu ouvert par ses parents un compte bancaire d'existence (CBE). Chaque mois son CBE se voit crédité d'un revenu d'existence dont le montant global est garantie sur la capacité de production durable de la nation.

Jusqu'à sa majorité, une partie est utilisée par sa famille pour son éducation pendant que l'autre, épargné dans le capital d'entreprises locales qui demain seront donc en mesure de servir ses besoins de base, lui génère des intérêts qui font grandir le petit capital initial de notre citoyen jusqu'à sa majorité. Normal, par son existence même, il a participé au financement de la richesse future qui sera redistribuée...

Un revenu d'activité qui vari en fonction de l'activité et un autre qui permet à chaque citoyen de sa naissance à sa mort, sans aucune condition, de satisfaire ses besoins de base durablement. C'est cela le revenu d'existence.

Vous allez me dire ce n'est pas possible, c'est une utopie ! peut être ou peut être pas ...Pour moi, en tout cas, c'est une nécessité !

1- Parce que depuis la nuit des temps la quantité de biens produits par unité de temps est inversement proportionnelle aux temps contraints (temps de vie passé à survivre) et donc il ne sera plus, il n'est déjà plus, possible de redistribuer cette production uniquement par rapport aux revenus d'activités en diminution constante, mais via une redistribution à la source, capable de distribuer ce qui est produit,

2- Parce que nous sommes passés d'une société de rareté à une société d'abondance dont la seule limite est aujourd'hui d'une part les revenus distribués pour écouler la production et d'autre part l'aspect durable de cette production qui doit s'approcher du 100% durable et du 100% renouvelable,

3-Parce que 85% de la monnaie est une monnaie de crédit, distribué par le réseau bancaire privé. A 97% il l'oriente le crédit vers une rentabilité la plus courte et la plus haute possible donc vers les marchés financiers, sources d'instabilité et de crises financières. Si ce crédit ne peut pas être géré par les acteurs privés du marché bancaire, il ne peut pas non plus être géré par un état lointain et centralisateur au regard des dérives de son histoire et de la partialité de ses alternances. Seule, une distribution égalitaire d'une forte partie de ce crédit sous forme d'un revenu d'existence peut garantir son utilité commune et l'assurance enfin d'une demande de base solvable et durable pour les citoyens et leurs entreprises prioritairement locales

4-Parce que nous sommes arrivés collectivement à une limite écologique et historique de ce "chantage à la faim" qui consiste à fournir un revenu uniquement contre un travail. Seul un revenu d'existence peut rompre avec ce rapport de force et donc participer à la fois à la remise en marche de l'ascenseur social et en finir avec ce dogme d'une croissance à tout prix. En effet, sous l'effet d'un revenu d'existence, certains secteurs difficiles vont manquer de main d'œuvre. Du coup, soit les salaires augmenteront, soit cette production sera réorganisée voire mécanisée sinon elle sera abandonnée faute d'une réelle utilité commune.

4-Parce que nous sommes arrivés au bout de la redistribution exclusivement dérivées des revenus d'activités. Leur baisse nous l'avons vu est inévitable alors que nos besoins sociétaux croissent et que notre système fiscal est en concurrence avec des zones économiques qui ne fournissent pas le même niveau de vie que nous. Cette redistribution est devenue lourde, couteuse, inextricable et son contrôle de plus en plus difficile et intrusif élimine progressivement ceux qui en ont le plus besoin tout en transformant ceux qui les accompagnent en véritable "Kapo". Il existe en France plus de 150 façons de ne pas avoir accès à un nécessaire revenu d'existence versé pour l'instant sous formes d'allocations conditionnelles

5- Parce qu'enfin, tout simplement nous n'avons plus besoin de tous pour produire le nécessaire dont nous avons besoin. Personne, même sous le prétexte fallacieux d'une participation réciproque à la production, ne peut imposer à un homme d'occuper un emploi non nécessaire à sa vie ou à celle de sa nation. Notre contrat social, depuis la révolution française, se fonde sur la nécessité d'abandonner une partie de notre liberté personnelle au profit d'une volonté générale qui offre à chacun plus en partage que ce que chacun y a perdu. Dans le cas contraire le corps social se délite et c'est la force brutale d'un empire qui le maintient en vie. Hors, aujourd'hui, les générations passées nous ont légué de quoi produire le nécessaire pour chacun, une fois cette étape passée, c'est à chacun de choisir ce qu'il fera de son existence : des activités économiques ? Pourquoi pas si elles sont nécessaires ou choisies ! Des activités culturelles ? oui surement car, comme pour les congés payés, se sera profitable pour tous... une explosion de créations, d'activités et de richesses nouvelles sortiront de ce nouveau gain de temps libre... la seule limite à notre imagination sera le respect des hommes et de la nature ! Quant à nos entreprises, elles retrouveront leur liberté d'offrir un travail qui correspond à une utilité commune et non à la source unique d'un revenu forcé.

Si le travail fut une clé de voute pour notre architecture sociale à l'époque où nous avions besoin de tous pour produire le nécessaire, il devient aujourd'hui notre pierre tombale en exerçant un rapport de force opposé à l'émancipation légitime de toute conscience humaine.

La civilisation qui vient à besoin d'une nouvelle clé de voute. Pour ma part, si je regarde l'impact qu'à eu le temps libre dans l'histoire humaine (philosophie, art, science, technique, ...) je pressens que cette nouvelle clé de voute sera : l'accès à la culture... je devrais dire à toutes les cultures... plus précisément même devrais je dire à l'expérimentation du chemin son propre bonheur dans le respect du bien commun et des libertés individuelles... Libre entreprise et Libre association ! et pour cela, une fois la production de base assurée, chaque citoyen devra pouvoir disposer de son temps libre comme il le souhaite... activité marchande ou non marchande ? un peu des deux ? A chacun sa vie et à donc à chacun son revenu d'activité ou d'existence !

Alors ... qu'en pensez vous ... Le revenu d'existence : Utopie ou nécessité ?

Pour approfondir le sujet, voici quelques pistes :
tout d'abord le dernier film allemand traduit en français sur le revenu de base .... il est très TRES bien fait !
http://minilien.fr/a0lvjr
Une intéressante interview sur France Culture d'un des papa du Rex
Philippe van Parijs, philosophe, auteur de L'allocation universelle
http://minilien.fr/a0lvju
Un digest de ces idées sur l'allocation universelle
http://minilien.fr/a0lvjq
Ensuite deux articles que j'ai écrit un peu plus long
http://minilien.fr/a0lvjv
http://minilien.fr/a0lvjx
Le power point de mes confs sur le Revenu d'existence

http://minilien.fr/a0kz3t

Un résumé du livre de Yoland Bresson : la clémente économie
http://minilien.fr/a0lvjz
Ou son livre à acheter :
http://minilien.fr/a0lvjp
une video d'une de ses conférences qui est tres bien aussi
http://minilien.fr/a0lvjk
Un revenu pour tous. Précis d'utopie réaliste, par Baptiste Mylondo
http://minilien.fr/a0lvjn
Le mémoire d'un thésard sur le sujet
http://minilien.fr/a0lvjl

Quelques sites :

et puis si vous voulez vivre au quotidien notre travail sur le revenu d'existence, vous pouvez vous inscrire sur notre liste de discussion qui regroupent pas mal de ceux qui œuvrent pour l'instaurer ... l'intérêt est qu'il sont de toutes obédiences religieuses, politiques et philosophiques... l'idée étant d'approfondir nos différences et transmettre ensuite à nos propres camps nos convergences :)
pour vous inscrire envoyer un mail vierge à : revenu-existence+subscribe@googlegroups.com

Frédéric Bosqué
www.alternativeshumanistes.info

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN