Marseille debout

Marseille Debout !  

En 2017, j’ai rejoint le collectif Marseille en Commun, qui a été le premier laboratoire de notre rassemblement écologiste et citoyen Debout Marseille ! Vous êtes aussi des milliers à nous avoir rejoint, lors des événements et des actions que nous avons organisées, au sujet du clientélisme, des lanceurs d’alerte, des résistances africaines, des pollutions, de la démocratie locale, etc…Nous avons contribué ensemble à élargir notre horizon politique, avec la volonté partagée de changer la donne dans cette ville que nous aimons tou.te.s : Marseille.

Le 7 janvier 2019, Sebastien Barles et moi-même avons tenu à l’Écomotive une conférence de presse pour annoncer notre intention de construire un rassemblement écolo-citoyen qui permette de s'affranchir des logiques nationales, en évitant d'être pris au piège de l’élection présidentielle, dans une ville que le chef de l’État affectionne particulièrement, et où le chef de file de la France Insoumise a été élu député en 2017.

Au printemps dernier, nous avons proposé à plusieurs partenaires une plateforme commune et organisée pour réunir les collectifs citoyens et les partis politiques. Nous souhaitions notamment nous inspirer des expériences mises en discussion lors des États généraux de la démocratie locale, que nous avons réunis le 1er juin 2019 à la Friche de la Belle de Mai.

Les réunions et discussions se sont poursuivies au mois de juin, en s’élargissant à plusieurs figures reconnues de la gauche marseillaise, avant d’aboutir à un manifeste commun qui intégrait une de nos idées-phares: la parité entre les partis politiques et la société civile. C’est la raison pour laquelle j’ai signé « l’acte de naissance d’un mouvement sans précédent ».

Cependant, j’ai compris dès sa publication que le compte n’y était pas.

1° comme cela avait été posé en condition à la signature par Marseille en commun et EELV Marseille, le texte n’était assorti d’aucun accord écrit sur une méthode pour la désignation des listes et de la tête de liste et pour une règle de décision sur la stratégie de l'entre-deux-tours. Aucune garantie n’était apportée pour favoriser l’autonomie du collège citoyen et éviter la mainmise des organisations politiques sur la constitution des listes.

Force est de constater que la liste Debout Marseille a démontré au contraire une réelle ouverture et sa capacité à entamer un dialogue respectueux de l’autonomie des forces citoyennes constituées, comme actuellement avec le Pacte Démocratique.

2° le programme de transformation écologique que nous défendons risquait d'être édulcoré dans un rassemblement où la négociation permanente allait l’emporter sur la définition d'un projet radicalement écologique et citoyen.

Force est de constater que seule la liste Debout Marseille a réussi à mettre dans le débat public des propositions : accès public à la rade Nord, revenu de transition écologique, plan de végétalisation, révolution dans les pratiques de la démocratie locale, alimentation saine dans les écoles, Opération d'Intérêt National pour l'habitat digne, etc…

3° les quartiers populaires de Marseille n’étaient pas suffisamment représentés parmi les signataires, alors que cette ville connaît une ségrégation qui ne cesse de s’aggraver et qui laisse de côté des pans entiers de population.

Force est de constater, au regard des dernières annonces du Printemps marseillais, que le compte n’y est toujours pas. Notre liste Debout Marseille s’efforce au contraire de construire un large rassemblement et nous sommes actuellement rejoints par des citoyen.ne.s issu.e.s de tous les quartiers de Marseille.

Je sais la difficulté de surmonter les obstacles de notre système de représentation politique, qui donne aux partis politiques une place prépondérante, comme ceux du système politique marseillais, où se mêlent dangereusement pratiques clientélistes et ségrégations. Ces quelques remarques n’ont donc par pour objectif de blâmer les membres du Printemps marseillais, dont plusieurs sont de mes ami.es. Je connais leur sincérité et leur volonté de changer notre ville, ensemble.

Je sais aussi que certains faits doivent être rétablis pour que les Marseillais.es. puissent se faire une opinion claire de la meilleure voie à suivre. Les arguments valent toujours mieux que les invectives et les menaces, dont les membres de Debout Marseille, tout aussi sincères et volontaires, ont été la cible continue depuis plusieurs mois.

J’entends ici et là qu’il est normal que nous prenions des coups dans une campagne politique. J’en conviens. Mais trouvez-vous normal que ces coups viennent dans leur immense majorité de nos partenaires plutôt que du Front national ou des héritiers de Gaudin ? Trouvez-vous normal qu’ils soient portées par celles et ceux qui prétendent vouloir unir leurs forces aux nôtres ? Depuis quand construit-on une alliance en la sapant par le bas ? Depuis quand avance-t-on du même pas en taclant les jambes de son voisin?

Nous devons sortir collectivement des logiques d’intimidation qui gangrènent nos esprits et qui altèrent nos vies, jusqu’au tréfonds de notre intimité. Marseille ne pourra se remettre debout sans cette fermeté d’âme qui nourrit le respect envers les autres, envers le vivant, envers soi-même.

Nous sommes et resterons ouverts au dialogue et à la co-construction d’un projet ambitieux pour Marseille, qui ne fasse aucun compromis avec les forces qui ont plongé cette ville dans l’abîme.

Le renouveau se lira alors sur nos visages et dans nos murs. Et nos enfants retrouveront le chemin d’un sourire durable

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.