Felipe Solá
Ministre des Affaires étrangères, du Commerce international et du Culte de la République d’Argentine
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2021

Trente ans de Marché Commun du Sud

Le 26 mars 2021 marque les 30 ans du Traité d'Asunción qui fonde le Marché Commun du Sud (Mercosur) entre l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay. Le Mercosur est l'instrument de politique le plus important des trente dernières années pour nos pays. Il s'agit, en définitive, d'une politique d'État qui a été préservée au-delà des changements de gouvernements. Par Felipé Solá, Ministre des Affaires étrangères d'Argentine, membre du Parti justicialiste.

Felipe Solá
Ministre des Affaires étrangères, du Commerce international et du Culte de la République d’Argentine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par le Traité d'Asunción, en 1991, l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay fondaient le Marché Commun du Sud (MERCOSUR). Ce bloc est une réalisation historique dans la région et l'un des jalons fondamentaux de l'intégration économique latino-américaine. Il a été conçu pour surmonter la logique antérieure de rivalité entre les pays et engager une dynamique de coopération.

Avec près de 300 millions d'habitants et une superficie d'environ 15 millions de kilomètres carrés (50% plus grand que le continent européen et presque la taille de la Russie), le MERCOSUR est connu pour son grand potentiel en termes de ressources naturelles et d'aliments. Le bloc exporte 63% du soja mondial, il est le premier exportateur mondial de viandes de bœuf et de poulet, de maïs, de café et de fer. Il est également le huitième producteur mondial d'automobiles. Son PIB a atteint 4,46 milliards de dollars américains en 2019 (mesuré par la parité de pouvoir d'achat), ce qui le place, dans son ensemble, au cinquième rang des économies mondiales.

Bien que les objectifs explicites de la fondation du MERCOSUR aient été économiques et commerciaux, le bloc joue un rôle important dans la consolidation de la démocratie et l'élimination des conflits. La paix est une condition nécessaire au développement et l'intégration régionale a toujours été un instrument clé pour consolider notre région en tant que zone de paix et de coopération, sans conflits armés.

Nous avons commencé en 1991 par la création d'une zone de libre-échange pour que nos biens et nos services puissent circuler sans restrictions, et aussi un tarif douanier extérieur commun qui nous permet de gérer les échanges avec le reste du monde. Ceci a permis à notre commerce mutuel de se développer vigoureusement. Nous avons également réussi à favoriser un échange de produits à valeur ajoutée entre les quatre pays partenaires, qui a permis de dynamiser les activités d'exportation non traditionnelles et de créer des emplois à forte valeur ajoutée (biocarburants, chimie et pétrochimie, plastiques, produits pharmaceutiques, sidérurgie et automobile, entre autres).

Ainsi, alors que le MERCOSUR est un exportateur traditionnel et reconnu de matières premières, une grande partie du commerce entre les membres du bloc porte sur des produits industrialisés, notamment le commerce automobile (près de 50% du commerce entre l'Argentine et le Brésil).

Dans le même temps, nous travaillons à l'harmonisation des normes techniques afin de garantir la sécurité de la production et des consommateurs sans entraver inutilement les échanges. En termes de santé publique, la coordination entre nos pays a toujours été importante, et plus encore pendant la pandémie actuelle de COVID-19. Nos ressortissants peuvent également s'installer dans un autre pays du bloc et travailler librement de manière simple, ce qui n'est pas courant dans le reste du monde.

En 2004, nous avons créé le Fonds de Convergence Structurelle du MERCOSUR, à travers lequel plus d'un milliard de dollars ont été investis jusqu'à présent dans des prêts non remboursables pour des projets d'infrastructure et de développement productif, entre autres, ce qui nous a permis d'accroître la compétitivité de nos économies, notamment dans les zones les moins développées de la région.

Dès ses premières années, le MERCOSUR a négocié et signé des accords commerciaux avec la plupart des pays de la région latino-américaine, ce qui lui permet aujourd'hui d'avoir une zone de libre-échange qui englobe la plupart des pays de l'Amérique latine. Nous avons également négocié des accords commerciaux avec l'Union Européenne, l'Association européenne de libre-échange (AELE), Israël, l'Égypte, l'Inde et les pays de l'Afrique australe, entre autres. Le MERCOSUR n'est pas un bloc fermé au commerce extérieur, mais une plate-forme à partir de laquelle nos pays se projettent sur le reste du monde.

D'autre part, la coopération au sein du MERCOSUR s'étend à de nombreux domaines : la culture, l'éducation, la science et la technologie, la construction d'une citoyenneté commune, la coordination des politiques sociales et économiques, etc. Les domaines de travail commun dans le bloc sont multiples et variés et évoluent au fur et à mesure que les changements du contexte international et de celui de nos pays l'exigent.

De toute évidence, et malgré tous ces succès obtenus au cours de ses trois décennies d'histoire, le MERCOSUR a toujours devant lui d'importants défis à relever. Aussi, notre programme stratégique nous oblige à travailler à définir des politiques communes et coordonnées pour le développement productif, à élargir notre capacité de production de biens et de services, à générer des économies d'échelle et de spécialisation, et à nous insérer plus intelligemment dans les chaînes de valeur et dans les flux d'investissement mondiaux.

Dans le même temps, le MERCOSUR a un rôle à jouer sur la scène internationale. Aussi bien au G20 qu'à l'OMC, à la FAO et dans d'autres organisations internationales, l'union de nos pays nous aide à défendre nos positions sur l'agenda global. Face à une scène mondiale de plus en plus complexe et fragmentée, la coordination de nos positions au sein du MERCOSUR est un atout de plus en plus essentiel.

Nous pensons que le sens de l'intégration est de rechercher des accords, dans le respect de la diversité de nos pays et inspirés par la volonté politique de nous intégrer. Le MERCOSUR promeut un régionalisme solidaire en matière politique, économique et sociale car nous savons que faire face ensemble aux difficultés nous rend plus forts. 

Le MERCOSUR est le plus important instrument de politique des trente dernières années pour nos pays. Il s'agit, en définitive, d'une politique d'État qui a été préservée au-delà des changements de gouvernements. Au cours de ces trente années, nous avons atteint de nombreuses visions communes: l'engagement en faveur de la démocratie comme condition fondamentale de la vie de nos peuples, le respect des droits de l'homme en tant que valeur essentielle et inaliénable de la coexistence, la reconnaissance de notre diversité et la coordination de nos politiques de croissance pour intégrer nos structures productives.

Le monde connaît à l'heure actuelle une reconfiguration de la structure du pouvoir mondial ainsi qu'une crise des institutions internationales qui nous gouvernent depuis soixante-dix ans. Face aux défis et aux incertitudes posés par ce contexte, nous ne doutons pas que l'intégration de nos pays restera le meilleur moyen de dynamiser notre développement, de préserver notre souveraineté, de promouvoir le bien-être de nos peuples et de nous intégrer au monde.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP